Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Nations unies

Ban Ki-moon annonce une « véritable négociation » sur la Syrie fin septembre

« Nous allons entreprendre fin septembre une véritable négociation pour trouver une solution politique en Syrie », a déclaré hier à Paris Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.
En tenant ces propos, le patron de l'Onu a indiqué qu'il est grand temps d'agir pour mettre fin à la guerre en Syrie qui a déjà fait, a-t-il rappelé, 250 000 morts et provoqué l'exode de quatre millions de réfugiés syriens hors de leur pays et laissé dix millions de personnes sans refuge. « Cela n'est pas acceptable et nous devons agir en responsables afin de ne plus voir les gens mourir ainsi », a ajouté le secrétaire général de l'Onu, qui a invité les parties locales en Syrie même et les instances internationales à agir le plus rapidement possible.
Le secrétaire général répondait aux questions des journalistes aux côtés du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, et de Pulgar Vidal, ministre péruvien de l'Environnement. Cette rencontre avec la presse a eu lieu au Quai d'Orsay après la participation de M. Fabius et de ses deux invités à la séquence intitulée « Vers l'alliance de Paris pour le climat » qui se tient au centre des conférences du gouvernement, rue de la Convention. MM. Fabius et Vidal ont également répondu aux questions des journalistes, le ministre péruvien étant le président en exercice de la conférence sur le climat de l'année en cours qui s'est déroulée à Lima (COP 20) et le chef de la diplomatie française étant appelé à présider le sommet de la COP 21 à Paris en décembre prochain. La plupart des sujets évoqués par les deux ministres portaient sur les moyens de trouver une solution au réchauffement climatique.


« Nous allons entreprendre fin septembre une véritable négociation pour trouver une solution politique en Syrie », a déclaré hier à Paris Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.En tenant ces propos, le patron de l'Onu a indiqué qu'il est grand temps d'agir pour mettre fin à la guerre en Syrie qui a déjà fait, a-t-il rappelé, 250 000 morts et provoqué l'exode de...

commentaires (1)

Six mois après avoir provoqué une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies pour sensibiliser la communauté internationale au sort des minorités depuis l’expansion de Daech en Syrie et en Irak, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, a annoncé qu’il présiderait le 8 septembre prochain à Paris une « conférence internationale sur les victimes de violences ethniques et religieuses » aux Proche et Moyen-Orient. Sont directement concernés, non seulement les « Arabes Chrétiens », mais aussi les Yézidis, les Shabaks et les Mandéens notamment, qui subissent de plein fouet les violences morbides des bactéries en Syrie et en Irak. C’est à l’historien libanais Georges Corm que l’on doit de choisir et d’utiliser l’appellation d’« Arabes Chrétiens » plutôt que celle de « Chrétiens d’Orient ». Et ce, pour trois raisons : on ne dit pas « Chrétiens d’Occident », les premières communautés chrétiennes – c’est une tautologie historique – sont bel et bien nées en Orient ; elles appartiennent de plein pied à différentes communautés du monde arabe et sont, tout aussi pleinement partie prenante de son histoire et de ses cultures, par conséquent ses membres peuvent se considérer légitimement comme des « Arabes » ; enfin, l’appellation « Arabes Chrétiens » souligne et induit toute la richesse et la complexité d’un monde arabe qui ne saurait se réduire au monde « arabo-musulman ».

FRIK-A-FRAK

16 h 31, le 27 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Six mois après avoir provoqué une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies pour sensibiliser la communauté internationale au sort des minorités depuis l’expansion de Daech en Syrie et en Irak, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, a annoncé qu’il présiderait le 8 septembre prochain à Paris une « conférence internationale sur les victimes de violences ethniques et religieuses » aux Proche et Moyen-Orient. Sont directement concernés, non seulement les « Arabes Chrétiens », mais aussi les Yézidis, les Shabaks et les Mandéens notamment, qui subissent de plein fouet les violences morbides des bactéries en Syrie et en Irak. C’est à l’historien libanais Georges Corm que l’on doit de choisir et d’utiliser l’appellation d’« Arabes Chrétiens » plutôt que celle de « Chrétiens d’Orient ». Et ce, pour trois raisons : on ne dit pas « Chrétiens d’Occident », les premières communautés chrétiennes – c’est une tautologie historique – sont bel et bien nées en Orient ; elles appartiennent de plein pied à différentes communautés du monde arabe et sont, tout aussi pleinement partie prenante de son histoire et de ses cultures, par conséquent ses membres peuvent se considérer légitimement comme des « Arabes » ; enfin, l’appellation « Arabes Chrétiens » souligne et induit toute la richesse et la complexité d’un monde arabe qui ne saurait se réduire au monde « arabo-musulman ».

    FRIK-A-FRAK

    16 h 31, le 27 août 2015

Retour en haut