X

Liban

« Le gouvernement est devenu un club de discussions stupides »

Trois questions à...

Boutros Harb, ministre des Télécoms.

14/08/2015

Le ministre des Télécoms, Boutros Harb, est passé à l'acte hier : il a décidé de bouder le gouvernement, à l'issue d'un énième débat stérile en Conseil des ministres sur le mécanisme de prise de décision. Il avait fait part, il y a quelques jours, de son intention de suspendre sa participation aux réunions ministérielles si ce débat n'était pas tranché et l'exécutif réhabilité. Sa décision d'hier se veut donc une position de principe, dont il explique les motifs à L'Orient-Le Jour, alors que la date de la prochaine réunion du cabinet n'a pas encore été fixée.

Votre décision vise-t-elle à contrebalancer sur le plan chrétien la position des ministres du Courant patriotique libre, attachés au débat sur le mécanisme ?
Ma position ne représente que moi. Il ne s'agit ni d'une position chrétienne ni d'une position prise en concertation avec quiconque, même si j'en avais informé au préalable certaines parties. Cette position est celle d'un ministre, membre d'un cabinet paralysé, et qui refuse d'être le faux témoin d'une situation inacceptable. Le cabinet a été converti en club de discussions stupides et malintentionnées. Je n'ai que faire de perdre mon temps avec des débats byzantins. Le Conseil des ministres est un centre de prise de décision. Il n'est pas fait pour accueillir les débats philosophiques et théoriques. Il est des dossiers urgents, qui concernent les citoyens, et qui doivent être réglés, comme les déchets, les salaires des fonctionnaires, le remboursement des prêts...

Mais les décisions urgentes et vitales semblent toujours trouver une issue de dernière minute, en dehors du Conseil des ministres...
Justement, ce n'est pas en dehors du Conseil des ministres que les solutions doivent être trouvées, mais bien à l'intérieur. Or non seulement le cabinet est paralysé de l'intérieur, mais il a été transformé en instrument de chantage politique. En temps normal, c'est-à-dire s'il y avait un président à la tête de l'État, j'aurais démissionné. Mais à l'heure actuelle, une démission serait sans effet.

Quel effet souhaitez-vous produire par votre cri d'indignation ? Est-ce un appel implicite à plus de fermeté que vous lancez au Premier ministre, par exemple ?
Non. Que chacun comprenne ma position comme bon lui semble. Je suis d'avis qu'il faut mettre un terme définitif au débat sur le mécanisme de prise de décision et relancer le travail du cabinet, avec ou sans l'aval des ministres du CPL, et indépendamment de leur retrait éventuel. Or il semble qu'il y ait une réticence à trancher la question du mécanisme au sein du Conseil des ministres. Je ne partage pas cette réticence. En refusant de participer à une situation de paralysie qui perdure, j'appelle à en finir avec cette situation. Cet appel pourrait peut-être inciter à des solutions fermes, une fois pour toutes.

 

Lire aussi
Disputes, reproches, rancœurs et règlement de comptes en Conseil des ministres

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PLUTÔT DE CONTROVERSES ET DE DISPUTES STUPIDES...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

4 millions et demi de dollars US d'honoraires, yâ Chaïkh Botross yâ avocâttôh énté ? Wâlâoûûû !

M.V.

Version locale sonorisée .... de la pantomime ...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants