Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Soudan du Sud : les évêques réclament la fin de la guerre du "mal"

Les évêques du Soudan du Sud ont exhorté les dirigeants à privilégier le sort du pays sur leurs ambitions personnelles, et à signer un accord qui mettrait fin à 19 mois de guerre civile juste avant l'ouverture de nouveaux pourparlers de paix prévus à Addis Abeba.

"La guerre doit cesser immédiatement", a déclaré l'influent Conseil des Eglises, qui rassemble les principaux évêques protestants et catholiques, cité dans cette lettre. "Il n'y a pas de justification morale à cette guerre insensée. Il est inacceptable que des gens continuent à tuer et être tués tandis que leurs élites ferraillent sur des questions de pouvoir, de postes et de pourcentages", ont déclaré les évêques dans une lettre.

La guerre civile au Soudan du Sud a débuté en décembre 2013 dans Juba, la capitale, lorsque Salva Kiir, un Dinka, a accusé son vice-président nuer Riek Machar, tout juste limogé, de fomenter un coup d'Etat, ce qui a entraîné une vague d'assassinats et de divisions, dans un pays accablé par la pauvreté. "Il faut neutraliser le mal qui a ébranlé notre pays" ont déclaré les évêques.

Les médiateurs régionaux de l'organisation intergouvernementale est-africaine (Igad), qui ont récemment reçu le soutien du président Barack Obama lors de sa visite à Addis Abeba, ont donné jusqu'au 17 août aux dirigeants sud-soudanais pour signer un accord de paix. Des pourparlers devaient commencer jeudi à Addis Abeba, avec des médiateurs de l'Igad et en l'absence de Salva Kiir et Riek Machar, attendus bien plus tard.

"L'accord est un compromis, avec ses défauts, ses imperfections, mais ne pas approuver certains aspects de cet accord ne justifie pas de continuer la guerre", selon les termes de la lettre signée par des responsables dont l'archevêque catholique romain Paulino Lukudi et l'archevêque épiscopal Daniel Deng Bul.

Les évêques, particulièrement influents dans le pays, ont réclamé un cessez-le-feu définitif qui favoriserait un débat sur l'avenir de ce jeune pays et l'obtention d'un consensus "répondant aux besoins du peuple, et pas seulement à ceux des élites politiques et militaires." Lors de précédentes négociations, organisées dans de luxueux hôtels éthiopiens, au moins sept cessez-le-feu ont été obtenus et rompus peu après.


Les évêques du Soudan du Sud ont exhorté les dirigeants à privilégier le sort du pays sur leurs ambitions personnelles, et à signer un accord qui mettrait fin à 19 mois de guerre civile juste avant l'ouverture de nouveaux pourparlers de paix prévus à Addis Abeba.
"La guerre doit cesser immédiatement", a déclaré l'influent Conseil des Eglises, qui rassemble les principaux évêques...