X

Moyen Orient et Monde

Le choc des terrorismes

Billet
01/08/2015

« Terrorisme juif ». Cette fois, le mot n'a pas été (seulement) prononcé par le Hamas, par l'OLP, par les dirigeants arabes ou par les journalistes engagés. C'est bien de la bouche du ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, qu'est sorti ce réaliste – bien que tardif – constat, après la mort tragique d'un bébé palestinien brûlé vif dans une attaque d'extrémistes israéliens.

Dans une région où une simple braise suffit à raviver un feu puissant, violent et quasiment incontrôlable, l'événement d'hier a de quoi inquiéter. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, ne s'y est pas trompé et a tout de suite qualifié l'attaque d' « acte de terrorisme ». Une expression dont M. Netanyahu connaît parfaitement la portée puisqu'il l'utilise, à la moindre occasion, pour délégitimer toutes les actions des Palestiniens. M. Netanyahu s'est ensuite entretenu avec son homologue palestinien, Mahmoud Abbas – fait assez rare pour être souligné – et lui a assuré qu'Israël allait arrêter les meurtriers et les traduire en justice.

Ainsi, après avoir mis le feu aux poudres à chaque fois que cela pouvait servir ses ambitions politiques, après avoir été le favori de la droite israélienne, après s'être démené pour rendre impossible toute négociation de paix avec les Palestiniens, après avoir étouffé, bombardé et transformé en ruines la bande de Gaza, après avoir justifié et encouragé la poursuite de la colonisation dans les territoires palestiniens, après avoir déclaré qu'il n'y aurait jamais d'État palestinien tant qu'il serait Premier ministre, voilà que lui, le fils d'un des plus célèbres historiens du sionisme révisionniste, se pose en conciliateur et fait appel à la justice pour réparer cette profonde injustice. Ou comment l'habituel cracheur de feu essaye – tant bien que mal – de se donner l'image de celui qui risque sa vie pour l'éteindre.

Comble de l'hypocrisie, cette énième manœuvre politicienne ne suffira pas à apaiser les esprits. Car tout terroriste soit-il, cet acte n'est que la conséquence logique d'une politique radicale qui justifie, en toutes circonstances, les crimes commis contre les Palestiniens. Il n'est que le symptôme extrême de la droitisation toujours plus poussée de la société israélienne et de l'impunité systématiquement accordée aux colons israéliens.
M. Netanyahu serait beaucoup plus crédible dans sa dénonciation des actes terroristes si lui même n'était pas sans cesse en train de mener un terrorisme d'État contre les Palestiniens. Il serait beaucoup plus crédible dans sa dénonciation du radicalisme musulman s'il dénonçait avec au moins autant de vigueur le radicalisme juif.

Rien ne sert de qualifier le terrorisme de juif, de musulman ou de chrétien, comme pour signaler qu'aucune religion n'en a le monopole. Le terrorisme n'a ni foi ni loi. Il n'est qu'un instrument au service d'une cause politique. Au Moyen-Orient, encore plus qu'ailleurs, l'instrument est utilisé par de nombreux acteurs : pour détruire l'Occident, pour tuer les hérétiques chiites, pour faire contester l'ordre autoritaire, pour réprimer son propre peuple, pour revendiquer le droit à un État ou pour arracher ce droit à tout un peuple...
Une nouvelle preuve que, même si elle s'en défend, la société israélienne appartient bel et bien à ce Moyen-Orient dont elle n'a de cesse de critiquer la violence et la radicalité.

 

Lire aussi
Colonisation : 300 nouveaux logements en Cisjordanie, un "crime de guerre" pour les Palestiniens

« On ne partira pas, on ne revivra pas la tragédie de 1948... »

Israël accusé d'employer une force « non justifiée » pour arrêter des enfants palestiniens 

Netanyahu compare les appels au boycott d'Israël à l'époque nazie

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES PRATIQUES DAESCHIENNES DEPUIS 1948 !!!

BOSS QUI BOSSE

Et dont elle dit etre differente par le fait que c'est le seul, soit disant ,"etat democratique" de la region .
A un ami qui me demandait l'autre jour , si les israeliens n'avaient pas ete la, crois tu que les arabes auraient ete moins violents ?

La reponse est forcement oui , sans aucun doute les refugies palestiniens essaimes a travers les pays arabes limitrophes ont apporte une crise regionale qui ne pourra se calmer que quand ceux ci auront le droit de retour en Palestine violee chaque jour de plus en plus .
En Jordanie et au Liban nous en connaissons un peu de cette poisson que Israel a inocule chez nous .
Je ne veux pas dire que tout ira mieux dans le meilleur des mondes entre arabes , mais au moins on ne mourra plus a cause de sa religion , en Af du Sud on meurt de tout sauf de la couleur de sa peau , voila ou on devrait arriver .
Mais ce ne sera qu'au prix ( a payer) de pouvoir decrotter cette clique de criminels au pouvoir en israrecel .
Et la vie sera possible entre juifs pacifistes et prets a cooperer avec les peuples voisins de la region . Ils existent , mais cet etat terroriste les traitent comme des negationnistes malgre que certains descendent de rescapes du genocide pratique en occident .
L'hypocrisie de natibaba et ses 40 voleurs n'a d'egale que celles des hollandouille et consorts ..

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants