X

À La Une

L'armée syrienne et le Hezbollah entrent dans Zabadani

Syrie

Au moins 14 combattants du régime et du Hezbollah ont été tués dans les combats qui font rage depuis 24 heures.

OLJ/AFP
05/07/2015

Les forces du régime syrien, aidées par les combattants du Hezbollah, sont entrées dans la ville de Zabadani, l'une des dernières localités encore contrôlées par les rebelles à la frontière avec le Liban, ont indiqué dimanche les médias d'Etat.

La progression de l'armée syrienne a été confirmée par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et la chaîne du Hezbollah, al-Manar.

"En coopération avec la résistance libanaise (Hezbollah), les soldats ont pris le contrôle du quartier de al- Jamaiyat, à l'ouest de Zabadani et de celui de al-Sultana, à l'est de la ville", a rapporté la télévision d'Etat. Les opérations se poursuivent et ont fait des dizaines de tués et blessés chez les rebelles, a-t-elle précisé.

Selon l'OSDH, une ONG basée en Grande-Bretagne qui dispose d'un large réseau de sources en Syrie, l'aviation gouvernementale a largué au mois 12 barils d'explosifs sur la ville dimanche.
Au moins 14 combattants du régime et du Hezbollah ont été tués dans les combats qui font rage depuis 24 heures, poursuit l'OSDH, en précisant que 11 rebelles avaient également été tués.

(Lire aussi : « Beaucoup de Syriens ont déjà intégré l'idée d'une partition du pays »)

De son côté, la chaîne de télévision al-Manar a diffusé des images montrant les forces du régime et les combattants chiites entrer dans la ville.

Zabadani, située à 20 km au nord de la capitale Damas, a été la première ville à tomber aux mains des rebelles en février 2012. Il s'agit de la dernière plus importante base rebelle dans la région de Qalamun, à la frontière avec le Liban.
Fin 2013, forces gouvernementales et combattants alliés du Hezbollah se sont lancés dans la reconquête de cette région stratégique. Ils ont notamment repris l'ancienne ville chrétienne de Maalula en avril 2014.

Zabadani compte plus de 65.000 habitants auxquels s'ajoutent les déplacés de la Ghouta orientale. Elle est partiellement encerclée depuis quatre ans et les produits alimentaires, médicaux et le carburant y entrent difficilement.


Lire aussi

Frappes aériennes de la coalition contre l'EI à Raqqa

L'EI diffuse une vidéo montrant une exécution de masse dans l'amphithéâtre de Palmyre

Pour mémoire

Assad serre la vis à Homs et Zabadani

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué