Campus

Construire un monde meilleur, un étudiant à la fois

Libre cours
03/07/2015

Outre ses intéressants articles et ses « posts » pertinents, souvent percutants, toujours éclairants, sur des sujets divers, allant du travail de mémoire après la guerre à la construction de la paix, en passant par l'égalité des genres, la page Facebook de Pamela Chrabieh bouge au rythme des activités que la dynamique professeure organise, avec enthousiasme et conviction, pour ses étudiants. Des ateliers culinaires, des simulations et des jeux de rôle, des sorties sur le terrain, des projets artistiques, du chant, de la poésie, de la calligraphie, de la danse. Des explorations et des interactions qui éveillent, sensibilisent, éduquent, inspirent et marquent durablement. À l'USJ où elle a enseigné de 2007 à 2011 – après une expérience de trois ans à l'Université de Montréal – à l'Université Notre-Dame, à l'Usek jusqu'en 2014, et aujourd'hui à l'Université américaine de Dubaï (AUD), Pamela Chrabieh enseigne autrement.
« Voilà déjà 11 ans que je crée et organise des activités reliant la théorie à la pratique dans le milieu académique, adaptées au contexte dans lequel je me trouve », précise le Dr Chrabieh avant de poursuivre : « À mon avis, ces activités sont indispensables dans l'enseignement universitaire, car celui-ci ne passe pas uniquement par la simple acquisition de savoirs figés, mais vise l'acquisition de capacités d'investigation importantes pour l'expression de jugements éclairés et pour la production d'un savoir renouvelé. La maîtrise des pratiques théoriques devrait être accompagnée de celle des activités empiriques et de dimensions expérientielles. »
La très active professeure qui détient un doctorat en théologie et sciences des religions de l'Université de Montréal (UdeM) et qui compte à son actif deux recherches postdoctorales, enseigne, depuis août 2014, au sein de la division des études sur le Moyen-Orient de l'AUD. Ayant une approche interdisciplinaire, au carrefour des sciences des religions, des études sur le genre, des arts, des sciences sociales et politiques, et de l'irénologie (la science de la paix), Chrabieh y dispense des cours aux sujets variés tels que les cultures du Moyen-Orient ; les religions du monde ; les religions du Moyen-Orient ; l'art islamique et l'architecture; les femmes et le genre au Moyen-Orient ; les aspects sociétaux et historiques de l'islam. Mais au-delà des connaissances et du savoir académique qu'ils transmettent, les cours de Chrabieh entraînent les étudiants dans des expériences colorées et sensorielles qui leur inculquent l'ouverture à l'autre et au monde, la culture de la paix et l'esprit critique. Une approche qui connaît un grand succès auprès de la communauté estudiantine. En témoignent les messages, souvent très touchants, que ces jeunes, de cultures et de croyances différentes, publient sur la page de leur professeure. Une étudiante écrit : « Il y a dix ans, et malheureusement aujourd'hui encore dans de nombreux pays arabes, lorsque tu racontes qu'à la fac, tu écoutes de la musique, tu fais du dessin, du coloriage, du chant, tu dégustes de la nourriture et tu visites des galeries d'art, certains pourraient penser que tu rêves. Mais c'est la vérité à l'AUD et avec ma professeure Pamela Chrabieh qui m'a aidée à réaliser que l'éducation ne se limite pas aux livres, et que la véritable éducation commence en allant vers l'autre sans chaînes de quelque nature qu'elles soient ; c'est ouvrir toutes les fenêtres pour apprendre et explorer, c'est développer ses talents ou découvrir au fond de soi une passion nouvelle dont on ne se doutait guère... »
La Dr Chrabieh qui fait partie du comité du curriculum de la faculté précise qu'à ce jour, ses « étudiants(es) préfèrent de loin et en grande majorité cette approche plutôt que la traditionnelle. La pratique et le terrain constituent pour eux/elles une situation pédagogique de choix, leur offrant la possibilité de remettre en cause leurs conceptions et de construire une problématique proche de leurs besoins et préoccupations ».

Promouvoir le respect mutuel et le dialogue interculturel
La professeure et militante pour les droits des femmes confie aimer « poursuivre cette aventure intellectuelle et expérientielle à cheval entre la relecture du passé et l'innovation » et continuer à « sonder cette incroyable intersection entre la mémoire, l'imagination et la réalité, tout en explorant de nouveaux outils technologiques et plates-formes en ligne, et diversifiant les activités/dynamiques de groupe ». « Ce qui m'importe c'est de renforcer la motivation des étudiants(es), développer leur sens critique et leur créativité, et promouvoir le respect mutuel et le dialogue interculturel », conclut-elle.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.