Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Pour Jolani, le califat de l’État islamique est « illégitime »

« Nous couperons les bras de l'Iran dans notre région », affirme le responsable du Front al-Nosra dans la seconde partie de son entretien à la chaîne al-Jazira.

Le chef du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, Abou Mohammad al-Jolani, a assuré dans la seconde partie d'un entretien diffusé par la chaîne de télévision qatarie al-Jazira mercredi soir que le califat que veut instaurer son rival, le groupe État islamique (EI), est « illégitime ».
« Ils ont annoncé un califat, mais les ulémas rejettent cela comme étant illégitime. Cela ne se fonde pas sur la loi islamique », a-t-il estimé, le visage masqué par une écharpe noire, comme pour la première partie de son entretien, diffusée mercredi dernier.
Il a ainsi longuement critiqué l'EI et assuré qu'une réconciliation entre les deux formations jihadistes n'était pas d'actualité. « Il n'y a aucune solution envisageable entre l'EI et nous en ce moment même, ou dans un futur proche », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il « espère que les jihadistes de l'EI se repentent devant Dieu et retrouvent leurs esprits... sinon, la seule solution sera de les combattre ».
Dans la seconde moitié du reportage est montré un camp d'entraînement d'al-Nosra, des armes, l'intérieur d'une salle de classe ainsi qu'une prison. L'entretien sonne comme une tentative par le Front al-Nosra de se définir en tant que mouvement national syrien aux yeux des populations arabes.
Ces dernières semaines, le groupe a élargi son territoire dans le Nord-Ouest syrien aux côtés d'autres formations, se saisissant des villes d'Idleb et de Jisr al-Choughour, et s'est rapproché des zones côtières tenues par le régime. Cette nouvelle donne a déclenché un débat parmi des diplomates occidentaux sur le point de savoir si ce groupe est différent ou pas de l'État islamique.

L'Iran comme adversaire régional
Jolani a en outre éludé la question concernant la possible séparation de sa formation de l'organisation el-Qaëda. Le groupe suit l'interprétation rigoriste d'el-Qaëda de l'islam et perçoit l'Iran chiite comme un adversaire majeur. Jolani a également déclaré que l'Iran, qui soutient le président Bachar el-Assad, n'utilisait que des milices pour se battre contre les groupes armés en Syrie. Selon lui, Téhéran a envoyé des experts militaires mais pas ses troupes nationales. Il a affirmé qu'al-Nosra était déterminé à se battre contre ces milices iraniennes. « Nous couperons les bras de l'Iran dans notre région et quant à l'Iran lui-même, ce sont les personnes (à l'intérieur) qui s'en chargeront », a-t-il dit.
Jolani a également déclaré à al-Jazira que les États-Unis étaient à l'origine du climat d'instabilité régnant dans tout le Moyen-Orient. « Ils disent que l'Iran contrôle l'Irak, mais la vérité est que ce sont les États-Unis qui ont occupé l'Irak et l'ont offert à l'Iran sur un plateau d'argent. »
(Source : al-Jazira)


Le chef du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, Abou Mohammad al-Jolani, a assuré dans la seconde partie d'un entretien diffusé par la chaîne de télévision qatarie al-Jazira mercredi soir que le califat que veut instaurer son rival, le groupe État islamique (EI), est « illégitime ».« Ils ont annoncé un califat, mais les ulémas rejettent cela comme étant illégitime....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut