Rechercher
Rechercher

Liban

Sayyed relève « la confusion de Siniora » devant les juges du TSL

Dans un communiqué, l'ancien directeur de la Sûreté, le général Jamil Sayyed, a commenté le témoignage donné hier par l'ancien chef de gouvernement, Fouad Siniora, devant le Tribunal spécial pour le Liban.
« Le contre-interrogatoire de l'ancien Premier ministre, Fouad Siniora, devant le TSL a démontré l'embarras et la confusion chez lui, notamment lorsqu'il a tenté de se dérober à ses responsabilités pour brouiller l'enquête par le biais du complot des faux témoins et de l'arrestation arbitraire des quatre généraux », précise le communiqué.
L'officier a relevé que M. Siniora a tantôt « prétendu » ne pas être au courant de certaines questions, « tantôt rejeté la balle dans le camp de l'ancien ministre de la Justice, Charles Rizk ». « Une troisième fois il s'est dissimulé derrière les erreurs commises par la justice, notamment par le procureur général Saïd Mirza », a indiqué le général Sayyed.
Par ailleurs, l'officier a révélé qu'il attendait toujours une réponse du TSL concernant sa requête de se faire entendre en tant que témoin « pour confronter les mensonges de M. Siniora et des témoins politiques qui l'ont précédé ».
Par ailleurs, le tribunal des imprimés au Liban a donné satisfaction à M. Sayyed dans la plainte pour diffamation qu'il avait déposée contre le journaliste français, Georges Malbrunot, et le quotidien Le Figaro, devait-on encore apprendre de l'officier lui-même.


Dans un communiqué, l'ancien directeur de la Sûreté, le général Jamil Sayyed, a commenté le témoignage donné hier par l'ancien chef de gouvernement, Fouad Siniora, devant le Tribunal spécial pour le Liban.« Le contre-interrogatoire de l'ancien Premier ministre, Fouad Siniora, devant le TSL a démontré l'embarras et la confusion chez lui, notamment lorsqu'il a tenté de se dérober à...

commentaires (3)

Dans presque tous les pays qui se respecte quand une personne est supposer protéger une personne (ou encore les responsable des services de sécurité sont censée protéger une personnaliste) et que celui ci faillit de le protéger alors tous les responsable feront l'objet d'enquête, mais la n'est pas le sujet, le responsable en question lui, demande pardon au peuple et surtout à la victime q'il était censée protéger, et pour finir apprend a se taire !! Prenez en l'exemple vous avez faillit a votre devoir et en plus de ca vous ne vous taisez pas !!!

Bery tus

15 h 13, le 28 mai 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Dans presque tous les pays qui se respecte quand une personne est supposer protéger une personne (ou encore les responsable des services de sécurité sont censée protéger une personnaliste) et que celui ci faillit de le protéger alors tous les responsable feront l'objet d'enquête, mais la n'est pas le sujet, le responsable en question lui, demande pardon au peuple et surtout à la victime q'il était censée protéger, et pour finir apprend a se taire !! Prenez en l'exemple vous avez faillit a votre devoir et en plus de ca vous ne vous taisez pas !!!

    Bery tus

    15 h 13, le 28 mai 2015

  • Sieur de "beau" sieur, ni si beau ni si "sieur".

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 39, le 28 mai 2015

  • J'ai écouté le témoignage de Mr. Siniora et nulle part il y a confusion ou contradiction. Sayyed ferait mieux de se tenir tranquille et de ne pas chercher la provocation car s'il a été relâché a l’époque cela ne veut pas dire qu'il est innocent ou n'a pas de responsabilité dans ce qui s’était passé. Tout comme il est innocent jusqu’à preuve du contraire, ayant été membre d'une nébuleuse politico-sécuritaire qui fabriquait des dossiers contre ses détracteurs, il reste coupable de meurtre ou de complicité de meurtre a nos yeux comme aux yeux de la justice. S'il compte sur le Hezbollah pour le sortir de la, il se fourre le doigt dans l’œil et le pouce dans le nez jusqu’à la garde!

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 17, le 28 mai 2015

Retour en haut