Liban

Hautes trahisons

Feuille de route
23/05/2015

Jamais un collaborateur patenté du régime syrien n'avait été pris la main dans le sac, en flagrant délit, dans sa mission de pyromane, résumant dans son acte près d'un demi-siècle de pratiques assadistes au Liban...
Jamais enregistrements publics ne furent aussi accablants pour un homme devenu la honte de la République, un ancien « serviteur » de l'État reconverti en poseur de bombes au service d'une puissance étrangère, se cachant derrière son titre de conseiller officiel pour jouer, en toute impunité, les baroudeurs-plastiqueurs et les semeurs de zizanie.
L'on se souviendra longtemps des cris d'orfraie qu'ont poussés les enfants de chœur de l'alliance des minorités, lorsque les services de renseignements des Forces de sécurité intérieure avaient sauvagement « exécuté » la porte du domicile du criminel en puissance... C'est en revanche un silence obscène, explicite, qui a suivi la diffusion des directives administrées par ce dernier, avec une légèreté éléphantesque et une froideur glaciale, style Dr Petiot, afin d'envoyer « sous la tombe » tous ces cheikhs sunnites... mais aussi des députés, un patriarche et un mufti.
C'est à peine si les archanges de l'alliance des minorités ne se pressent pas d'initier une procédure pour béatifier l'ancien ministre de son vivant.
N'est-il pas, en fin de compte, un preux martyr de la « cause » ? Dans ce climat de crispations et de verrouillages communautaires tous azimuts, un terroriste « laïc », qui plus est chrétien, ne vaut-il pas mieux que les plus modérés des sunnites ?
N'entend-on pas dans certains cercles – c'est la ritournelle préférée dans les milieux chrétiens qui relaient directement ou indirectement la propagande du tandem Hezbollah-Assad – que « les sunnites sont les ennemis des chrétiens » depuis l'aube des temps ?
Dans tout pays qui se respecte, l'espion Milad Kfoury aurait été célébré comme un véritable héros, ne serait-ce que pour avoir sauvé des vies humaines et déjoué un complot terroriste.
Or c'est à peine si, dans ce renversement de toutes les valeurs, dans cette perversion systématique menée par l'axe Damas-Hezbollah-Aoun, Milad Kfoury ne devient pas lui-même le traître de substitution, le bouc émissaire du politiquement correct, voire du servilement correct, à l'égard de Damas.
C'est à peine si le ministre de la Justice, l'ancien patron des FSI, Achraf Rifi, le seul à sortir quelque peu le 14 Mars de son irrémédiable – incurable ? – torpeur, n'est-il pas lui-même déféré en cour martiale pour avoir commis ce formidable crime de lèse-majesté qu'est la dénonciation d'une justice militaire totalement phagocytée par le Hezbollah, et toujours otage de l'ère assadienne.
Pourtant, le bon sens le plus élémentaire ne voudrait-il pas que les prérogatives des tribunaux d'exception, tels que le tribunal militaire, la Cour de justice, voire même le tribunal des imprimés, soient revues ? Est-il impossible de porter la moindre critique à l'institution militaire – surtout lorsqu'elle est manifestement dans l'excès de pouvoir –, sans être immédiatement étiqueté comme un ennemi de la nation et un agent de l'ennemi ? N'est-ce pas ce même tribunal militaire qui a déjà été particulièrement aimable vis-à-vis d'un ancien général aouniste accusé de collusion avec Israël, après avoir été épatant de magnanimité avec un milicien du mini-État coupable d'avoir assassiné un officier-pilote ? Cela ne donne-t-il pas à réfléchir sur le sens des priorités de certains juges-officiers au sein de ce tribunal ? La défense des intérêts supérieurs du Hezbollah et du régime syrien est-elle devenue la Constitution officieuse qui préside à ces jugements ?

***

Il ne faut pas s'y tromper : le verdict rendu par le tribunal militaire dans l'affaire Samaha est l'équivalent d'un 7 mai judiciaire.
Jamais expédition punitive contre l'idéal de justice n'aura en effet été aussi rondement menée, comme du bon vieux temps de l'occupation syrienne du Liban. Contre l'idéal de justice, naturellement, mais aussi contre l'égalité de tous les citoyens devant la loi, et, surtout, contre la souveraineté et l'indépendance du pays du Cèdre.
Combien de nouveaux Michel Samaha, qui gambadent actuellement en toute liberté dans le pays pour satisfaire la soif de carnage de Bachar el-Assad et de ses nouveaux maîtres, seront-ils épargnés grâce à ce précédent ?
Michel Samaha ne s'est-il pas rendu coupable de la plus infâme des hautes trahisons? Qui est suffisamment naïf pour penser que des placebos de justice pourront réparer l'injure au peuple libanais et au vivre-ensemble qui a été faite à travers le verdict du tribunal militaire ? L'héroïsme du peuple syrien face au tyran damascène ne devrait-il pas en inciter plus d'un à se libérer enfin du syndrome de Stockholm ?
Dans l'Histoire du Guerrier et de la Captive, Jorge Luis Borges raconte l'histoire emblématique de Drocton, ce chef de tribu germanique qui « renia les siens », jadis, pour épargner la destruction de la magnifique ville de Ravenne, après avoir été lui-même conquis par la ville et la civilisation.
Tout le monde n'a cependant pas le génie de Drocton et le courage de prendre le parti de la civilisation contre la barbarie.
Certains – et c'est bien pitoyable – préfèrent en effet entrer dans l'histoire par la porte, toute petite, de la haute trahison, en tant qu'hommes liges et que porteurs de faux de l'État de barbarie.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hitti arlette

Toujours cette obsession morbide de meler le Hezbollah et le général aoun dans les affaires les plus louches .!!! Puis viennent les coups d encensoir de l encenseur à la partie adverse .. Anguille sous roche !!

Dounia Mansour Abdelnour

Merci Milad Kfoury.

Salim Dahdah

Les uns trahissent par leurs actes, comme vous le soulignez si clairement et si justement,mais combien d'entre nous le font par leurs faux- fuyants, leurs silences,leurs absences où leurs dérobades...! L'expression arabe qui me parait la plus adaptée à la fin de la lecture de votre analyse se résume ainsi: لمن تنادي يا ميشال ...!

Hamed Adel

MERCI et BRAVO pour ta lucidité et ton courage !
Je te dis toute mon affectueuse amitié.
adel.

Tabet Karim

Encore une fois bravo Michel d'oser écrire tout haut ce que des milliers (ou centaines de milliers ) pensent tout bas. La prochaine liberation (?) de ce laquais de la pire espèce n'est pas un signe réconfortant. Le mal persiste. La Bête veille. Et les laquais, souffifres et autres êtres exécrables et malveillants n'en sont que plus encouragés.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARTICLE DIGNE DE CE NOM... PAS COMME D'AUTRES QUI CHERCHENT À DÉFENDRE L'INDÉFENDABLE... BRAVO MONSIEUR HAJJI GEORGIOU !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Tout ce tohu et tout ce bohu Sain pour stigmatiser ce "tribunal" militaire, ce canular "judiciaire laborieux quand il n'est pas d'une extrême couardise, est tout à fait assurément disproportionné. On aurait dit les fakkihistes Takfiristes chïïtiques nouSSaïrîs devant un sunnite, une tartine ou une "Ostie" ! Il n'en reste pas moins que, aspirés par ces quelques "boursoufflés" en treillis, les Malsains, eux, sont emportés dans un maelström-késhék aigri en treillis kaki au sein duquel s'entrechoquent des fragments de moult exégètes bêtes, d'apologétiques et d'ésotériques, de cryptographes, de gnostiques et de tsunamis yîîîh, anti-justice civile. Sans compter des bataillons entiers de kabbalistes, hachâchînes, francs-maçons du Grand Orange du Levant. Mais toujours aucun des "innombrables" des sections de la Fédération du Lahoûdisme à Courtes Manches, alias le Mi-Qi : une confrérie pourtant si réputée pour son exégèse en sciences juridiques. Dans une épouvantable bousculade sont appelés aussi à la rescousse Bulldozer Wéhhééébbb, sieur de "Beau sieur et le Qandîîîl au kâz etc. ; mais toujours pas Nämttallâh, ni Nöoûûûlâh. Il semble bien que de ce "tribunal" en treillis, l’éhhh Justice Civile mahééék du Grand-Liban ; qui en a vu d'autres ; aurait beaucoup mieux fait pour le dire simplement de s'en tamponner le coquillard campagnard et, à vrai dire, qu’elle s'en tamponne presque déjà son coquillard montagnard à saroual de cette sale histoire au flan kaki ! Il était plus que temps.

Halim Abou Chacra

Mais, M Hajji Georgiou, les "hautes trahisons" dans les rangs de "l'axe Damas (gang Assad)-Hezbollah-Aoun sont "bsamneh" et les hautes trahisons dans les rangs des autres sont "bzeit" de la pire qualité. Telle est la raison d'être du "silence obscène" des grandes et petites figures de l'axe en question devant les preuves, de la bouche de leur héros Michel Samaha, du crime colossal qu'il allait commettre pour précipiter le Liban en enfer avec ses associés "le raiis (Bachar) et Ali (Mamlouk), seuls au courant". Il faut néanmoins garder l'espoir que ce "silence obscène" sera rompu un jour par le général Aoun. Aux journalistes qui lui demandaient : "et vous ne dîtes rien sur l'affaire Samaha", il a répondu qu'il le fera "en temps voulu e Khalas, passons à une autre question". En arabe "mouchabrah" cela veut dire : "ma bouche est pleine d'eau - fy famy maa".

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!