Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Égypte

« Le système judiciaire mène une guerre totale contre les Frères musulmans »

Les États-Unis ont exprimé hier leur « profonde préoccupation » après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohammad Morsi.
L'ex-président, renversé par l'armée en juillet 2013, et une centaine de ses coaccusés ont été condamnés samedi à la peine capitale pour leur rôle dans des évasions massives de prison et des attaques visant la police durant la révolte de 2011, qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir.
« Nous nous sommes toujours élevés contre la pratique des procès de masse et des condamnations de masse, qui sont menés d'une manière contraire aux obligations internationales de l'Égypte et au respect de la loi », a déclaré un diplomate américain, sous le couvert de l'anonymat. Mais le ministère égyptien des Affaires étrangères a dénoncé les réactions internationales, les qualifiant « d'ingérence inacceptable dans les affaires internes du pays ».

Pendaison de six islamistes
Hier, les autorités carcérales ont d'ailleurs pendu six hommes reconnus coupables d'avoir mené des attaques contre l'armée pour Ansar Beit el-Maqdess, la branche égyptienne du groupe jihadiste État islamique (EI). Amnesty International avait indiqué que leur procès était « injuste ».
Parmi les dizaines de personnes ayant écopé de la peine capitale samedi figure, outre M. Morsi, le prédicateur islamiste Youssef el-Qaradaoui. Ce dernier, installé au Qatar, était jugé par contumace et a rejeté hier sa condamnation. Ces jugements « n'ont aucune valeur et ne peuvent pas être appliqués car ils sont contraires à la loi divine ainsi qu'aux règles et coutumes humaines », a-t-il dénoncé.
Selon des experts, ce verdict montre de nouveau la détermination du président Abdel Fattah al-Sissi à éliminer la confrérie islamiste, qui avait remporté toutes les élections démocratiques organisées entre 2011 et la chute de M. Morsi. « Le régime du président Sissi a recours à tous les éléments de l'État pour casser la volonté politique des Frères musulmans », estime Fawaz Gerges, expert du Moyen-Orient à la London School of Economics and Political Science. « Le système judiciaire mène une guerre totale contre les Frères musulmans », souligne-t-il. « L'appareil judiciaire est clairement dans l'appoche du gouvernement », assure Peter Sluglett, directeur de l'Institut pour le Moyen-Orient de l'Université de Singapour, pour qui le jugement de samedi est « vindicatif et cruel ».
(Source : AFP)

Les États-Unis ont exprimé hier leur « profonde préoccupation » après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohammad Morsi.L'ex-président, renversé par l'armée en juillet 2013, et une centaine de ses coaccusés ont été condamnés samedi à la peine capitale pour leur rôle dans des évasions massives de prison et des attaques visant la police durant la révolte de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut