Liban

Le groupe de soutien chez le greffier du TSL

OLJ
17/04/2015

La présidente du TSL étant en visite à Beyrouth, c'est le greffier du tribunal, le seul fonctionnaire de l'Onu au sein du tribunal nommé par Ban Ki-moon, Daryl Mundis, qui a reçu le groupe de soutien à al-Jadeed. En compagnie du responsable du bureau de l'information et de la communication au sein du TSL, Crispin Thorold, M. Mundis a écouté les membres du groupe un à un. L'avocat et président de l'ONG Justicia, Paul Morcos, a présenté ainsi au greffier un mémorandum au nom des membres du groupe dans lequel il réclame la fin des poursuites contre les médias libanais et leur transfert devant les tribunaux libanais.
Le président du CNA, Abdel Hadi Mahfouz, explique à son tour qu'il est « faux » de prétendre que la chaîne al-Jadeed est passée outre aux notifications qui lui ont été adressées sur la nécessité de ne pas mettre en danger les témoins confidentiels, en rappelant que, selon la loi libanaise, toutes les notifications adressées aux médias audiovisuels doivent passer par le CNA. Or, celui-ci a reçu une première note en ce sens en 2014 et il l'a aussitôt transmise à la chaîne qui a, à partir de cette date, cessé d'évoquer ce sujet. De plus, M. Mahfouz a rejeté l'affirmation selon laquelle la chaîne de télévision voulait faire un scoop à tout prix, assurant qu'il ne s'agissait justement pas d'un scoop puisque les infos avaient été déjà publiées dans d'autres médias, qui, eux, n'ont pas été inquiétés.
Georges Cordahi a expliqué à son tour les appréhensions des Libanais au sujet du TSL, qui soulève de nombreuses questions et des doutes. Selon lui, le TSL gagnerait en crédibilité s'il acquittait les médias libanais. L'humoriste et réalisateur Charbel Khalil a raconté au greffier sa propre vision de ce qu'il a vu dans la salle d'audience. Selon lui, il s'agit d'une scène caricaturale au cours de laquelle le TSL a revêtu un masque terrifiant pour faire peur aux médias, à travers le procès intenté à al-Jadeed. M. Khalil a d'ailleurs réussi à arracher un sourire à M. Mundis. Ibrahim Awad a précisé que le TSL gagnerait à se rappeler qu'il est là pour juger les assassins de Rafic Hariri au lieu de se perdre dans des détails secondaires. Scarlett Haddad a déclaré pour sa part que les journalistes libanais, qui travaillent dans de dures conditions et sont soumis aux pressions et aux tentatives de corruption alors qu'ils sont au cœur d'une région tourmentée et souvent au cœur des batailles, attendent du tribunal qu'il leur rende justice et non qu'il les juge, car, par leur lutte, ils cherchent à agrandir l'espace de liberté et constituent l'espoir de la démocratie dans la région.
Le greffier a alors raconté qu'il a été lui-même journaliste avant de décider de « passer de l'autre côté ». Il comprend donc la position du groupe et par conséquent il se chargera d'évoquer ce sujet avec la présidente du TSL tout comme il communiquera le mémorandum à la défense et l'accusation. Il compte d'ailleurs lui-même se rendre à Beyrouth vers la mi-mai.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C'ÉTAIT UN SECRET DE POLICHINNELLE...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Alors que les éhhh 14 libanais Sains plaident pour un réel positionnement farouchement indépendant de tout pouvoir moumânaïste autoritaire, les Malsains cancres-huitards tancent sans trop d'aménité vraiment qu'ils comprennent mal cette obsession Saine, et que "leur honneur" à eux c’est leurs dépendances idéologiques fakihisto-bääSSyriennes..... C’est à décontenancer, mahééék ? Certes, il est notoire que ces impétueux s'engagent fermement dans ces causes Malsaines ; mais le fait d'abdiquer, pour ce faire, sa liberté d'esprit et son sens critique au profit d'une roide discipline militante jésuitico-fakihisto-bääSSyrianique "perinde ac cadaver" parait contestable et, en tout cas, really inacceptable pour la pure et toute simple honnêteté intellectuelle. Ces visages secoués de spasmes secs, n’expriment qu’un pathétique chafouin d'autant plus gênant qu'il est inadmissible ! Bien sûr, on saisit que cez-héros jésuitico-indigènez-et locaux malgré eux de leur saga si Malsaine vivent mal les accusations portées contre eux. Mais n'ont-ils pas ces philistins les capacités rhétoriques pour les anéantir, sinon par des preuves, du moins par une véritable argumentation ? Au lieu de cela, yâââï, ils n’offrent que quelques dénégations-incantations toutes drolatiques coupées de longs silences tétanisés. Sans compter une batterie d’allusions bidon, dont on comprend mal en quoi elles peuvent être un élément primordial de toute audible plaidoirie !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants