Moyen Orient et Monde

Au moins 90 morts en Syrie lors de plusieurs attaques de l’EI

Conflit
OLJ
21/03/2015

La Syrie a été le théâtre de violences qui ont coûté la vie à au moins 90 personnes lors des dernières 24 heures, a indiqué hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
Dans le centre du pays, plus de 70 membres des forces du régime et des supplétifs ont ainsi été tués dans des attaques menées par des jihadistes de l'État islamique (EI), selon l'OSDH. Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a expliqué à l'AFP que les assauts avaient visé des points de contrôle et des positions du régime dans les provinces de Hama, où au moins 50 membres des forces du régime sont morts, et de Homs. Ces provinces sont en majorité sous contrôle gouvernemental. L'OSDH a ajouté que plusieurs jihadistes ont aussi trouvé la mort, mais sans pouvoir fournir un bilan. « Ces derniers mois, l'EI a essuyé des revers dans les provinces d'Alep, Raqqa et Hassaké face aux forces du régime et aux combattants kurdes et il cherche maintenant à redorer son blason avec des victoires militaires sur le terrain, même limitées », a affirmé M. Abdel Rahmane.
Parallèlement, dans le nord-est de la Syrie, à Hassaké, c'est la minorité kurde qui a été visée lorsque plus de 20 personnes ont péri hier dans un attentat-suicide perpétré lors d'une fête à la veille de Norouz, le Nouvel An kurde. Selon le directeur de l'OSDH, des dizaines de personnes ont également été blessées. D'après M. Abdel Rahmane, un attentat à l'explosif a visé un autre rassemblement dans cette ville en faisant des dizaines de blessés. Cela dit, ces attaques, qui « ne resteront pas impunies » selon les propos du commandant kurde Joan Ibrahim sur une page Facebook des YPG, n'ont pas immédiatement été revendiquées.
Par ailleurs, l'EI a décapité trois peshmergas irakiens et menacé d'en tuer d'autres si les combattants kurdes poursuivaient le bombardement de ses fiefs dans le nord de l'Irak, dans une vidéo diffusée sur Internet. La vidéo, diffusée dans la nuit de jeudi à hier sur les sites islamistes, débute avec des images de personnes blessées conduites dans un hôpital et une voix off affirmant qu'elles ont été touchées par des tirs de peshmergas. Les trois prisonniers, habillés d'une combinaison orange et les mains attachées derrière le dos, sont ensuite montrés à genoux. Ils sont ensuite décapités. Des personnes, dont de jeunes enfants, sont visibles sur la vidéo, en train de regarder la scène. Un combattant, s'adressant au président du Kurdistan Massoud Barzani, lance : « À chaque roquette que vous tirerez contre les musulmans (...), nous tuerons l'un de vos hommes entre nos mains. »
Enfin, plus d'un demi-million de personnes, dont 20 % de Syriens, ont demandé l'asile politique dans l'UE en 2014, un chiffre record en hausse de 44 % par rapport à 2013, a indiqué hier un rapport de l'Office européen de statistiques.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI APPROVISIONNE LES TARÉS ? SECRET DE POLICHINNELLE DIREZ-VOUS !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Qu'allâh yésstorre ces fakîhdio-bääSSyriens de ces Déééïchs, qu'ils ne les écrasent définitivement avec leurs souliers-babouches !

ACE-AN-NAS

L'ex-Directeur de l'agence de la sécurité nationale americaine, le général Hayden, juge Israrecel incapable de s'attaquer à l'Iran NPR : "En cas d'attaque, ce serait l'existence même d'Israël qui serait mise en cause", a-t-il annoncé, sur la chaîne MSNBC. "Israrecel est incapable d'attaquer l'Iran". Le général répondait, en effet, à une question, sur l'éventuel échec des pourparlers nucléaires et la possibilité, dans la foulée, de frappes unilatérales israéliennes contre les sites nucléaires iraniens. "Même s'il le voulait, Israrecël ne le pourrait pas. Une grande distance sépare les deux pays. L'armée de l'air israélienne est puissante, mais petite, et les cibles sont dispersées, difficiles à atteindre. La question est, dès lors, la suivante: est-ce qu'Israrecël ira mettre en danger la seule partie avec qui elle entretient des relations stratégiques, et ce, pour retarder de 3 à 6 mois, le programme nucléaire iranien? Je ne le crois pas".
On le dit et repete , comme quand on le disait du temps ou on criait la Syrie n'est pas la Lybie , que israrecel sera definitivement brulee comme elle pourrait le faire chez nous , mais ca on le savait depuis longtemps , la nouveaute est que l'usurpie ne s'en sortira pas intacte .Cette fois ci .







Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué