Liban

Beyrouth a été particulièrement généreux en recevant 1,2 million de réfugiés, admet l’Onu

Le ministre de la Santé recevant à Rachaya une délégation des familles des otages. Photo Ani

La secrétaire générale adjointe des Nations unies aux Affaires humanitaires et coordonnatrice des secours d'urgence, Valérie Amos, a clôturé hier sa visite au Liban, appelant la communauté internationale à préserver la stabilité du pays. Durant sa visite, Mme Amos, qui a notamment rencontré le Premier ministre Tammam Salam, a affirmé que l'Onu s'engage à préserver la stabilité au Liban, à la lumière notamment de l'afflux massif de réfugiés syriens et de ses répercussions sur la situation économique et sociale. Mme Amos a également signalé que l'initiative lancée par le gouvernement libanais et les Nations unies pour le Liban, intitulée « Plan libanais de réponse à la crise », d'un coût de 2,1 milliards de dollars, devrait venir en aide à 2,9 millions de personnes, notamment des Libanais vivant dans la précarité, des déplacés syriens et des réfugiés palestiniens. Elle a aussi espéré que la troisième conférence du Koweït puisse venir en aide au gouvernement libanais, rappelant que « le Liban a été particulièrement généreux en recevant 1,2 million de réfugiés syriens, un fardeau qu'aucun pays ne peut supporter seul ».
La diplomate avait par ailleurs effectué hier une tournée dans l'Iqlim el-Kharoub, dans le village de Baassir, où elle a inspecté un projet de construction d'un réservoir d'eau potable, réalisé par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et financé par le Fonds saoudien pour le développement. Dans ce village, 40 % des habitants sont aujourd'hui des réfugiés syriens.

Arrestation d'un des ex-geôliers des militaires otages
Sur le plan sécuritaire, l'armée a perquisitionné hier des rassemblements pour les déplacés à Zghorta et Miriata et a arrêté plusieurs ressortissants syriens sans papiers d'identification.
La Direction de l'orientation de l'armée a annoncé pour sa part dans un communiqué que Hassan Gourli, connu sous le nom d'Abou Harès al-Ansari, terroriste arrêté il y a quelques jours dans un hôpital de la Békaa, a avoué avoir gardé les militaires pris en otage depuis août dernier et les avoir transférés d'un endroit à un autre. « Le détenu a divulgué l'identité du bourreau des militaires Ali Sayyed et Abbas Medlej, et a également été témoin de l'exécution du caporal Ali al-Ali. Il a aussi révélé des informations sur le travail des organisations terroristes et sur leurs dirigeants », explique le communiqué, qui indique également que « Gourli avait été arrêté le 2 mars pour avoir participé aux attaques contre les postes de l'armée dans le jurd de Ersal en août dernier et à Tallet el-Hamra, Ras Baalbeck, en février, où il a été blessé ». « Le détenu a reconnu qu'il avait suivi une formation militaire mise en place par les organisations terroristes et qu'il avait participé à tous les combats contre l'armée, à la tête d'une organisation qui a prêté allégeance à l'EI en juillet 2014 », rapporte enfin le communiqué. Le juge d'instruction militaire Imad Zein a par ailleurs interrogé Gourli et émis hier un mandat d'arrêt à son encontre. Le commissaire du gouvernement près la Cour militaire Sakr Sakr l'a pour sa part accusé d'appartenance à une organisation terroriste armée, de participation aux combats contre l'institution militaire et d'implication dans l'enlèvement des soldats.
Sur un autre plan, le ministre de la Santé, Waël Bou Faour, a reçu hier à Rachaya une délégation des familles des militaires pris en otage. Le ministre a informé la délégation des derniers développements et des efforts fournis par le gouvernement et la cellule ministérielle de crise afin d'aboutir à la libération de leurs fils.


La secrétaire générale adjointe des Nations unies aux Affaires humanitaires et coordonnatrice des secours d'urgence, Valérie Amos, a clôturé hier sa visite au Liban, appelant la communauté internationale à préserver la stabilité du pays. Durant sa visite, Mme Amos, qui a notamment rencontré le Premier ministre Tammam Salam, a affirmé que l'Onu s'engage à préserver la stabilité...

commentaires (0)

Commentaires (0)