X

Culture

Les femmes de Tarek Butayhi

Regard sur...
07/03/2015

Il aime les femmes, Tarek Butayhi. Leurs formes, leurs courbes, les pleins et déliés de leur constitution... Il sait les représenter avec délicatesse, avec expressivité, à l'acrylique sur toile. Il sait exprimer leur sensualité au moyen d'un ardent, d'un lumineux chromatisme contrasté. Mais surtout, il possède l'art de révéler le frémissement de leur âme et les contraintes de leur condition, par un choix subtil d'attitudes représentées et de minimalisme dans la composition. Alanguies ou plutôt étendues sur le ventre, une par une sur fond de toiles monochromes et grand format, elles semblent largement offertes au regard fasciné du spectateur-voyeur. Et pourtant, les belles mystérieuses ne livrent rien de leur douleur, leur peine, leur désir, l'intimité de leur univers secret... Si ce n'est des bribes, des suppositions stéréotypées sur cet éternel féminin que Tarek Butayhi semble saisir spontanément. À l'instar d'un Egon Schiele ou d'un Toulouse-Lautrec dont le jeune artiste koweïtien, né en 1982 et formé aux beaux-arts à Beyrouth, revendique l'influence. Facilement perceptible d'ailleurs dans la stridence de cette touche orangée qui revient dans ses peintures. Même si celles-ci sont plus douces et les postures de ses femmes moins crues ou caricaturales que celles de ses illustres prédécesseurs !
Bref, ce jeune talent vaut un détour par la galerie Art On 56th, où il expose ses œuvres jusqu'au 28 mars.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Hassan Nasrallah : 2 – Michel Aoun : 0

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué