X

Liban

Au théâtre Liban, on ne prolonge que l’entracte

La situation
18/02/2015

Chaque mardi, au terme de la réunion hebdomadaire du bloc du Changement et de la Réforme, les journalistes réunis à Rabieh guettent la personne qui se présentera devant eux pour donner lecture du communiqué final.

 

En règle générale, quand c'est le général Michel Aoun en personne qui se présente devant la presse, tout le monde s'attend à un effet d'annonce et, le plus souvent, à une matière politique dense à se mettre sous la dent, voire une nouvelle bataille.
Le chef du Courant patriotique libre s'est donc exprimé hier à la tribune de Rabieh pour jeter une sorte d'anathème parlementaire sur la personne du ministre de la Défense (et vice-président du Conseil), Samir Mokbel, qu'il soupçonne manifestement de préparer la voie à une mise à l'écart de facto de son poulain (et par ailleurs gendre), le général Chamel Roukoz, auquel il souhaiterait un avenir prometteur aux premiers rangs de l'institution militaire.
Usant de raccourcis constitutionnels, le général Aoun a affirmé avoir « retiré la confiance » de son bloc au ministre Mokbel, sachant que la procédure ordinaire, dans une démocratie normale, requiert de se présenter devant la Chambre des députés pour déposer une motion de censure à l'encontre d'un ministre ou du gouvernement dans son ensemble. Mais passons, vu que le Liban n'est pas vraiment aujourd'hui ce qu'on peut appeler une démocratie normale, que la culture du blocage y est généralisée et que la plupart des institutions, y compris le Parlement, y sont la plupart du temps paralysées.
M. Mokbel se fonde dans son action sur un texte législatif qui lui permet de décider seul de retarder le départ à la retraite d'officiers de l'armée. Le général Aoun le soupçonnerait de vouloir en faire de même avec l'actuel commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, brisant ainsi les espoirs du général Roukoz de lui succéder, ce dernier étant lui-même à quelques mois de l'âge de la retraite. Or le bloc aouniste conteste que le texte législatif mis en avant par le ministre de la Défense puisse s'appliquer au commandant en chef.


Ce nouvel épisode dans la lutte qui oppose le chef du CPL notamment à l'ex-président de la République Michel Sleiman – M. Mokbel est un proche de ce dernier – devra être aujourd'hui au centre d'un entretien entre le chef du gouvernement, Tammam Salam, et le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, avant le départ de ce dernier pour... Cuba.
On ne sait pas comment ils seront en mesure de régler cette nouvelle querelle, sachant que le cabinet est à présent menacé lui-même de paralysie totale, son chef étant déterminé à ne plus réunir le Conseil des ministres avant qu'un mécanisme alternatif de prise des décisions ne soit adopté.


Tammam Salam, sans doute l'un des hommes politiques les plus consensuels du Liban, ne veut pourtant plus entendre parler de la règle de l'unanimité qui, du fait de la vacance présidentielle, fait de chacun des vingt-quatre ministres un roitelet disposant d'un droit de veto sur toutes les décisions du gouvernement, même ordinaires.
Or cette vacance semble appelée à se prolonger encore. À ce stade, on ne décèle, en effet, aucun indice sérieux, susceptible de remettre en question le blocage en cours. La dix-neuvième séance électorale de la Chambre prévue ce mercredi va donc ressembler aux précédentes, même s'il est d'ores et déjà question que, plus tard dans la journée, la crise présidentielle soit pour la première fois abordée lors de la réunion de dialogue prévue entre le courant du Futur et le Hezbollah.


Cependant, au lendemain des prestations de Saad Hariri et de Hassan Nasrallah, qui ont illustré une fois de plus l'énorme fossé non seulement politique, mais aussi culturel, qui les sépare, le dialogue entre les deux formations apparaît plus que jamais comme une formalité destinée à faire passer le temps en attendant que les choses sérieuses se décident sur le plan régionalo-international.


L'attention est naturellement braquée sur les négociations irano-américaines, et d'aucuns, notamment au sein du 8 Mars, se délectent déjà à l'idée de voir les États-Unis concéder à l'Iran une influence et un rôle dans la région en échange d'un abandon de facto du rêve (cauchemar) de la bombe atomique.
Mais cet optimisme peut paraître un peu hâtif, d'autant qu'à ce stade, la République islamique est loin d'être parvenue à des résultats brillants dans les pays arabes où son influence est en jeu. Et si le Liban reste moins à plaindre à cet égard que la Syrie, l'Irak et le Yémen, ce n'est guère de la faute de Téhéran, mais bien plutôt à cause du facteur sunnite libanais, lequel s'est montré quasi totalement sourd aux sirènes du jihadisme.

 

Lire aussi

Règle de trois, l'éditorial de Issa Goraïeb

 

Deux discours et un dialogue ininterrompu, le décryptage de Scarlett Haddad

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

C'est normal ...car le souffleur est aussi au repos pendant l'entracte...!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

CORRECTION ! MERCI : ".... Sans celui-ci, ils seraient déjà sur 1 voie de garage à la Quarantaine....".

Ma Fi Metlo

lE RENOUVEAU DU PAYS , L'HOMME PAR QUI ON RETROUVERA NOTRE DIGNITE D'HOMME LIBRE ET NON INFEOFE AUX TRADOTIONNELS VAMPIRES DE NOTRE SOCIETE .CELUI QUI DIRIGERA LE PAYS DE FACON PHARAOUNESQUE ! MERCI D'EXISTER COMMANDANTE KHENERAL !!

Gebran Eid

AOUN PRONONCE LE MOT "DÉMOCRATIE" ! DANS UN PAYS DÉMOCRATIQUE, IL SERA EN PRISON À VIE. ET QU'IL DOIT REMBOURSER TOUT CE QU'IL A VOLÉ. IL IMPOSE SON GENDRE BASSIL ET ESSAYE D'IMPOSER L'AUTRE GENDRE ROUKOZ DEPUIS LONGTEMPS DÈJÀ. C'EST ÇA LA DÉMOCRATIE AOUNISTE. MALHEUREUSEMENT IL N'A PAS UN FILS, MAIS NE VOUS INQUIÉTEZ PAS, À CE RITME LÀ, LE LIBAN VA ÊTRE DOTER DE PLUSIEURS PETIT FILS MINISTRABLES. EN ATTENDANT, PROFITANT DES NOUVEAUX ARRIVÉS COMME TAYMOUR PAR EXEMPLE ET LE FILS DE SLEIMAN FRANGIEH ETC...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE FOSSOYEUR DE LA CHRÉTIENTÉ !

Sabbagha Antoine

Triste de voir nos politiciens toujours et toujours faisant passer le temps en attendant que les choses sérieuses se décident pour le Liban comme s'ils étaient vraiment soumis à une tutelle .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PIÈTRES ACTEURS ! LES PARAVENTS DES BOYCOTTAGES ET DES ILLÉGALITÉS...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Vous ne sauriez croire comme c'est merveilleux de finir sa vie comme eux, en "politiques" Martiens en 8 ! Grâce à ce statut, ils sont encore dans la vie. Sans lui, ils seraient déjà sur 1 voie de garage. C’est comme ils s’accrocheraient à 1 crinière ou que, chats de gouttière opportunistes et circonspects, assis au bord du fourneau ou sur la gouttière, ils surveillent ce qui se mijote dans diverses tanjrâs ou casseroles régionales et indigènes 8 Malsaines ! Ce sont bien les 14 Sains salubres et "Futuristes" ; et tous cacochymes qu'ils puissent être ; qui caracolent et cinglent à tout va de nouveau à présent. Après quoi, ils pouffent la main couvrant leurs bouches et, murmurant : "Si vous saviez ce qu’on a gardé pour nous !". La charité n'est certes pas la vertu théologale "futuriste" hyper préférée de ces 14 Sains chrétiens ou musulmans, qui rompent leurs bâtons avec équanimité sur les dos des nuisibles Malsains en 8 de tous bords. Avec peut-être, 1 prédilection pour ceux de leur propre paroisse. Car ils savent que la meilleure façon de penser, est de penser contre soi-même. C'est la seule qui permet d'exprimer 1 libre pensée. Loin des cagots, des bigots et des dévots de toutes les obédiences partisanes qui, comme des termites, rongent la vie publique dans ce pays. "Nous sommes sortis des brancards", disent-ils encore ces 14 Sains libanais. Ces "vieux chevaux du Futur" re-galopent donc dans le pré, et re-pétarade ! Qu'on ne leur parle plus jamais de harnais…. en 8, SVP !

Halim Abou Chacra

LA SITUATION. Comme on dit en langage libanais, "dans ce pays ceux qui avaient de la pudeur sont morts". La pudeur elle-même a pris la fuite. Fini ! Khalas !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.