Culture

Le concert des JML avec le pianiste Henri Goraieb

OLJ
23/01/2015

À l'occasion du 80e anniversaire de Henri Goraieb, les Jeunesses musicales du Liban organisent un concert en l'église Saint-Joseph de l'USJ dimanche 25 janvier. Bref aperçu du parcours de ce pianiste de talent qui sera au piano ce soir-là.
Né au Liban en 1935, de père libanais et de mère française, Henri Goraieb commence le piano, dès l'âge de 6 ans, avec un professeur tchèque qui affirmera que l'enfant est exceptionellement doué et doté, de plus, d'une oreille absolue qui lui permet de retenir par cœur et de jouer au piano tout ce qu'il entend. D'ailleurs Henri Goraieb gardera toujours cette mémoire phénoménale et on le qualifiera de véritable encyclopédie musicale vivante.
Il donnera son premier grand concert à l'âge de 13 ans avec le Concerto de Grieg et ira plus tard à Paris se perfectionner auprès de Germaine Mounier puis de la très célèbre Marguerite Long. Henri Goraieb explorera avec une facilité déconcertante une très grande partie du répertoire pianistique et enregistrera plusieurs disques. Il jouera, sous la baguette des chefs les plus prestigieux et avec les plus importants orchestres, plus de soixante concertos dans différentes villes, depuis Paris jusqu'à Moscou, en passant par les Indes et le Moyen-Orient.
Au Festival de Baalbeck, il donnera en 1957 le Concerto de Schumann, et le grand chef Charles Munch, qui assistait au concert, félicitera Marguerite Long pour l'excellente prestation de son disciple.
À côté de son travail de concertiste, sa vaste culture musicale, en particulier dans l'art lyrique, permettra à Henri Goraieb de présenter, durant 18 ans, des programmes très suivis sur France Musique.
Installé depuis peu au Liban, Henri Goraieb offrira, en cadeau aux mélomanes libanais, à travers les Jeunesses musicales du Liban, le très grand Concerto n°1 en re-mineur de Bach, concerto qu'il a, soit dit en passant, interprété avec brio avec Jacques Pernoo en 1961, en remplacement de dernière minute.
Au programme: l'Adagio pour orgue, violon solo et orchestre d'Albinoni ; la musique du film The Mission pour hautbois de Morricone ; Oblivion pour hautbois et orchestre de Piazzolla ; Symphonie des jouets de Mozart et, enfin, le Concerto en ré mineur pour clavier et orchestre de Bach.
Au piano, Henri Goraieb, avec Anne-Claire Samoël el-Khoury au violon, Étienne Kupélian, hautbois, sous la direction de Paul-René
Safa.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué