Dernières Infos

Turquie: Erdogan invite son homologue arménien à commémorer la bataille de Gallipoli en avril

AFP
16/01/2015

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a invité son homologue arménien à la commémoration du 100e anniversaire de la bataille de Gallipoli en avril, en même temps que celui des massacres d'Arméniens de 1915, a-t-on appris vendredi de source officielle.

M. Erdogan a envoyé des lettres d'invitation à Serge Sarkissian ainsi qu'à 101 autres chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président américain Barack Obama, pour les deux jours de célébrations prévus les 23 et 24 avril.

Le 25 avril 1915, des troupes anglaises, néo-zélandaises, australiennes et françaises ont débarqué dans la péninsule de Gallipoli, dans le détroit des Dardanelles, pour porter la guerre au coeur de l'Empire ottoman, allié de l'Allemagne. Elles ont battu en retraite neuf mois plus après une bataille qui a coûté la vie à 180 000 alliés et 66 000 Turcs.
C'est au cours de cette bataille que s'est illustré le colonel Mustafa Kemal, qui proclamera en 1923 la République turque moderne née de la chute de l'Empire ottoman.

Les festivités de Gallipoli attirent chaque année des milliers de visiteurs venus d'Australie et de Nouvelle-Zélande, où le 25 avril est un jour de fête nationale. Elles coïncident avec le jour retenu pour célébrer le souvenir des massacres d'Arméniens par les Ottomans pendant la Première guerre mondiale, qualifiés de génocide par Erevan.

Le 24 avril 1915, des centaines d'Arméniens ont été arrêtés et plus tard massacrés à Constantinople, l'ancienne Istanbul, marquant le début des tueries. La Turquie a toujours refusé d'admettre toute élimination planifiée, évoquant la mort d'environ 500 000 Arméniens (contre 1,5 million selon l'Arménie), qui s'étaient rangés du côté de son ennemie la Russie, lors de combats ou à cause de famines.

En avril 2014, le président Erdogan, alors Premier ministre, avait offert des condoléances sans précédent pour les victimes arméniennes, parlant d'une "douleur commune". Mais la semaine dernière, il a formellement écarté toute reconnaissance du génocide. Selon un sondage paru cette semaine, moins de 10% des Turcs souhaitent que leur gouvernement reconnaisse un génocide des Arméniens.
Le président Sarkissian a formellement invité l'an dernier son homologue turc à participer aux commémorations du génocide. Les deux pays voisins n'entretiennent pas de relation diplomatique.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué