X

Moyen Orient et Monde

« Le régime syrien n’existe plus de facto »

Entretien

Pour Fouad Hamdan, activiste et fondateur du groupe Naame Shaam, Téhéran est aujourd'hui une force d'occupation et non plus seulement l'allié de Damas.

01/12/2014

D'après l'article 42 du Règlement de La Haye de 1907, un « territoire est considéré comme occupé lorsqu'il se trouve placé de fait sous l'autorité de l'armée ennemie ». C'est principalement sur cette définition que se base Naame Shaam, groupe d'activistes créé par le Libano-Allemand Fouad Hamdan et ses collaborateurs libanais, syriens et iraniens pour dénoncer ce qu'elle appelle l'« occupation iranienne en Syrie » dans un rapport récent*.

Car l'activiste est catégorique : le régime syrien « n'existe plus de facto ». Ce qu'on appelle aujourd'hui « le gouvernement à Damas est totalement contrôlé, à tous les échelons, par l'Iran, et ce depuis 2012 », lorsque la cellule de crise du régime syrien a été la cible d'un attentat à Damas. Selon l'activiste, « (le président syrien Bachar el-) Assad était prêt à lâcher l'Iran et le Hezbollah pour conclure un accord avec des pays du Golfe, dont l'Arabie saoudite et les États-Unis avec lesquels il était en contact » depuis le début de la crise syrienne en 2011. Et c'est pour couper court à ces négociations que le général Qassem Souleimani, haut gradé des gardiens de la révolution en Iran, a pris les choses en main et décidé de se débarrasser de cette cellule de crise (qui comprenait entre autres le vice-ministre de la Défense et beau-frère de Bachar el-Assad, Assef Chawkat, et le ministre de l'Intérieur Mohammad al-Chaar).

« Vietnam » iranien

La République islamique n'a jamais nié avoir envoyé des « conseillers » en Syrie pour appuyer le régime ; la présence de combattants du Hezbollah aux côtés de l'armée loyaliste est un secret de polichinelle. Mais encore ? Selon le rapport de Naame Shaam, d'abondantes preuves existent, prouvant la mainmise de l'Iran sur le régime syrien, dont entre autres de nombreux témoignages de personnes sur place ou ayant fui le pays, ainsi que des informations ayant filtré brièvement dans les médias iraniens avant de « disparaître ». Il ne faut pas oublier non plus que Téhéran a injecté des milliards de dollars dans ce que Fouad Hamdan appelle le « Vietnam » iranien, afin de maintenir la Syrie à flot, et financer son régime et son armée.

L'activiste va plus loin : l'État islamique (EI), émanation d'anciens cadres baassistes irakiens, ne combat pas réellement le régime Assad, contrairement au Front al-Nosra, réelle et principale force d'opposition. Il y aurait de nombreux témoignages et preuves, d'ailleurs cités dans le rapport de Naame Shaam, que dès le début des violences en Syrie, des centaines de jihadistes, notamment d'el-Qaëda, ont été libérés des geôles du régime syrien pour justifier la répression de plus en plus violente d' « éléments terroristes » s'attaquant au régime. Plus encore, les pasdaran iraniens auraient entraîné et mis en place les tristement célèbres chabbiha sous le nom de Force nationale de défense (FND) et formée sur le modèle des bassidjis iraniens. La FND serait actuellement composée de plus de 70 000 membres, hommes et femmes.

Il est évident que la raison première et principale à cette immixtion vient de la volonté de vouloir maintenir une voie d'acheminement d'armes au Hezbollah à travers la Syrie, d'où l'importance, entre autres, de la bataille de Qousseir, géographiquement cruciale, entre avril et juin 2013, que le régime et le parti de Dieu ont fini par remporter. Sauf que, juge M. Hamdan, cette bataille a également signifié le début de la fin pour le Hezb, aujourd'hui embourbé dans un conflit dont il ne peut sortir qu' « humilié et perdant », la chute du régime iranien étant « inévitable » selon lui. L'égo, la soif de puissance, une répression de plus en plus généralisée, une opposition quasi inexistante, une économie moribonde, autant de facteurs qui permettent à M. Hamdan d'affirmer que la République islamique court à sa perte : « Plus on monte en puissance, plus dure est la chute, comme l'histoire l'a déjà prouvé. »

* « L'Iran en Syrie : d'un allié du régime à une force d'occupation » – 150 p.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jacques MARAIS

"The Syrian regime of President Bashar al-Assad would have collapsed a long time ago if it were not for the enormous military and economic support provided to it by the Iranian regime since March"
"La ligne officielle du Hezbollah est que la Syrie est « victime d'un complot ourdi par les États-Unis, avec la complicité d'États du Golfe, pour servir les intérêts d'Israël ». Bachar el-Assad est qualifié de « résistant », ayant appuyé « politiquement, matériellement et moralement » le Hezbollah ainsi que le Hamas et Jihad islamique".
نامه شلم
__________________________________________________________________________________

Voilà qui démontre clairement que le Hezbollah aspire au rattachement du Liban à la Syrie, ou pour le moins à la perpétuation de l'emprise de la Syrie sur le Liban. .

Ma Fi Metlo

Mais oui et Bashar est parti en 2 semaines il y'a 3 ans et demi de cela ...looooooooooooolll... au fait ou est la coalition de l'opposition ???lollllll......

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Depuis quand a-t-il jamais ne fut-ce qu'exister !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AMEN !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Plus clair que ça tu meurs ! Il n'y a que les imbéciles qui ne veulent rien entendre....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.