Les ingérences intempestives du Qatar seraient-elles un atout ?

Avec l’Iran, une histoire d’intérêts

Faisant comme à son habitude les choses différemment, le Qatar ne montre pas autant d'animosité envers l'Iran que les autres puissances sunnites régionales. Sans être ouvertement amical avec la République islamique, l'émirat « se montre plus pragmatique et plus conciliant » que l'Arabie saoudite par exemple, selon Karim Bitar. « Il a récemment signé des protocoles d'accord qui pourraient conduire à une intensification de la coopération économique avec Téhéran », ajoute le chercheur.
En effet, renchérit Karim Sader, deux raisons principales justifient la position qatarie face à l'Iran. « Il y a bien sûr derrière cela la volonté de se démarquer du "grand frère saoudien". » Mais, surtout, il y va de la survie économique de l'émirat. « La position stratégique du Qatar – minuscule territoire coincé entre l'Arabie et l'Iran – est très fragile. Cette vulnérabilité a constamment poussé les Qataris à ménager leur voisin iranien avec lequel ils partagent l'inestimable gisement gazier offshore du North Dome », explique le politologue.


Faisant comme à son habitude les choses différemment, le Qatar ne montre pas autant d'animosité envers l'Iran que les autres puissances sunnites régionales. Sans être ouvertement amical avec la République islamique, l'émirat « se montre plus pragmatique et plus conciliant » que l'Arabie saoudite par exemple, selon Karim Bitar. « Il a récemment signé des protocoles d'accord qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)