Les ingérences intempestives du Qatar seraient-elles un atout ?

Avec l’Iran, une histoire d’intérêts

22/09/2014

Faisant comme à son habitude les choses différemment, le Qatar ne montre pas autant d'animosité envers l'Iran que les autres puissances sunnites régionales. Sans être ouvertement amical avec la République islamique, l'émirat « se montre plus pragmatique et plus conciliant » que l'Arabie saoudite par exemple, selon Karim Bitar. « Il a récemment signé des protocoles d'accord qui pourraient conduire à une intensification de la coopération économique avec Téhéran », ajoute le chercheur.
En effet, renchérit Karim Sader, deux raisons principales justifient la position qatarie face à l'Iran. « Il y a bien sûr derrière cela la volonté de se démarquer du "grand frère saoudien". » Mais, surtout, il y va de la survie économique de l'émirat. « La position stratégique du Qatar – minuscule territoire coincé entre l'Arabie et l'Iran – est très fragile. Cette vulnérabilité a constamment poussé les Qataris à ménager leur voisin iranien avec lequel ils partagent l'inestimable gisement gazier offshore du North Dome », explique le politologue.

À la une

Retour au dossier "Les ingérences intempestives du Qatar seraient-elles un atout ? "

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué