« De la petite délinquance à l’islam jihadiste en seulement trois mois »

Jihadistes et accros aux réseaux sociaux

OLJ
01/09/2014

Comme les autres jeunes de leur âge, ils publient de manière fréquente des photos et des commentaires sur les réseaux sociaux. Comme les autres jeunes de leur âge, ils veulent exposer leurs aventures et partager leur vécu. Comme les autres jeunes de leur âge, ils ont compris à quel point il était important à l'époque actuelle d'exploiter son image afin de devenir attractif aux yeux d'autrui. Sauf qu'à la différence de la majorité des jeunes de leur âge, ils ont pris la décision de quitter leur pays d'origine, non pas pour poursuivre leurs études à l'étranger, mais pour rejoindre les rangs de cellules jihadistes en Syrie et en Irak. Ainsi, sur Facebook, Twitter et d'autres réseaux sociaux, ils affichent des images d'eux, parfois souriants et effectuant des tâches quotidiennes, parfois souriants et armés de kalachnikov juste après avoir commis un crime. « Il y a évidemment une dimension de fierté derrière cet acte », explique le journaliste David Thomson. « Mais cette démarche est surtout guidée par le but d'inciter les autres jeunes à les rejoindre », ajoute-t-il. En effet, en montrant une image idéale et paradisiaque de leur séjour jihadiste, théâtralisant dans les moindres aspects leur identité islamique, ces jeunes adoptent la posture du héros et séduisent une partie du public touché par cette rhétorique. Selon Samir Amghar, « cette mise en scène de l'image est typiquement occidentale et rappelle à tout ceux qui l'auraient oublié que ces jeunes sont le produit d'une influence extérieure au monde arabo-musulman ». À ce sujet, M. Thomson ajoute que « ces pratiques sont critiquées au sein même de la communauté jihadiste, qui peut les considérer comme ostentatoires ». Toutefois, si les jeunes jihadistes abusaient au départ de la stratégie des réseaux sociaux, « ils ont vite compris que cela les exposait trop et se sont vite calmés », tempère M. Thomson. Le jihadiste européen est partisan d'une doctrine puritaine et se voulant sans artifice, mais tout de même soucieux de publier les moindres détails de sa vie afin de les faire connaître à un public pourtant jugé comme hérétique. Il est, à son insu, le symbole d'une certaine idée de la mondialisation. De ce fait, il semble tiraillé entre deux normes de vie faisant de lui une pointure dans l'art de la contradiction.

À la une

Retour au dossier "« De la petite délinquance à l’islam jihadiste en seulement trois mois »"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!