X

Moyen Orient et Monde

« L’État juif » selon Netanyahu, pour empêcher un « État binational »

Proche-Orient

Tzipi Livni a appelé à traiter les exactions des colons et extrémistes juifs contre des Palestiniens ou arabes israéliens comme des actes « terroristes ».

OLJ
05/05/2014

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a défendu hier devant ses ministres son projet de loi pour « ancrer » l'État juif dans les lois fondamentales israéliennes destiné selon lui à empêcher la constitution d'un État binational, a rapporté la radio publique. « On ne peut pas d'un côté dire que l'on veut se séparer des Palestiniens pour empêcher l'installation d'un état binational, ce qui est valable, et d'un autre côté exiger un État binational, juif et arabe, dans les frontières d'un État d'Israël réduit », a déclaré le Premier ministre à l'ouverture de la réunion hebdomadaire du gouvernement. « L'État d'Israël garantit la pleine égalité des droits individuels à tous les citoyens d'Israël, mais il n'est l'État que d'un et un seul peuple, le peuple juif », a ajouté le Premier ministre israélien, dont les propos ont été retransmis par la radio.
Benjamin Netanyahu a annoncé jeudi son intention de soumettre une loi au Parlement pour inscrire constitutionnellement le statut d'Israël comme État national pour le peuple juif. Les Palestiniens rejettent cette exigence, soulignant qu'ils ont reconnu Israël en 1993 et que l'accepter reviendrait à renoncer sans contrepartie au « droit au retour » des réfugiés, ainsi qu'à leur propre histoire.
L'annonce de M. Netanyahu a été très mal accueillie au sein même de son gouvernement de coalition, la ministre de la Justice Tzipi Livni promettant qu'elle ne laisserait pas passer une telle loi. Pour Claude Klein, professeur de droit à l'université hébraïque de Jérusalem, ce projet de loi n'a « aucune chance de trouver une majorité favorable au sein du Parlement israélien, et donc d'être adoptée ». « Il y a dans ce projet un arrière-fond de paranoïa répandue dans l'opinion publique israélienne sur ce qu'il se passera le jour où la population arabe d'Israël et des territoires palestiniens dépassera en nombre la population juive », souligne Claude Klein.

« Le prix à payer »
Dans ce contexte, une centaine de colons juifs d'Yitzhar, en Cisjordanie occupée, ont pris à partie des policiers israéliens qui enquêtaient sur les auteurs présumés d'agressions antiarabes, dont le nombre est en train d'exploser, a annoncé la police hier. La police était venue perquisitionner au domicile d'un couple soupçonné d'avoir peint le 18 avril dernier des graffitis antimusulmans sur les murs d'une mosquée à Oum al-Faham, dans le nord d'Israël, et placé en garde à vue, a indiqué une porte-parole de la police israélienne, Louba Samri. Des graffitis comme « Le prix à payer » ou à la gloire du rabbin Méir Kahane (le chef du mouvement Kach d'inspiration raciste antiarabe) ont été retrouvés hier sur un chantier au nord-ouest de Jérusalem, a-t-elle ajouté au lendemain du saccage d'un champ au sud de Jérusalem, en Cisjordanie.
De son côté, Mme Livni a appelé hier à traiter les exactions des colons et extrémistes juifs contre des Palestiniens ou arabes israéliens comme des actes « terroristes ». « Je peux vous assurer qu'il n'y a aucune raison politique (à ces résultats limités des forces de sécurité), il faut juste que nous acceptions qu'il s'agit de "terroristes" qui cherchent à transformer la société israélienne en société où règne la haine », a déclaré Tzipi Livni à la radio militaire israélienne. Mme Livni a par ailleurs annoncé la tenue d'une réunion d'urgence avec le ministre de la sécurité Intérieure, Yitzhak Aharonovich (Likud), cette semaine, en présence de responsables de la police, des services de sécurité (intérieure, Shin Beth), de l'armée et de la justice pour décider d'un plan d'action.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN UN MOT : IL A DÉCLARÉ L'APARTHEID !!! Où SONT TOUS LES ABRUTIS DU MONDE ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Son "État Juif" est déjà dans les faits justifié par tous ces communautaristes Can(r)tonisés depuis, que ce soit en Palestine, au Liban, en Syrie ou en Irak ! Il sera comme un poisson dans l'eau.... trouble !

Pierre Hadjigeorgiou

Netanyahu joue avec le feu et cette politique de fleurt avec l’extrémisme finira par se retourner contre lui. Les Palestiniens paie le prix de leur extrémisme a ce jour, les Israéliens paierons aussi cette politique discriminatoire car personne ne peut éliminer un peuple en entier. Les Palestiniens ont des droits aussi. Il leur faut les reconnaître pour avoir la paix. Chez nous aussi les extrémismes finissent par payer très cher leurs idéaux. Seul le vrai dialogue et le retour aux sources peut sauver le peu qui reste des possibilités du pays. Sinon nous allons tout droit vers un nouveau 1975 mais cette fois d'un autre genre et bien plus dangereux.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué