Rechercher
Rechercher

Parution

Au détour d’un quartier, d’une rue... Beyrouth

Le collectif « Mashallah et AMI » signe ce jeudi 10 avril « Beyrouth , chroniques et détours ». La rencontre d'un autre visage de la capitale libanaise s'impose.

Quelles sont ces histoires écrites à propos de la capitale libanaise et qui sont ces jeunes qui se sont intéressés à représenter une autre face de Beyrouth? Dans la préface de l'ouvrage Beyrouth, chroniques et détours, édité chez Tamyras, il est dit « ...que ces histoires retenues sont comme un récit oral de la ville, dans sa façon la plus pure. Difficile de les décrire autrement. Chaque chronique extraite des crevasses et fissures des murs de la ville est un morceau de mémoire. Un hommage à quelque chose qui n'a peut-être jamais existé; des souvenirs, des espoirs. Ainsi, à travers ces histoires, la ville apparaît non comme une juxtaposition des factions politico-religieuses mais comme un réseau interconnecté de quartiers peuplés de gens fascinants... » C'est donc une vision alternative de la capitale libanaise et un univers graphique particulier, puisque tant les images que la typo sont reproduites d'une manière déstructurée non linéaire, voire quasi onirique.

 

Qui sont ces journalistes conteurs ?
Le collectif Mashallah News est au départ un média en ligne indépendant couvrant le monde arabe, la Turquie et l'Iran, sous un angle inédit. Depuis son lancement en 2010, des dizaines de reportages, témoignages et interviews ont été publiés sur une trentaine de villes : principalement Istanbul, Djeddah, Le Caire, Téhéran, Ramallah et Beyrouth.
La plateforme est dirigée par une équipe de cinq coordinateurs basés dans des villes différentes: Sophie Chamas, Clément Girardot, Jenny Gustafsson, Micheline Tobia et Ella Wind. Mashallah News rassemble ainsi des collaborateurs aux expériences et aux compétences diverses, issus du journalisme, de la photographie, de la recherche, de l'art et du graphisme.
D'autre part, les graphistes Adeline Senn, Martin Maeder et Ismaël Abdallah ont fondé leur atelier de communication visuelle, AMI, en 2010, à Genève. Ils ont créé l'univers graphique de Mashallah News, développé son site Internet et contribué à tous les projets du collectif. AMI travaille surtout dans le domaine de la communication culturelle et artistique. Les trois graphistes partagent avec Mashallah une même passion pour les livres.
Ces jeunes auteurs sont allés à la rencontre de la cité pour en recueillir les récits «perdus». Les histoires s'entrecroisent et se répondent au fil des pages : le souvenir d'une mère exilée, des trésors repêchés au fond de la mer, une maison en trompe-l'œil, des chauffeurs de minibus bienveillants, un prince des rues... Et surtout des fenêtres, des portes, des paysages urbains qui laissent filtrer des récits de vie. « Ce livre est l'hommage d'une nouvelle génération d'écrivains et de journalistes à la complexité de la capitale libanaise, Beyrouth, et aux destins singuliers qu'elle a façonnés ».
L'ouvrage illustré est en deux versions: française et anglaise.

C.K.

*Signature à Radio Beirut (Mar Mikhaël) de 18h à 22h.

 

Pour mémoire
Rempart contre l'amnésie, Beit Beirut figé comme Pompéi

Beyrouth parmi les douze villes culturelles du futur

« Un siècle d'illustrations à l'épreuve du rire » à l'Institut français


Quelles sont ces histoires écrites à propos de la capitale libanaise et qui sont ces jeunes qui se sont intéressés à représenter une autre face de Beyrouth? Dans la préface de l'ouvrage Beyrouth, chroniques et détours, édité chez Tamyras, il est dit « ...que ces histoires retenues sont comme un récit oral de la ville, dans sa façon la plus pure. Difficile de les décrire...

commentaires (0)

Commentaires (0)