Initiative

Un hôtelier de Byblos propose des chambres à 1 dollar la nuit

« L’hôtel de mon père » à Byblos.

Crise économique oblige, les professionnels du secteur touristique touchés de plein fouet doivent se montrer créatifs pour continuer d'attirer des touristes. C'est le cas de Thierry Abi Saab, hôtelier à Byblos. L'hôtelier est revenu au Liban il y a trois ans pour gérer « L'hôtel de mon père », bâti l'an dernier sur le terrain familial. L'investissement initial d'un million de dollars s'inscrivait dans le cadre d'un partenariat avec l'agence de voyages de sa famille en France. Le but : faire découvrir la ville de Byblos aux touristes européens.
« Malheureusement en 2011 la guerre en Syrie éclate et les conséquences désastreuses sur le secteur touristique libanais ont très vite suivi, raconte le propriétaire. Les tours organisés Liban-Syrie-Jordanie ont été annulés, les touristes européens ont déserté le Liban... Alors il a fallu résister. Cela a commencé par l'organisation de soirées à thème pratiquement tous les mois pour attirer une clientèle libanaise à défaut de touristes étrangers, puis est venue l'idée de ces chambres à un dollar la nuit à l'instar des vols promotionnels lancés en Europe. » Pour la nuit de samedi et à l'occasion du premier anniversaire de l'établissement, Thierry Abi Saab propose alors la chambre à un dollar et la chambre double à deux dollars symboliques, joli coup marketing, en espérant que les touristes reviendront le reste de l'année.

 

Pour mémoire
En dépit de la crise, certains secteurs tirent leur épingle du jeu

Liban : Le tourisme devrait générer malgré tout 9 milliards de dollars cette année

Pharaon : Secteurs privé et public doivent s'unir pour sauver le tourisme

Les mariages au secours de l'industrie hôtelière libanaise ?


Crise économique oblige, les professionnels du secteur touristique touchés de plein fouet doivent se montrer créatifs pour continuer d'attirer des touristes. C'est le cas de Thierry Abi Saab, hôtelier à Byblos. L'hôtelier est revenu au Liban il y a trois ans pour gérer « L'hôtel de mon père », bâti l'an dernier sur le terrain familial. L'investissement initial d'un million de...

commentaires (2)

CE N'EST POINT DU MARKETING, C'EST MALHEUREUSEMENT DE L'AGONIE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

13 h 52, le 04 avril 2014

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • CE N'EST POINT DU MARKETING, C'EST MALHEUREUSEMENT DE L'AGONIE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 52, le 04 avril 2014

  • Avec ptit dej ? Est ce qu'ils payent le billet d'avion avec ça ? Si c'est le cas je réserve 100 chambres !

    FRIK-A-FRAK

    11 h 49, le 04 avril 2014