X

Moyen Orient et Monde

Quand les Européens reprennent discrètement le chemin de Damas

Éclairage

Craignant les jihadistes, ambassadeurs et agents secrets des pays de l'UE tentent de renouer les anciennes relations avec la Syrie.

OLJ/AFP
30/11/2013

Des ambassadeurs et des membres des services de renseignements européens ont repris discrètement le chemin de Damas pour prendre contact avec des responsables syriens, au moment où le régime prend l'avantage sur les rebelles, selon des diplomates. « Depuis le mois de mai, petit à petit, nous avons commencé à revenir, d'abord timidement pour un jour, puis deux, puis trois, et maintenant, nous y allons une ou deux fois par mois », explique un ambassadeur européen accrédité à Damas mais basé depuis décembre 2012 à Beyrouth.
Si l'ambassadrice de la République tchèque Eva Filippi n'a jamais quitté Damas, les représentants d'Autriche, de Roumanie, d'Espagne, de Suède, du Danemark et le chargé d'affaires de l'Union européenne se retrouvent régulièrement dans la capitale syrienne. Certains ont même assisté, il y a deux jours, à un briefing du vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Moqdad. La seule interdiction imposée par leur gouvernement aux diplomates à Damas est de rencontrer les 179 responsables syriens « associés à la violente répression contre la population civile, soutenant le régime ou en tirant bénéfice ». Cette liste noire a été établie par l'Union européenne dans le cadre des sanctions contre le régime.

 

Pas de dos tourné
« Nous ne pouvons pas prendre contact avec ce genre de personnes, mais si nous sommes invités et que l'un d'entre eux est présent, nous ne lui tournons pas le dos, et s'il nous adresse la parole, nous lui répondons », affirme un autre diplomate européen. « L'UE n'a jamais demandé à ses membres de fermer leurs ambassades. Ce fut plutôt un geste d'encouragement à l'opposition initié par les Amis du peuple syrien, mais je pense que vous allez voir au premier semestre 2014 plusieurs de mes collègues européens reprendre le chemin de Damas », ajoute-t-il. Les Amis du peuple syrien regroupent onze pays occidentaux et arabes avec l'objectif de soutenir l'opposition à Bachar el-Assad. Une série de pays comme la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne ou les Pays Bas avaient expulsé l'ambassadeur de Syrie.
Fayçal Moqdad avait affirmé mercredi que la Syrie n'était « pas isolée » sur le plan diplomatique. « La Syrie a des contacts et des relations diplomatiques. Il y a 43 missions diplomatiques en Syrie, et elle n'est pas isolée comme certains le prétendent », a-t-il ainsi indiqué, sans fournir de précisions. « Il y a des contacts pour ouvrir des ambassades (à Damas) et la majorité des ambassades syriennes à l'étranger sont ouvertes, à l'exception de celles que Damas ne souhaite pas ouvrir », a poursuivi le vice-ministre.

 

Avec Ali Mamlouk
Plus discrètement encore, des membres de services de renseignements occidentaux ont pris contact avec leurs homologues syriens, certains ont même rencontré le tout-puissant chef des services secrets syriens, le général Ali Mamlouk, pour tenter de reprendre une collaboration ancienne. « La présence de plus d'un millier de jihadistes venus d'Europe pour combattre en Syrie inquiète sérieusement les pays dont ils sont originaires, et c'est pour cela que les services de sécurité de ces pays voudraient reprendre leur collaboration avec la Syrie, interrompue depuis plus de deux ans », explique un autre diplomate occidental. « Même la France, qui est pourtant en pointe contre le régime syrien, a dépêché récemment deux de ses agents qui ont rencontré Ali Mamlouk pour lui demander s'il était prêt à reprendre les anciennes relations entre les services. Celui-ci a été très ferme : prêts nous le sommes, mais est-ce que nous le voulons, la réponse est non. Pas tant que votre ambassade restera fermée », a confié le diplomate, précisant que la Grande-Bretagne avait fait une démarche identique.
La France et la Grande-Bretagne ont été parmi les premières à fermer leurs ambassades à Damas, en mars 2012, pour protester contre la répression du régime.

Lire aussi

La mosquée des Omeyyades bombardée...

Pour mémoire

Assad en position de force avant un hypothétique Genève 2

La prudence d'Obama sur le Proche-Orient inquiète ses allié

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

La justice finit toujours par triompher et entraine la raison a des sentiments plus appropries . Il restera a cet eveil des consciences juste que bandar evacue les lieux , c'est en voie de realisation , c'est pourquoi que le prince walidbentalalbenabdoulaziz a pete les plombs et s'est declare ouvertement pro Israel et pour des frappes sur l'Iran , mais ca va aussi mal que ca chez les bensaouds ???? mich ma3oulehhh wlooo !!!!

Sabbagha Antoine

La loi du plus fort est toujours la meilleure . Ainsi est la politique des ambassadeurs et des membres des services de renseignements européens qui sont de nouveau avec le régime syrien . Et pourquoi donc toute cette guerre ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS ONT CALMÉ POUR LE MOMENT LES APPRÉHENSIONS DE L'ENFANT GÂTÉ... ILS PEUVENT REPRENDRE UN PEU LEUR SOUFFLE !

GEDEON Christian

La foire à la reconstruction a commencé...c'est beau, l'ultralibéralisme, hein? Ils sont déjà en train de compter les biftons, ces salopards...

Halim Abou Chacra

Entraînés par Obama le lâche, les européens ne font rien, eux aussi, et dès le 2e semestre 2011, ne fournissent pas les armes nécessaires à la révolution syrienne, bien authentique et bien modérée. Il en résulte que les jihadistes s'installent et se consolident en Syrie, et les vrais révolutionnaires syriens n'ont pas les moyens de les en empêcher. A présent, les pays de l'UE "craignent les jihadistes" ! N'est-ce pas tragi-comique ?

ACQUIS À QUI

Il y a 2 ans de cela , a un parent qui me disait après une apre discussion sur la situation en Syrie d'alors , : "tu penses vraiment que le regime de Bashar va pouvoir s'en sortir et renverser la vapeur ?" devant mon ton affirmatif , il me repond : "tu es fou ou quoi , aucun dirigeant des "printemps" n'a survecu a un soulevement ". Il fallait comprendre que la Syrie n'etait pas la Lybie et que l'Iran aidee de la Russie et de la Chine n'etait pas l'Irak de saddam .Quand je vois que les europeens commencent a regretter leurs folles erreurs d'avoir soutenu ce qu'ils combattent eux memes chez eux et ailleurs , je me dis que je me suis epris dans mon jugement vis a vis d'eux , mais qu'il fallait denoncer de toutes ses forces ces errements d'"amis de .... ", peut on etre ami avec des criminels des canibals des egorgeurs , me dites pas les mignons gentils st differents des mechants , les mechants les ont bouffe tout cru et il faudra les eventrer pour les liberer de leur ventre , comme le chaperon rouge et la grand mere , tiens .....Que ceux qui ne condamnent pas aujourd'hui ai la pudeur de se taire quand le job sera fait , pour l'amour du ciel !!les martyrs ne meurent jamais pour rien , NON , JAMAIS ..les salafowahabites, eux, s'evaporent ....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE DÉCULOTTAGE DES OCCIDENTAUX A COMMENCÉ ! HIER ENCORE JE DISAIS QU'ILS SERAIENT PRÊTS À SE VENDRE, À VENDRE LEURS (?)... ET LEURS DERRIÈRES... POUR LEURS INTÉRTS !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"PLÉNIPOTENTIAIRES" AU RABAIS ET "FINS" BARBOUZES EN PLEINE PARTOUZE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué