Liban

Saad Hariri : L’affaire du cabinet est libanaise par excellence et l’État ne servira plus de couverture au Hezbollah

OLJ
14/11/2013
En réponse au discours du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, l’ancien Premier ministre Saad Hariri a publié un communiqué, critiquant « un ensemble de positions sans aucun lien avec la réalité », exprimées par le leader chiite. « Ces idées illusoires ont été construites dans le but de couvrir la raison substantielle derrière le blocage de la formation du gouvernement, qui fait de l’État l’otage de politiques erronées, puisqu’elles tendent à ériger le parti en wali (faqih) de la République ».
Notons que le numéro un du parti chiite a dénoncé hier « ceux qui attendent la fin de la guerre en Syrie » pour donner le feu vert à la formation du nouveau gouvernement.
L’ancien Premier ministre a estimé qu’en « renvoyant la responsabilité du blocage ministériel à l’Arabie saoudite, Hassan Nasrallah entretient l’illusion que c’est le royaume qui nous a demandés de retarder la formation du gouvernement en attendant le changement de la situation en Syrie ». Énumérant dans ce cadre les principales positions exprimées par le secrétaire général du Hezbollah, le député est revenu notamment sur l’insistance de ce dernier sur l’impossibilité d’un changement en Syrie et d’une victoire du 14 Mars, s’en prenant par ailleurs, « avec une virulence sans précédant à l’Arabie Saoudite et à son rôle, qui aurait demandé de retarder la formation du gouvernement en attendant la fin des négociations sur le nucléaire, selon des informations soi-disant sûres ».
« De deux choses l’une : soit Hassan Nasrallah est prisonnier d’un cercle d’illusions et d’informations montées de toutes pièces, soit il est adepte de la pratique qui consiste à jeter de la poudre aux yeux et à occulter la raison substantielle de la crise du gouvernement, que nous avons maintes et maintes fois répétée : nous ne serons pas les partenaires du Hezbollah dans un gouvernement qui légitime sa participation aux combats contre le peuple syrien, ou couvre son éloignement de l’unanimité nationale qui avait été concrétisée par la déclaration de Baabda ».
Saad Hariri a fait remarquer à cet égard que le numéro un du Hezbollah « n’a pas évoqué ce point, ni de près ni de loin, puisqu’il s’estime être au-delà de tout débat et de tout examen, étant un état de fait politique et militaire imposé à tous les Libanais, à commencer par le chef de l’État jusqu’au Premier ministre désigné, en passant par toutes les forces politiques du pays ». « Et nous serions tenus, selon le Hezbollah, d’entériner ces considérations qu’il tient pour faits en prenant part au prochain gouvernement à ses côtés », a souligné Saad Hariri.
« En tout état de cause, le Hezbollah doit comprendre, et il en est capable, que nous ne serons pas partenaires, quelles qu’en soient les circonstances, d’une opération politique qui exonère le Hezbollah des conséquences de sa participation aux combats en Syrie, et de sa violation flagrante de la souveraineté de l’État, quand bien même il parviendrait avec l’Iran à couronner Bachar el-Assad président ad vitam aeternam. » Pour l’ancien Premier ministre, « il s’agit là d’une affaire libanaise par excellence, sans lien avec les développements sur le terrain en Syrie, et encore moins avec le mythe des négociations irano-américaines ». « Nous n’accepterons plus que le Hezbollah soit couvert par l’État libanais », a-t-il conclu.
Le secrétaire général du courant du Futur, Ahmad Hariri, a déclaré pour sa part, en réponse au leader chiite : « La Syrie est Achoura ; les Syriens sont Hassan et Hussein ; et le Hezbollah est l’oppresseur. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine-Serge KARAMAOUN

CE QUI met du baume au Cœur des éhhh Libanais, c'est qu'ils savent qu'intrinsèquement il existe encore de Vrais Libanais tels le Président Sääd Rafîk HARIRI et sa Grande Famille.... Malgré tout Mauvais Œil !

Jaber Kamel

S'il a envi de se remettre a la politique au Liban , il pourra venir a travers l'aeroport de Beyruth International , gagner le serail et appliquer la nouvelle politique du Liban dans un nouveau M.O sous le couvert de la nouvelle puissance regionale alliee de la nouvelle puissance mondiale , pardon des nvelles puissances mondiales , faut pas oublier la CHINE , et oublier la vetuste des anciennes reliques du passé . Ya m3attarreeennn .

Antoine-Serge KARAMAOUN

TRÈS BIEN DIT PRÉSIDENT SÄÄD HARIRI.

SAKR LOUBNAN

AU TRAIN Où EN VONT LES CHOSES... DE QUEL ETAT EN EST-IL MENTION ?

Antoine-Serge KARAMAOUN

CLASSIEUX, et eux au moins éhhh éhh Libanais ces Hariri....

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Hassan Nasrallah : 2 – Michel Aoun : 0

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué