Moyen Orient et Monde

La presse dans le collimateur d’Erdogan

Turquie
OLJ
10/10/2013
Dans la Turquie du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, le journalisme est devenu une profession à haut risque. Il y a un an à peine, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), une ONG basée à New York, avait recensé 76 journalistes en détention et qualifié la Turquie de « plus grande prison du monde » pour la presse, devant la Chine ou l’Iran. La vague de manifestations qui a visé le chef du gouvernement islamo-conservateur n’a rien arrangé. Selon le responsable du syndicat des journalistes turcs, Ercan Ipekci, au moins 85 journalistes jugés hostiles au pouvoir ont été licenciés ou contraints à la démission depuis les manifestations parties du parc Gezi d’Istanbul le 31 mai. Les grandes plumes n’y ont pas échappé. À 52 ans, Can Dundar a été renvoyé cet été du quotidien Milliyet, où il travaillait depuis 2001. À entendre cet éditorialiste de renom, les atteintes à la liberté de la presse ont ramené son pays aux heures sombres de la dictature militaire.
Plusieurs fois interpellé sur le sort de journalistes, le gouvernement nie exercer une quelconque pression contre les médias qui ont montré quelque sympathie pour les frondeurs de juin. Et cependant, les exemples d’intimidation ne manquent pas. Ismaïl Saymaz, qui travaille pour le quotidien libéral Radikal, a été menacé par un gouverneur local pour avoir enquêté sur les conditions de la mort d’un jeune manifestant de 19 ans et publié une série d’articles mettant en cause les négligences de la police.
Loin d’être l’apanage des seules autorités politiques, la menace émane également des propriétaires des médias, pour la plupart des conglomérats industriels dont le chiffre d’affaires est souvent étroitement dépendant des marchés publics. Le plus grand groupe de médias turc, Dogan, s’est ainsi débarrassé du quotidien Milliyet après que le gouvernement lui eut imposé un redressement fiscal record en 2009. « C’était un message à tous les patrons de presse. Celui de Milliyet l’a reçu cinq sur cinq et nous a clairement fait comprendre qu’il ne voulait plus d’éditos susceptibles d’irriter le Premier ministre », accuse Can Dundar.
Pendant la contestation, de nombreux manifestants ont d’ailleurs raillé les médias turcs, coupables à leurs yeux d’avoir délibérément minimisé son importance. Le cas de la chaîne privée CNN Türk, qui a préféré diffuser un documentaire sur les pingouins plutôt que de retransmettre en direct les heurts sur la place Taksim, en est devenu l’exemple emblématique.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants