Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Turquie

Dix mois de détention avec sursis pour le pianiste Fazil Say

Le célèbre pianiste turc Fazil Say a été condamné hier par un tribunal d’Istanbul à dix mois de prison avec sursis pour avoir insulté l’islam en publiant des tirades provocatrices contre les musulmans sur Twitter, un jugement qui a aussitôt relancé le débat sur les atteintes à la liberté d’expression en Turquie. Fazil Say, qui n’était pas présent à l’audience, a été reconnu coupable « d’insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population » mais sa peine ne sera appliquée qu’en cas de récidive dans les cinq ans, a indiqué le juge Hulusi Pur.
L’artiste, qui encourait jusqu’à un an et demi de prison ferme, a réagi au verdict en se déclarant « très triste de cette décision de justice rendue au nom de mon pays ». « C’est une déception pour moi du point de vue de la liberté d’expression », a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur sa page Facebook. « Davantage que pour ma personne, cette condamnation, alors que je n’ai commis aucun crime, est inquiétante pour la liberté de convictions et d’expression en Turquie. »
L’acte d’accusation reprochait à Fazil Say, 43 ans, d’avoir publié sur Twitter des messages tels que : « Je ne sais pas si vous vous en êtes aperçus, mais s’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste. » Affichant son athéisme, il s’était également moqué de l’appel à la prière du muezzin, citant des vers du grand poète persan du XIe siècle, Omar Khayyam.
(Source : AFP)
Le célèbre pianiste turc Fazil Say a été condamné hier par un tribunal d’Istanbul à dix mois de prison avec sursis pour avoir insulté l’islam en publiant des tirades provocatrices contre les musulmans sur Twitter, un jugement qui a aussitôt relancé le débat sur les atteintes à la liberté d’expression en Turquie. Fazil Say, qui n’était pas présent à l’audience, a été...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut