X

À La Une

Tempête au Liban : les écoles vont fermer mardi et mercredi

Liban Deux morts et un bébé porté disparu ; la tempête risque de s'aggraver.
olj.com
07/01/2013

Routes inondées, mur effondrés, coupures d'électricité, embouteillages monstres... Le Liban, comme chaque année, subit les affres de la tempête hivernale. Celle qui s'invite, chaque hiver, quelques jours durant, au pays du Cèdre, mais surprend à chaque fois, par la violence de ses bourrasques, le fracas de ses orages, et l'abondance du déluge.

 

Depuis samedi soir, le Liban est donc la cible d'une de ces tempêtes, qui s'accompagne de pluies torrentielles et de chutes de neige à partir de 1.000 mètres.

Face à la météo déchaînée, les pompiers de la Défense civile sont en état d'alerte et s'activent pour évacuer l'eau des maisons inondées et dégager les automobilistes bloqués dans leur voiture dans plusieurs régions de la capitale. Coincés parfois plusieurs heures durant, certains d'entre eux ont été transférés vers des hôpitaux, selon l'Agence nationale d'information (ANI, officielle). Les pompiers ont annoncé la mise en place d'un numéro à appeler en cas d'urgence, le 175.

 

Des pompiers qui ont encore fort à faire ce lundi, alors que de nombreuses routes étaient coupées par les inondations.

A Beyrouth, la route de la Quarantaine-marché au poisson a été coupée et plusieurs automobilistes se sont retrouvés coincés en raison, notamment, d'une forte dégradation de la route, rapporte l'ANI. La formation de véritables mares a également causé la fermeture de la route Nahr el-Kalb-Zekrit, au nord de Beyrouth, ainsi que celle de Mansourieh (Metn), selon l'ANI. Même scène sur la route de Choueifat-Aramoun (sud de Beyrouth), à Barbir et à Sabra (Beyrouth) ainsi que dans le Sud du pays où plusieurs voitures se sont retrouvées complètement immobilisées par les eaux.

 

Une route, dans la région de Jezzine, coupée par un éboulis. Photo ANI

 

A Antélias, au nord de Beyrouth, le fleuve est sorti de son lit, inondant un immeuble voisin, selon l'ANI.

A Jadra, dans le sud du pays, les habitants ont appelé les autorités à l'aide après que leurs maisons aient été complètement inondées. Egalement dans le sud, l'ANI a rapporté que les pluies torrentielles ont provoqué la crue des eaux du Assi qui se sont déversées dans les champs et les cafés alentours.

 

Un mur s'est, par ailleurs, effondré dans la région de Zhaima, à Hazmieh, endommageant plusieurs voitures, toujours selon l'ANI. Un mur s'est également effondré devant le collège de Champville, au nord de Beyrouth.

A Achrafieh (Beyrouth), le vent violent a déraciné un arbre qui s'est abattu sur deux voitures garées près de l'hôpital Rizk.

Le vent n'a pas épargné les panneaux publicitaires qui jonchaient certaines rues à Beyrouth, près de la Cité sportive et au niveau du tunnel Salim Slam, ainsi qu'à Khaldé, Damour ou encore Saïda.

Dans la nuit, un mur s'est également effondré à Rmailé, provoquant la coupure de l'autoroute reliant le Sud à Beyrouth.

 

 

L'art de circuler sur des routes inondées à Zouk, au nord de

Beyrouth. Photo Michel Sayegh.

 

Les dégâts ne sont pas que matériels. Un petit garçon de six mois a été emporté par les eaux dans le centre du pays, en même temps que 200 chèvres et sept vaches, dans une inondation qui a frappé des tentes de bédouins, a annoncé l'agence officielle libanaise. En outre, Joseph Antoine Sfeir, né 1944, a été tué dans un accident de la route, entre Zhaimeh et Mansourieh. Prise dans un torrent d'eau dévalant la route, sa voiture s'est retournée. Un conducteur de minibus a aussi trouvé la mort dans un accident sur la route dans la Bekaa (est).

 

 

Embouteillages monstres

La tempête qui frappe le Liban se poursuivra jusqu'à mercredi et risque de gagner en intensité, selon les prévisions du service météorologique de l’aéroport de Beyrouth. Le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel, qui a assuré que les forces de sécurité sont en état d'alerte, a conseillé aux Libanais de ne pas sortir de chez eux.

 

Lundi à la mi-journée, le ministère de l’Éducation a annoncé que toutes les écoles fermeront leurs portes mardi et mercredi.
Un peu plus tard, le ministre libanais de la Santé Ali Hassan Khalil a demandé aux crèches de fermer leurs portes les mêmes jours.
M. Hassan Khalil a demandé aux parents de "comprendre la situation" précisant que la décision a été prise pour la sécurité des enfants.

La plupart de ceux qui sont tout de même sortis, pour aller au travail par exemple en ce sombre lundi matin, se sont retrouvés coincés dans de terribles embouteillages. A l'instar de Caren, une jeune employée, qui affirmait à Lorientlejour.com avoir mis lundi matin, 3h15 de Halat (au nord de Beyrouth) à Beyrouth. Un trajet qu'elle fait généralement à la même heure en 55 minutes. 

 

La météo est, sans surprise, largement discutée sur les réseaux sociaux. Avec, en premier lieu, le calvaire des embouteillages justement.

 

 

 

D'autres tentaient de voir comment il serait possible de tourner le calvaire à leur avantage, comme Dany Moussa, qui envisageait de se lancer dans le commerce de voitures amphibies.

 

 

 

Israël et les territoires palestiniens

La tempête touche également les voisins israélien et palestinien

 

En Israël, les vents violents et les fortes précipitations ont provoqué lundi des chutes d'arbres et fait plusieurs blessés en Israël tandis que dans les territoires palestiniens certains secteurs ont été inondés, a-t-on appris auprès de responsables de la sécurité.

Les bourrasques ont atteint jusqu'à 120 km/h, a rapporté la radio militaire israélienne.

Dans plusieurs quartiers de Jérusalem, des branches et des arbres déracinés encombraient les rues et des arbres se sont également abattus sur l'esplanade des Mosquées, dans la Vieille ville, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des coupures d'électricité ont été enregistrées dans tout le pays, ont rapporté les médias.

 

Du côté palestinien, aucun blessé n'a été enregistré en Cisjordanie, a indiqué le porte-parole de la protection civile pour la Cisjordanie, Louai Bani Odeh. Il a fait état d'un incendie déclenché par les inondations, lundi matin, dans une maison d'un village proche des Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. L'incendie a été maîtrisé et n'a pas fait de victimes.

"Les rues de villes et de villages de Cisjordanie sont inondées. Certaines ont dû être fermées parce que des arbres et des pancartes sont tombés sur la chaussée. De nombreux magasins ont dû rester fermés", a-t-il précisé l'AFP.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Je sens le froid à travers l'écran du P.C. Le Peuple a froid... Les ÉTOILIENS ? hun, le pognon et le diesel à profusion !

Sabbagha Antoine

Vraie panique et la plus grande mascarade jamais vue sur face book contre la pluie et des responsables irresponsables toujours.





Antoine Sabbagha

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants