Rechercher
Rechercher

Économie - Marché de l’immobilier

Beyrouth : 2012, le marché s’est stabilisé

La stabilité du marché immobilier à Beyrouth s’est confirmée au cours de l’année 2012. C’est un moindre mal dans un contexte politique et sécuritaire local instable. Malgré plusieurs indicateurs (dont la surface des permis de construire) en baisse par rapport à 2011, le marché n’est pas à l’arrêt ; il traverse une période de transition qui contraste naturellement avec les belles années passées. Parallèlement, les prix du neuf et de l’ancien se sont maintenus. La réduction du volume des transactions ne s’est pas accompagnée d’une baisse significative des prix. Au contraire, aucune panique n’a été encore observée. Globalement, les propriétaires campent sur leur position. Beaucoup préfèrent attendre plutôt que de vendre à un prix inférieur à ce qu’ils espèrent. Si certains sont de plus en plus conciliants et prêts à accorder de « belles » réductions, la majorité des promoteurs n’est pas disposée à céder devant la pression mise par les acheteurs.
Bien que l’attentisme s’installe, la demande pour le résidentiel est toujours là. Les optimistes continuent de prospecter tandis que les plus alarmistes tergiversent. L’accumulation des invendus dans des immeubles neufs permet aux clients sérieux d’avoir un choix plus large et de comparer les prestations et les prix.


Les mises en chantier de nouveaux projets résidentiels à Beyrouth au cours de l’année écoulée reflètent l’optimisme des promoteurs qui continuent à s’adapter à la demande en réduisant les surfaces des appartements.
Sur le plan foncier, l’immobilier reste une valeur refuge. Les transactions de 2012 prouvent que le marché résiste relativement bien devant la dégradation géopolitique régionale. Si l’intérêt des promoteurs et des investisseurs demeure, les prix restent relativement stables. Logiquement, les acheteurs deviennent de plus en plus difficiles et plusieurs des dernières ventes se sont basées sur les prix de 2010-2011. Ce qui démontre qu’augmenter le prix de sa propriété est actuellement inutile.


Les perspectives pour 2013 restent floues. Le Liban entre dans une année électorale et l’évolution de la situation en Syrie demeure une inconnue. Sauf cataclysme, les prix devraient à nouveau se maintenir et les réajustements devraient rester minoritaires. Dans ce contexte, l’année à venir n’est pas à négliger pour trouver l’appartement tant recherché.

En coopération avec : RAMCO
Tél.: 01-349910

La stabilité du marché immobilier à Beyrouth s’est confirmée au cours de l’année 2012. C’est un moindre mal dans un contexte politique et sécuritaire local instable. Malgré plusieurs indicateurs (dont la surface des permis de construire) en baisse par rapport à 2011, le marché n’est pas à l’arrêt ; il traverse une période de transition qui contraste naturellement avec les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut