X

Présidentielle US 2012

A Tampa, Mitt Romney s'ouvre aux Américains

Présidentielle américaine Le candidat républicain accepte sa nomination et promet de créer 12 millions d'emplois.
OLJ/AFP
31/08/2012

Mitt Romney s'est engagé jeudi à redresser l'économie américaine et à créer des millions d'emplois, en acceptant la nomination républicaine à la présidentielle face à Barack Obama, à l'issue d'une convention où tout a été fait pour l'humaniser.

 

Appelant à "raviver la promesse" d'une Amérique "déçue" par quatre années de présidence Obama, M. Romney a estimé que "ce dont a besoin notre pays aujourd'hui n'est ni compliqué ni profond". "Ce dont a besoin l'Amérique, c'est d'emplois. Beaucoup d'emplois", a-t-il lancé devant les milliers de délégués républicains réunis à Tampa depuis lundi.

M. Romney a dévoilé un plan en 5 points pour créer 12 millions d'emplois, conscient que l'économie est le souci numéro un des Américains. Le taux de chômage y est de 8,3%.

 

Dans le discours de sa vie, retransmis en direct devant des millions de téléspectateurs américains, le richissime entrepreneur de 65 ans a essayé de s'ouvrir aux Américains, racontant son histoire, ses origines, sa famille et sa foi mormone.

 

M. Romney a raconté qu'il avait grandi dans le Michigan, dont son père était gouverneur. "Nous étions mormons et avons grandi dans le Michigan. Ce semblait peut-être inhabituel ou déplacé, mais je ne m'en souviens pas comme ça. Mes amis s'intéressaient plus aux équipes de sport que nous suivions qu'à l'église où nous allions", a-t-il déclaré.

Mais M. Romney, bien que très impliqué pendant des années dans la vie de l'Eglise, était jusqu'à présent toujours resté remarquablement discret sur le sujet.

 

Cet ancien homme d'affaires multimillionnaire et ancien gouverneur du Massachusetts (2003-2007), qui pendant des années a accumulé les succès dans le secteur privé mais manque de charisme, avait visiblement le souci de se défaire de l'image qui lui colle à la peau, celle d'un home distant, éloigné des préoccupations des gens.

 

Après cinq ans d'un long chemin semé d'embûches vers son couronnement à Tampa, Mitt Romney doit à présent tenter de convaincre les Américains de le choisir face au président démocrate Barack Obama lors de l'élection présidentielle du 6 novembre.

 

"Le temps est maintenant venu de raviver la promesse de l'Amérique", a-t-il lancé. "Il est temps de mettre derrière nous les déceptions de ces quatre dernières années, de mettre de côté les divisions et les récriminations".

"Le président Obama a promis de freiner la montée des océans et de guérir la planète. Ma promesse (...) est de vous aider, vous, et votre famille", a-t-il lancé longuement applaudi.

 

Lors de trois jours d'une convention républicaine soigneusement chorégraphiée, et tout particulièrement pendant la dernière journée, tout a été fait pour humaniser le candidat.

Les orateurs ont notamment insisté sur ses qualités humaines, racontant un "homme de compassion", toujours prêt à aider les autres, selon l'un d'eux.

 

Mardi, son épouse Ann Romney avait elle aussi mis tout son charme dans la balance à la convention.

 

Des amis mormons du candidat, ont témoigné de sa foi, mettant en lumière un sujet peu abordé jusqu'alors par le candidat. "Quand je vois Mitt, je sais que c'est un père aimant, un homme de foi et un ami attentionné", a témoigné un co-religionnaire, Pam Finlayson.

 

C'était la deuxième fois que Mitt Romney se présentait à l'investiture républicaine, après un premier échec en 2008.

En janvier dernier, la saison des primaires s'était ouverte au profit d'adversaires plus conservateurs, lui étant perçu comme trop modéré par l'aile dure d'un parti qui s'est radicalisé ces dernières années. Mais à force de ténacité et à coups de millions de dollars, il a finalement réussi à rallier des républicains désireux avant tout de battre le président.

 

Son choix comme colistier du représentant conservateur Paul Ryan, 42 ans, grand brun athlétique aux yeux bleus, qui a lui aussi été acclamé mercredi soir, est venu à point nommé énergiser sa campagne et y faire souffler un vent de jeunesse.

 

Parmi les autres orateurs jeudi, l'étoile montante du Parti républicain, le sénateur de Floride Marco Rubio, Jeb Bush, seul membre de la famille Bush présent à Tampa, et plusieurs médaillés des jeux Olympiques de Salt Lake City, que Mitt Romney avait sauvés de la faillite en 2002.

Seule fausse note: l'apparition fatiguée de l'acteur et réalisateur Clint Eastwood, 82 ans, soutien de longue date des républicains.

 

M. Romney devait aussitôt la convention républicaine achevée repartir en campagne vendredi en Floride et en Virginie, deux Etats clés en vue de la présidentielle, alors que la campagne présidentielle entre dans sa dernière ligne droite, après la convention démocrate la semaine prochaine à Charlotte (Caroline du Nord).

 

Pour mémoire

Ann Romney, l'atout coeur de Mitt

 

Mitt Romney, le candidat républicain qui fait encore douter

À la une

Retour au dossier "Présidentielle US 2012"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.