Économie

La Chine offre 600 chauffe-eau solaires au Liban

Liban - Énergies renouvelables
OLJ
31/03/2010
La République populaire de Chine, représentée par son ambassadeur Liu Zhiming, a fait don hier au Liban de 600 chauffe-eau solaires, en complément des 500 unités offertes en 2005, ainsi que de 2 500 tuyaux pour réparer le matériel endommagé durant la guerre de juillet 2006. Le ministre de l'Énergie et des Ressources hydrauliques, Gebran Bassil, a reçu ce don au nom du Liban et s'est félicité de l'intérêt porté par la Chine aux énergies renouvelables et de la coopération totale entre les deux pays.
M. Bassil a rappelé à cette occasion la détermination de l'État à exploiter toutes les sources d'énergies renouvelables disponibles pour pallier, ne serait-ce que partiellement, le problème de l'électricité au Liban. En ce qui concerne la distribution des chauffe-eau solaires, M. Bassil a indiqué qu'un tirage au sort sera organisé à cette fin dans deux mois. Seuls les citoyens ayant présenté à partir du 1er avril une demande d'obtention d'un compteur de 15 ampères ou de remplacement de compteur de 5 et 10 ampères pourront participer au tirage. Cette initiative consiste à encourager un plus grand nombre de citoyens à s'abonner à l'Électricité du Liban (EDL) et à lutter de manière indirecte contre les branchements illicites.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué