Rechercher
Rechercher

Actualités - CHRONOLOGIE

L’image d’invincibilité du Merkava malmenée (PHOTO)

Les Palestiniens ont sévèrement porté atteinte aux capacités dissuasives d’Israël et à son image d’invincibilité en détruisant jeudi soir près de Gaza un char Merkava-3 et en tuant trois des cinq membres de son équipage à l’aide d’une charge explosive. Dernier-né de la gamme des blindés «made in Israël», ce char de 60 tonnes dispose de trois mitrailleuses, d’un mortier de 60 mm, et peut tirer des obus jusqu’à sept km à l’aide de son canon de 120 mm. Ce monstre d’acier est généralement considéré comme l’un des meilleurs chars de la planète, car il est doté d’équipements électroniques ultrasophistiqués, d’un puissant moteur de 1 200 chevaux et d’un blindage, spécialement étudiés et constamment améliorés, lui assurant à la fois une très grande mobilité et une excellente protection, y compris contre des attaques chimiques. Le prototype du Merkava-4 doit bientôt sortir des chaînes de montage. Il n’empêche que, jeudi soir, les Palestiniens ont trouvé la faille en actionnant une charge d’au moins 100 kg d’explosifs qui a fracassé son blindage en creusant un trou de 1,5 mètre de diamètre. Des engins spéciaux du génie de l’armée israélienne ont dégagé vendredi la carcasse calcinée du char éventré pour la ramener en territoire israélien. Le général Israël Tal, père du programme Merkava, a conçu ce char avec le souci prioritaire de protéger son équipage. Il y a plusieurs années, un militaire israélien a cependant été tué à bord d’un tel engin au Liban à la suite d’un tir de missile qui avait précisément atteint une vis non protégée. «Aucun char n’est protégé à 100 % et il ne servirait pas à grand-chose d’épaissir encore son blindage», explique le général de réserve Elie Talan, ex-commandant en chef des blindés israéliens. «Apparemment, des explosifs d’un type nouveau que nous ne connaissons pas ont été utilisés», jeudi soir, a de son côté estimé le général de réserve Yossi Peled, ex-commandant de la région militaire nord d’Israël. «Nous devrons découvrir le point faible qui a permis le succès des Palestiniens», a-t-il ajouté. La tactique utilisée pour l’attaque n’est pas moins inquiétante pour l’état-major israélien, car elle rappelle singulièrement celle du Hezbollah. Une attaque à l’arme automatique et à l’explosif a d’abord visé un convoi de véhicules civils sans faire de blessés, non loin de la colonie de Netzarim, et le char Merkava-3 a ensuite été envoyé en renfort. «Il a emprunté un passage étroit, le seul possible dans ce secteur, où la charge explosive a été placée», a indiqué à la radio israélienne une source militaire en précisant qu’«auparavant, les auteurs de l’attaque ont soigneusement observé le comportement de nos troupes dans le secteur». Revendiquée par le groupe armé al-Nasser Saladdin lié aux comités populaires de défense palestiniens, ce succès est sans précédent et a réveillé le spectre de la guerre d’usure menée par le Hezbollah pendant plus de deux décennies d’occupation israélienne du Liban-Sud, jusqu’à son retrait en mai 2000. Rois du champ de bataille, les chars israéliens ont souvent été employés pour les nombreuses incursions en secteur palestinien autonome durant les 16 mois d’intifada. Leur quasi-impunité est désormais sujette à caution. «L’image des enfants palestiniens qui jettent des pierres contre les chars de Tsahal est révolue : la guerre du Liban et les méthodes du Hezbollah se profilent sous nos yeux dans les territoires de Cisjordanie et Gaza», écrivait vendredi l’éditorialiste du quotidien Maariv.

Les Palestiniens ont sévèrement porté atteinte aux capacités dissuasives d’Israël et à son image d’invincibilité en détruisant jeudi soir près de Gaza un char Merkava-3 et en tuant trois des cinq membres de son équipage à l’aide d’une charge explosive. Dernier-né de la gamme des blindés «made in Israël», ce char de 60 tonnes dispose de trois mitrailleuses, d’un mortier...