Actualités

Scott Ritter a été sacrifié par la CIA, selon Bagdad

CHRONOLOGIE
02/09/1998
La CIA a «sacrifié» l’inspecteur américain Scott Ritter parce que les crises qu’il provoquait affaiblissaient la position des Etats-Unis au Conseil de Sécurité, ont affirmé des responsables irakiens. Scott Ritter, ancien officier des Marines, a démissionné avec fracas mercredi 27 août de la Commission spéciale des Nations Unies (UNSCOM) chargée de désarmer l’Irak. Il a accusé les Etats-Unis et l’ONU de ne plus soutenir la mission des inspecteurs, affirmant que le département d’Etat était intervenu à plusieurs reprises pour empêcher ou retarder des inspections. M. Ritter «confondait missions d’inspection et espionnage et fabriquait des crises», a affirmé un haut responsable irakien lors d’une émission télévisée diffusée dans la nuit de lundi à mardi. Scott Ritter «est responsable de la plupart des crises entre l’Irak et le Conseil de Sécurité», a ajouté M. Hossam Mohammed Amin, directeur général de la commission nationale de surveillance, contrepartie irakienne de l’UNSCOM. A chacune des récentes crises, les Etats-Unis, hostiles à tout allégement des sanctions contre l’Irak pour le moment, se sont heurtés à une opposition croissante au sein du Conseil de Sécurité. «Lorsque leurs projets en Irak ont été dévoilés, la CIA (centrale américaine de renseignements) a sacrifié Scott Ritter en le forçant à démissionner», a déclaré le ministre du Pétrole, M. Amer al-Rachid, lors de cette émission intitulée «La chute d’un espion». Selon le ministre, la démission de l’inspecteur américain s’est produite «à l’instigation» du chef adjoint de la Commission spéciale, Charles Duelfer. «Nous avons la conviction que la démission de Ritter a été orchestrée pour sortir la Commission de la crise», a ajouté le ministre. Selon M. Rachid, «Scott Ritter espionnait pour la CIA et pour Israël et nous a lui-même déclaré en mars que la Commission coopérait avec les services israéliens et que lui-même avait visité Israël et évoqué avec ses dirigeants le programme d’armement irakien». L’Irak a réclamé lundi l’ouverture par l’ONU d’une enquête sur les liens entre l’UNSCOM et la CIA, dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan, par le vice-premier ministre irakien Tarek Aziz. La chaîne de télévision américaine CBS avait affirmé que Scott Ritter faisait l’objet d’une enquête du FBI (sûreté fédérale américaine) au sujet d’allégations selon lesquelles il aurait transmis à Israël des informations secrètes sur l’armement irakien, ce que l’ancien inspecteur a démenti. L’embargo pétrolier qui frappe l’Irak depuis huit ans ne peut être levé que lorsque l’UNSCOM et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) auront conclu que Bagdad ne possède plus d’armes de destruction massive. Bagdad affirme avoir rempli cette condition depuis longtemps et accuse l’UNSCOM de refuser de le reconnaître. Depuis le 5 août, il refuse de coopérer avec les inspecteurs de l’UNSCOM et de l’AIEA tant que la composition de l’UNSCOM, jugée trop américaine et britannique, n’aura pas été modifiée. Le Conseil de Sécurité a jugé cette décision «inacceptable». (AFP-Reuters)

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants