Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Sud

À Bazouriyé, les habitants ont reçu des messages vraisemblablement israéliens concernant une possible frappe

Une semaine plus tôt, des habitants de Wadi Jilo avaient reçu des messages d'alerte sur leur téléphone quelques minutes avant qu'un immeuble de trois étages soit détruit par une frappe israélienne.

À Bazouriyé, les habitants ont reçu des messages vraisemblablement israéliens concernant une possible frappe

Le 10 juin, des membres de l'association scout al-Rissala et de l'association islamique de santé ont fermé la route à Bazouriyé (caza de Tyr) après que des habitants ont reçu des messages menaçants sur leur téléphone concernant une « action militaire » à venir. Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

Les résidents de la localité de Bazouriyé (caza de Tyr), dont est originaire Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, et où le parti chiite et le mouvement Amal sont très influents, ont reçu des messages vraisemblablement israéliens d'avertissement sur leurs téléphones, lundi à l'aube, indiquant qu'un bâtiment du village était sur le point d'être pris pour cible.

Lundi à 2h du matin, les habitants ont reçu des messages leur demandant d'évacuer immédiatement leurs maisons en raison d'une « action militaire » à venir sur un bâtiment du village, selon des témoignages relayés par notre correspondant au Liban-Sud, Mountasser Abdallah.

Le Hezbollah et Israël se livrent à des affrontements quotidiens le long de la frontière israélo-libanaise qui s'intensifient depuis le 8 octobre 2023, au lendemain du début de la guerre à Gaza.

Le message d'avertissement rédigé en arabe et reçu par un habitant comprenait le paragraphe suivant :

« Bonsoir. Ici Haytham. J'ai des nouvelles urgentes et importantes à vous communiquer. L'immeuble de quatre étages situé près de la station Mousallem sera pris pour cible dans les prochains instants. Vous devez immédiatement vous assurer que toutes les personnes présentes dans l'immeuble sont évacuées. Vous êtes responsable de la vie de chacun... L'immeuble est sur le point d'exploser... ».

Les habitants qui ont reçu ce message, qui n'est toutefois pas signé par les autorités israéliennes, ont rapidement évacué le bâtiment concerné ainsi que les bâtiments voisins, selon les informations recueillies par notre correspondant. Et pour cause. La semaine dernière, quelques minutes avant qu'un bâtiment de trois étages abritant un entrepôt ne soit complètement détruit par une frappe aérienne israélienne, plusieurs habitants de Wadi Jilo (caza de Tyr) avaient aussi reçu des messages d'alerte sur leur téléphone. Le style, la structure et le contenu des deux messages étaient d'ailleurs assez similaires.

Lire aussi

À Wadi Jilo, des habitants prévenus « dix minutes » avant une frappe israélienne par des messages anonymes

« Dieu merci, rien ne s'est encore produit »

Après les messages d'alerte reçus par les habitants de Bazouriyé, les directeurs d'école de la localité ont demandé aux élèves de ne pas se rendre en classe lundi par mesure de précaution. L'un des directeurs a déclaré à L'Orient Today qu'il avait demandé aux élèves de ne pas venir « en raison de la situation et pour protéger leurs vies » et parce qu'il « ne peut pas prédire ce qui pourrait arriver ».

L'école secondaire publique de Bazouriyé a annoncé dans un communiqué le report des examens prévus lundi à une autre date qui sera déterminée ultérieurement. En outre, des membres de l'association scout al-Rissala, affiliée au mouvement Amal, et de l'association islamique de santé, affiliée au Hezbollah, ont pris plusieurs mesures de précaution comme la fermeture de la route menant au bâtiment, avant de la rouvrir lundi matin.

Le moukhtar du village, Mohammad Abbas Diab, a expliqué à L'Orient Today que l'incertitude planait à Bazouriyé. « Dieu merci, rien ne s'est encore produit », a-t-il affirmé. Selon lui, les habitants qui ont évacué leurs maisons se sont réfugiés chez des parents et des amis dans le même village. « Les prochaines heures nous diront s'il s'agissait d'une blague ou si c'est sérieux. J'espère que c'est une plaisanterie pour qu'il n'arrive rien de grave aux habitants de mon village. Contactés par L'Orient Today, le président de la municipalité du village et deux personnes qui y travaillent n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Le dernier bilan officiel libanais de la guerre au Liban-Sud entre le Hezbollah et Israël sur la période allant du 8 octobre 2023 au 28 mai 2024, fait état de 1.534 victimes, tués et blessés, dont 375 morts et 257 blessés qui ont dû être hospitalisés.

Les résidents de la localité de Bazouriyé (caza de Tyr), dont est originaire Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, et où le parti chiite et le mouvement Amal sont très influents, ont reçu des messages vraisemblablement israéliens d'avertissement sur leurs téléphones, lundi à l'aube, indiquant qu'un bâtiment du village était sur le point d'être pris pour cible.Lundi à 2h du matin,...
commentaires (1)

Ces gens là ne croient que ce qu’ils voient. Ils tente toujours le diable pour ensuite faire semblant de se repentir en déclarant, si j’avais su. Les morts se comptent par centaines et eux n’en ont cure de la misère et le malheur qui frappent les habitants qui les ont toujours soutenus, de force ou par conviction. Une seule chose a de la valeur à leurs yeux. SE FAIRE BIEN AVOIR PAR LEURS FOURNISSEURS D’ARMES QUI VEULENT DÉTRUIRE NOTRE PAYS. Les habitants de ces régions devraient se rassembler pour dénoncer leur mise à mort pour autrui.

Sissi zayyat

11 h 53, le 11 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ces gens là ne croient que ce qu’ils voient. Ils tente toujours le diable pour ensuite faire semblant de se repentir en déclarant, si j’avais su. Les morts se comptent par centaines et eux n’en ont cure de la misère et le malheur qui frappent les habitants qui les ont toujours soutenus, de force ou par conviction. Une seule chose a de la valeur à leurs yeux. SE FAIRE BIEN AVOIR PAR LEURS FOURNISSEURS D’ARMES QUI VEULENT DÉTRUIRE NOTRE PAYS. Les habitants de ces régions devraient se rassembler pour dénoncer leur mise à mort pour autrui.

    Sissi zayyat

    11 h 53, le 11 juin 2024

Retour en haut