Rechercher
Rechercher

Société - Explosions au port de Beyrouth

Nouvel appel des familles des victimes du 4 Août à une réouverture de l'enquête

Plusieurs proches de victimes estiment que les plaintes déposées par l'ancien procureur Ghassan Oueidate contre Tarek Bitar, juge en charge de l'enquête, devraient être levées par le nouveau procureur. 

Nouvel appel des familles des victimes du 4 Août à une réouverture de l'enquête

L'une des proches d'une victime du 4 août manifestant devant le ministère de la Justice. Photo Mohammad Yassine / L'Orient-Le Jour

Les familles des victimes de l'explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020 ont manifesté lundi devant le ministère de la Justice à Beyrouth pour demander que l'enquête du juge Tarek Bitar, en charge du dossier, soit relancée. Ils ont brûlé des pneus pour exprimer leur colère contre l'absence de progrès qui empêche, jusque-là, de définir les responsabilités après la mort de plus de 220 personnes ce jour-là, quand plusieurs centaines de tonnes de nitrate d’ammonium avaient explosé, soufflant des quartiers entiers de la capitale.

L'enquête du juge Bitar est en suspens depuis plus d'un an. Après avoir tenté de la relancer malgré les nombreuses entraves placées sur son chemin par de puissantes personnalités qu’il voulait interroger, le magistrat avait été brusquement contraint d'interrompre son enquête une nouvelle fois, après une action en justice intentée contre lui par l’ancien procureur général Ghassan Oueidate. Ce dernier a pris sa retraite le 22 février, ce qui a conduit certaines familles de victimes à demander que les plaintes déposées contre M. Bitar soient levées afin qu'il puisse poursuivre son travail d'enquête.

« Nous espérons que [le nouveau procureur] retirera les poursuites que M. Oueidate a injustement lancées contre le juge », affirme Ibrahim Qaadan, le père d'Ahmad Qaadan, victime du 4 août, à L'Orient-Le Jour lors de la manifestation. « Nous espérons que le nouveau procureur ne subira pas de pressions. Si nous n'avions pas encore de l’espoir, nous ne serions pas là. »

Lire aussi

Les proches des victimes du 4 Août réclament une reprise de l'enquête sur la double explosion

Ce sentiment est partagé par Michel Awad, grand-père de l'une des plus jeunes victimes du 4 août, Alexandra Najjar. Celui-ci affirme à L'Orient-Le Jour que si le juge Oueidate était la raison pour laquelle l'enquête n'avançait pas, alors elle devrait pouvoir continuer sans entrave.

« Ma petite-fille était chez elle avec ses parents lorsqu'elle a été tuée, la vie ne peut donc plus continuer normalement », insiste-t-il. « [Les responsables] agissent comme si rien ne s'était passé. J'ai perdu une partie de moi-même quand Alexandra est morte, alors nous continuons la lutte, peu importe le temps que cela prendra. Mon intuition me dit qu'ils ne s'en sortiront pas ».

D’autres proches de victimes adoptent une approche plus proactive. L'avocate Cécile Roukoz, sœur de Joseph Roukoz qui est décédé à cause de l'explosion, informe notre publication avoir intenté une action en justice auprès du procureur Jamal Hajjar, qui a succédé à Ghassan Oueidate, afin que les plaintes déposées par ce dernier soient retirées.

« Nous nous dirigeons vers une quatrième commémoration du 4 août alors que les choses n'ont pas changé. Il est inacceptable qu'un crime de cette ampleur soit traité de cette manière », s’insurge Mme Roukoz. « La corruption des politiciens n’est pas un secret. Mais ils n’auraient pas pu imposer ce qu’ils voulaient s’ils n’avaient pas d’outils leur permettant de manipuler le système judiciaire. Et l’un d’eux était Ghassan Oueidate. »

Les familles des victimes de l'explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020 ont manifesté lundi devant le ministère de la Justice à Beyrouth pour demander que l'enquête du juge Tarek Bitar, en charge du dossier, soit relancée. Ils ont brûlé des pneus pour exprimer leur colère contre l'absence de progrès qui empêche, jusque-là, de définir les responsabilités après la mort de plus de...
commentaires (1)

La vérité est déjà connue, mais nous attendons la justice un jour !!!

William SEMAAN

21 h 42, le 04 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • La vérité est déjà connue, mais nous attendons la justice un jour !!!

    William SEMAAN

    21 h 42, le 04 juin 2024

Retour en haut