Rechercher
Rechercher

Politique - ONU

Jeanine Hennis-Plasschaert, nouvelle coordinatrice spéciale pour le Liban

L'ancienne ministre de la Défense des Pays-Bas succède à Joanna Wronecka, en place depuis le 1er avril 2021.

Jeanine Hennis-Plasschaert, nouvelle coordinatrice spéciale pour le Liban

Jeanine Hennis-Plasschaert est la nouvelle coordonnatrice spéciale pour le Liban. Photo AFP

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a annoncé lundi dans un communiqué la nomination de la Néerlandaise Jeanine Hennis-Plasschaert nouvelle coordonnatrice spéciale pour le Liban. Elle succède à la Polonaise Joanna Wronecka, qui avait remplacé le 1er avril 2021 le bouillant Slovaque Jan Kubis.

Antonio Guterres a salué « l’engagement et le leadership » de Joanna Wronecka à la tête du bureau de coordination spéciale des Nations unies pour le Liban.

Jeanine Hennis-Plasschaert est l’actuelle représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en Irak et la cheffe de la mission d’assistance des Nations unies dans ce pays depuis 2018. Elle a été la première femme a occuper le poste de ministre de la Défense des Pays-Bas sous la direction du Premier ministre Mark Rutte de 2012 à 2017.

Elle parle couramment l’allemand, l’anglais, le français et le néerlandais.

Le parcours de Wronecka

Mme Wronecka a été nommée à un moment où le Liban n'avait pas de gouvernement, après la démission du cabinet de l'ancien Premier ministre Hassan Diab suite à l'explosion au port de Beyrouth en 2020. Sa première demande en tant que coordinatrice spéciale a donc été la mise en place d'un nouveau gouvernement susceptible de mettre le pays sur la voie du redressement. Elle a également évoqué à plusieurs reprises la crise financière et économique libanaise, soulignant la nécessité d'agir rapidement pour stabiliser la situation et mettre en place des réformes.

Le Liban est plongé depuis 2019 dans une crise économique que la Banque mondiale a classée parmi les trois premières au monde en termes de gravité depuis le XIXe siècle. La crise a plongé plus des trois quarts de la population dans la pauvreté.

Mme Wronecka a aussi discuté avec les responsables libanais des négociations sur la frontière maritime entre le Liban et Israël, qui ont été finalisées en octobre 2022. En outre, depuis le début du vide présidentiel au Liban en octobre 2022, elle a appelé à plusieurs reprises à l'élection d'un nouveau chef de l’État. Elle s'est par ailleurs entretenue avec le Hezbollah, entre autres, au sujet de l'impasse présidentielle.

Enfin, depuis le début des affrontements entre le Hezbollah et Israël le long de la frontière libano-israélienne le 8 octobre, la Coordinatrice spéciale des Nations Unies a insisté sur la nécessité d'une désescalade sur le terrain et la mise en œuvre intégrale de la résolution 1701 de l'ONU. Ce texte adopté après la guerre de juillet 2006 entre le Hezbollah et l’État hébreu, appelle à un « cessez-le-feu permanent » et au déploiement de l'armée libanaise et de la FINUL sur la Ligne bleue.

Critiques

En janvier 2023, Mme Wronecka avait été critiquée par des personnalités anti-Hezbollah après une rencontre entre elle et un représentant du parti chiite, Ammar Moussaoui. Après la rencontre, elle avait posté sur le réseau X : « Je remercie Ammar Moussaoui du Hezbollah pour un tour d'horizon sur les questions prioritaires pour le Liban, y compris l'élection d'un nouveau président, le fonctionnement des institutions de l'État et l'impact des développements régionaux et internationaux sur le pays. »

Un mois avant cette réunion, le soldat irlandais Sean Rooney, casque bleu de la FINUL, avait été tué et trois autres soldats irlandais avaient été blessés lorsque leur véhicule a été attaqué près du village de Aaqibiyé, dans le sud du Liban, où le Hezbollah est fortement présent.

« L'éloge de Wronecka à Ammar Moussaoui est un mauvais signe. Nous demandons des éclaircissements », avait alors affirmé l'ancien député proche du 14 mars Farès Souhaid.

« Il s'agit d'un tweet du coordinateur spécial de l'ONU au Liban à propos d'un responsable de la milice du Hezbollah, quelques jours après qu'un membre de la (FINUL) a été tué par un membre de la milice », avait aussi écrit sur X l'ancien journaliste de la chaîne Future TV, Nadim Koteiche, dénonçant la « gratitude de l'ONU envers une milice terroriste ».

Certains responsables israéliens ont également critiqué le message de Mme Wronecka. « Est-ce que c'est vrai ?, avait commenté le chef des affaires stratégiques au ministère israélien des Affaires étrangères, Joshua Zarka. « Un haut représentant officiel de l'ONU remercie l'organisation terroriste responsable du meurtre d'un gardien de la paix de l'ONU pour un tour d'horizon ». Un diplomate de l'ambassade d'Israël à Berlin, Yaki Lopez, s'est quant à lui interrogé : « Qu'est-ce que cela fait d'être endoctriné par un terroriste ? Voulez-vous nous en parler ? ».

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a annoncé lundi dans un communiqué la nomination de la Néerlandaise Jeanine Hennis-Plasschaert nouvelle coordonnatrice spéciale pour le Liban. Elle succède à la Polonaise Joanna Wronecka, qui avait remplacé le 1er avril 2021 le bouillant Slovaque Jan Kubis.Antonio Guterres a salué « l’engagement et le leadership » de Joanna Wronecka...
commentaires (2)

Mme Hennis-Plasschaert a fait parti d'un gouvernement conservateur libéral en Hollande. De deux choses l'une, soit elle gérera les affaires d'un intérêt vu sous un angle purement économique et donc nous coulera, soit elle le regardera sous un angle plutôt idéologique et donc donnera un peu plus de chance aux Libanais et les aidera a régler ses problèmes avec les émigrés illégaux, qui qu'ils soient, a commencer par les Syriens pour éviter les dérapages a grande échelle qui se profilent a l’horizon.

Pierre Christo Hadjigeorgiou

09 h 13, le 22 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Mme Hennis-Plasschaert a fait parti d'un gouvernement conservateur libéral en Hollande. De deux choses l'une, soit elle gérera les affaires d'un intérêt vu sous un angle purement économique et donc nous coulera, soit elle le regardera sous un angle plutôt idéologique et donc donnera un peu plus de chance aux Libanais et les aidera a régler ses problèmes avec les émigrés illégaux, qui qu'ils soient, a commencer par les Syriens pour éviter les dérapages a grande échelle qui se profilent a l’horizon.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    09 h 13, le 22 mai 2024

  • Espérons que madame Jeanine Antoinette Hennis-Plasschaert, ne soit pas proche de ces dames politiciennes qui étouffent l’occident avec leur fameux principe : changer de positions « à 360 degrés » ( ? ) - Anna Baerbock – bien sûr ceci pour rendre LEUR MONDE « HEUREUX ». Patientons pour voir.

    aliosha

    12 h 04, le 21 mai 2024

Retour en haut