Rechercher
Rechercher

Société - Liban

La journaliste libanaise Mona Béchara n'est plus

L'ancienne rédactrice en chef de Magazine s'est éteinte des suites d'une longue maladie.

La journaliste libanaise Mona Béchara n'est plus

Mona Béchara. Photo DR

Notre consœur Mona Béchara, ancienne rédactrice en chef de Magazine, revue politique suspendue depuis plusieurs années, s’est éteinte vendredi des suites d’une longue maladie. Fille de l’avocat de grande renommée Georges Béchara, elle détenait une licence en droit de l’Université Saint Joseph (USJ) de Beyrouth, mais avait choisi de faire carrière dans le journalisme.

Mona Béchara a donc intégré Magazine en 1965. Elle était la première femme journaliste à être élue membre du conseil de l’ordre des rédacteurs de la presse dans les années 80.

Dans un communiqué publié samedi, le président de l’ordre des rédacteurs, Joseph Kossaïfi, a rendu hommage à Mona Béchara, « la journaliste courageuse, véritable fer de lance de la défense des valeurs démocratiques et de la liberté de la presse qui, selon elle, ne doit subir aucune menace ». Mona Béchara était « un grand soutien aux femmes journalistes. Elle a orienté certaines d’entre elles, mettant à leur disposition sa grande expérience et son expertise », ajoute M. Kossaïfi. « Avec la disparition de Mona Béchara, c’est tout une page de la presse libanaise et francophone qui se tourne. Mais nous nous rappelons toujours d’elle, symbole d’une belle époque qui semble révolue », conclut le président de l’ordre des rédacteurs de la presse. 

Notre consœur Mona Béchara, ancienne rédactrice en chef de Magazine, revue politique suspendue depuis plusieurs années, s’est éteinte vendredi des suites d’une longue maladie. Fille de l’avocat de grande renommée Georges Béchara, elle détenait une licence en droit de l’Université Saint Joseph (USJ) de Beyrouth, mais avait choisi de faire carrière dans le journalisme.Mona...
commentaires (1)

Pas un mot de Charles (Abou Adal). Pas si surprenant hélas

Zampano

11 h 37, le 19 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pas un mot de Charles (Abou Adal). Pas si surprenant hélas

    Zampano

    11 h 37, le 19 mai 2024

Retour en haut