Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Une attaque spectaculaire, porteuse de nombreux messages

L’espace de quelques heures, le Moyen-Orient a retenu son souffle, les vols aériens réguliers ont été suspendus dans plusieurs États et des missiles et des drones mystérieux ont sillonné le ciel. La riposte iranienne à l’attaque contre un bâtiment diplomatique à Damas le 1er avril qui avait fait plusieurs morts, dont des responsables des gardiens de la révolution, a été déclenchée peu après minuit, et pendant quelques heures, nul ne comprenait ce qui se passait. Près de 330 drones et missiles ont été envoyés par l’Iran vers Israël, c’est-à-dire qu’ils ont traversé une distance de plus de 1 100 kilomètres, ce qui constitue une première pour les drones. Le « Dôme de fer » a été actionné et, selon les Israéliens, il a pu intercepter 99 % des missiles lancés par l’Iran. Ce qui signifie aussi qu’une partie des missiles a quand même atteint un aéroport militaire dans le désert du Néguev que l’Iran considère comme la base dont est partie l’attaque contre le bâtiment consulaire de Damas. Tôt dimanche matin, la délégation iranienne à l’ONU a annoncé la fin de la riposte de l’Iran et les analyses et autres réactions ont commencé à se multiplier.

Indépendamment des résultats concrets de cette attaque spectaculaire, chacun des deux camps a voulu tourner l’événement à son avantage, les Israéliens en insistant sur le fait que le Dôme de fer a été efficace en tant que système de protection et les Iraniens en précisant qu’ils ont réussi à lancer une attaque qui a paralysé pendant quelques heures la région, tout en étant étudiée de façon à éviter une escalade qui entraînerait une confrontation directe avec les Américains.

Les Iraniens, qui ont quand même attendu plus de dix jours pour riposter, ont bien soigné leur scénario pour frapper un coup fort dans plusieurs directions. Ils ont ainsi, comme l’avaient suggéré leurs alliés dans la région, choisi de lancer une attaque militaire à grand effet, dans le cadre toutefois des lignes rouges en vigueur, autrement dit, sans viser des cibles civiles et sans porter un coup fatal à l’ennemi qui le contraindrait forcément à riposter à grande échelle ou à faire appel à ses protecteurs occidentaux. Leur riposte était ainsi remplie de messages dans plusieurs directions. Sur le plan purement émotionnel si cher aux Arabes, les Iraniens ont répandu sur les réseaux sociaux des films de missiles traversant le ciel nocturne sombre, illuminant à leur passage le dôme de la mosquée al-Aqsa et d’autres symboles religieux musulmans. Sur le plan politique, ils ont accompagné leur riposte d’une argumentation juridique qui fait référence au droit international de légitime défense en riposte à une attaque. Mais les messages les plus importants restent aux Américains, à leurs alliés et aux Israéliens eux-mêmes. Aux Américains, les Iraniens ont essentiellement rappelé que, tout comme eux, ils ne veulent pas d’une extension de la guerre et surtout pas d’une confrontation directe entre eux, comme le souhaite le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Selon les Iraniens, depuis le 7 octobre, ce dernier cherche en effet à élargir le champ de bataille au Liban et sur d’autres fronts, dans une volonté claire de créer une confrontation régionale qui aboutirait à une guerre entre l’Iran et les États-Unis. Il n’est donc pas question pour les Iraniens de faire ce qu’il veut, d’autant qu’avec les Américains, tout au long de ces six derniers mois, les contacts indirects n’ont pas été rompus. Les Iraniens ont donc conçu leur riposte très minutieusement pour éviter une intervention américaine de soutien aux Israéliens, tout en montrant une partie seulement de leur arsenal, laissant ainsi entendre qu’il y aurait d’autres armes encore plus pointues que celles qui ont été utilisées.

Aux Israéliens, les Iraniens ont cherché à montrer qu’ils sont en mesure de bombarder au même moment plusieurs endroits différents, voire l’ensemble du territoire, avec des missiles de longue portée, et qu’ils n’hésiteront pas à le faire s’ils se considèrent provoqués. Ce qui est une première depuis la création de cette entité. En même temps, ils ont mis l’accent sur la dépendance totale des Israéliens à l’égard des Américains, qui ont mis en place le Dôme de fer, sans lequel les missiles auraient atteint leurs cibles. Aux yeux des Iraniens et de ceux qui évoluent dans leur orbite, c’est une nouvelle preuve de la fin de la suprématie militaire israélienne, dont il ne resterait plus grand-chose sans l’appui occidental. C’est aussi un message indirect aux Occidentaux sur le fait que l’Iran les rend responsables de toute action israélienne car, sans leur soutien, l’État hébreu ne peut plus faire grand-chose.

Aux États arabes, les Iraniens ont adressé un message clair de ne pas soutenir les Israéliens qui, selon eux, sont en perte de vitesse. De fait, la plupart des États arabes se sont tenus à l’écart de cette guerre, mais cette position devient de plus en plus difficile à tenir, alors que leurs populations sont de plus en plus révoltées par les images en provenance de Gaza. De leur côté, les Américains, qui sont plus ou moins paralysés par la campagne présidentielle qui s’annonce très serrée, ne font pas grand-chose pour leur donner des raisons de ne pas se rapprocher de l’Iran. La riposte iranienne « maîtrisée » est donc un message aux États arabes de bien peser leur décision au moment de choisir leur camp.

Enfin, les Iraniens ont aussi adressé un message à leurs alliés et à leur propre population. C’est vrai que leurs partisans n’avaient cessé ces derniers jours de rappeler leur « patience stratégique », leur « lenteur dans le tissage des tapis », leur « sagesse et leur rationalité », mais quelque part, il y avait une déception de ne pas les voir réagir à toutes les attaques dont ils ont été la cible. De même, les différentes factions de « l’axe de la résistance » se demandaient en douce pourquoi l’Iran se tient à l’écart, en dépit des provocations israéliennes, alors qu’elles sont, elles, impliquées dans cette confrontation qui dure depuis six mois. En ripostant de cette façon spectaculaire, les Iraniens ont mis un terme à toutes ces questions, voire à tous ces doutes.

C’est une source libanaise proche de Téhéran qui résume le mieux la situation : l’Iran a riposté car sa crédibilité, son image et toute sa stratégie depuis l’instauration de la République islamique étaient en jeu. Mais l’attaque a été faite de façon étudiée, pour ne pas porter un coup trop dur qui aurait obligé les Israéliens à réagir violemment. L’Iran a fait en sorte de permettre à chaque camp de considérer qu’il a sauvé la face. Ce qui pourrait ouvrir la voie à des négociations sérieuses...

L’espace de quelques heures, le Moyen-Orient a retenu son souffle, les vols aériens réguliers ont été suspendus dans plusieurs États et des missiles et des drones mystérieux ont sillonné le ciel. La riposte iranienne à l’attaque contre un bâtiment diplomatique à Damas le 1er avril qui avait fait plusieurs morts, dont des responsables des gardiens de la révolution, a été...
commentaires (7)

@Madame Haddad, Le dôme de fer est un produit 100% Entité sioniste. Le Khezt qui vole à 11000 KM/H a dégommé les missiles balistiques iraniens qui volent à 9000 km/h. C'est une première mondiale à savoir dégommer un missile c'est déjà arrivé mais une centaine en même temps cela s'est jamais vu. Vous pensez que 60 tonnes d'explosifs ce n'est pas un coup trop dur ? Les missiles iraniens ont failli détruire les Mosquées de l'esplanade des mosquées ou Mont du Temple pour les chrétiens et les israélites

Dorfler lazare

19 h 54, le 15 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • @Madame Haddad, Le dôme de fer est un produit 100% Entité sioniste. Le Khezt qui vole à 11000 KM/H a dégommé les missiles balistiques iraniens qui volent à 9000 km/h. C'est une première mondiale à savoir dégommer un missile c'est déjà arrivé mais une centaine en même temps cela s'est jamais vu. Vous pensez que 60 tonnes d'explosifs ce n'est pas un coup trop dur ? Les missiles iraniens ont failli détruire les Mosquées de l'esplanade des mosquées ou Mont du Temple pour les chrétiens et les israélites

    Dorfler lazare

    19 h 54, le 15 avril 2024

  • Les Occidentaux ont la mémoire courte quand cela les arrange : ce n'est pas l'Iran qui a attaqué en premier mais bien Israël. Et voilà qu'on pleure à nouveau sur cette victime d'Israël "qui a le doit de se défendre", (mais surtout pas l'Iran!).

    Politiquement incorrect(e)

    19 h 48, le 15 avril 2024

  • Excellente analyse pleine de clairvoyance dans un brouillard de cacophonie journalistique. Merci mme haddad.

    nabil samir

    17 h 31, le 15 avril 2024

  • Ce n'est pas une mascarade. La DCA de l'entité sioniste a dégommé des missiles balistiques iraniens qui vont à 9000 km/heure avec un produit qui s'appelle le Khetz. Ce produit a été commandé par L'Allemagne et d'autres pays de L'UE pour se protéger des Russes. Il va d'ailleurs être fabriqué en Allemagne. Depuis Dimanche , le téléphone des concepteurs du Khezt ne doit pas arrêter de sonner pour des nouvelles commandes. Il n'y a pas que la Jordanie comme pays arabe qui a aidé l'entité sioniste dans la nuit de samedi à dimanche.

    Dorfler lazare

    16 h 22, le 15 avril 2024

  • Une mascarade oui!!! Hormis le show lumineux digne d’une parade de Disney? Rien d’extraordinaire.. 4 heures de vol pour plus de 300 drones et quelques missiles… résultat ? 1 ou 2 blessés… Rappel: Avec une SEULE fusée envoyée sur la banlieue sud, Israel a tué plusieurs responsables palestiniens. Il paraît même que certains civils en Israel auraient projeté d’aller au cinéma et rentrer chez eux sachant que ces drones étaient encore en « route / voyage » pendant la diffusion du film cinéma… !!!! Israéliens et Iraniens considèrent qu’ils sont vainqueurs… tant mieux !!! Si cela leur fait plaisir…

    LE FRANCOPHONE

    15 h 30, le 15 avril 2024

  • Une immense comédie de part et d’autre. Les Iraniens avaient prévenu de leur attaque 3 jours avant son déclenchement. Toutes les forces pro israéliennes présentes dans la région étaient prêtes à intercepter tout engin volant et il n’y a eu ni dégâts ni victimes. Ainsi tout le monde a gagné comme dans l’école des fans de Jacques Martin. Les masses arabo musulmanes sont satisfaites mais Israël attire à nouveau la sympathie du monde entier alors que son armée commet un genocide à Gaza. En effet, les Iraniens ont donc réussi leur coup, comme vous le dites

    Lecteur excédé par la censure

    08 h 18, le 15 avril 2024

  • Analyse fine et objective. Merci.

    Raed Habib

    06 h 50, le 15 avril 2024

Retour en haut