Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Des Casques bleus "brièvement détenus" dans la banlieue sud de Beyrouth

Des incidents opposent régulièrement les habitants des villages frontaliers aux patrouilles de la Finul. C'est la première fois qu'un événement de ce genre se produit dans le sud de la capitale. 

Des Casques bleus de l'ONU déployés à Kfarchouba, à la frontière libanaise-israélienne (Crédit: Mohammad Yassine / L'Orient-Le Jour)

Des « individus locaux » du quartier de Hay el-Sellom ont intercepté et brièvement détenu des Casques bleus de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) jeudi soir dans la banlieue sud de Beyrouth, a confirmé vendredi une porte-parole de la Force, après un incident largement relayé dans des médias locaux et sur les réseaux sociaux.

« La nuit dernière, un véhicule des forces de maintien de la paix, en déplacement logistique routinier vers Beyrouth, a emprunté un itinéraire non prévu. Il a été stoppé et les Casques bleus qui s'y trouvaient ont été détenus par des individus locaux avant d'être ensuite libérés », a indiqué Kandice Ardiel, porte-parole adjointe de la Finul, à L'Orient Today. La Finul n'a pas donné plus d'informations sur les circonstances ayant mené le véhicule à Hay el-Sellom, un quartier où le Hezbollah est prédominant. « Nous examinons les circonstances » de cet incident, a ajouté Mme Ardiel, qui a assuré qu'aucun Casque bleu n'a été blessé.

Contactés, le Hezbollah, les Forces de sécurité intérieure (FSI) et l'Union des municipalités de la banlieue sud n'étaient pas immédiatement disponibles pour un commentaire.

Liberté de mouvement

Créée en 1978 pour surveiller le retrait des forces israéliennes après leur invasion du Liban, la Finul est principalement présente dans le sud du pays. Bien que des tensions surviennent régulièrement entre ses patrouilles et les résidents locaux, majoritairement partisans du Hezbollah, l'incident de jeudi revêt une importance particulière puisqu'il s'est produit dans la banlieue sud chiite de Beyrouth. La résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée après la guerre de juillet 2006 entre l'État hébreu et le Hezbollah, conférait explicitement à la Finul et à l'armée libanaise des pouvoirs le long de la Ligne bleue, qui marque la frontière séparant le Liban d'Israël.

Pour mémoire

Pourquoi la mission de la Finul est devenue un enjeu (géo)politique

« Nous soulignons, en plus de la liberté de mouvement dans la zone d'opérations de la Finul, que les Casques bleus ont aussi la liberté et l'autorisation du gouvernement libanais de se déplacer dans tout le Liban pour des raisons administratives et logistiques. Cette liberté de mouvement est essentielle à la mise en œuvre de la résolution 1701 », a ajouté Mme Ardiel.

La question de la liberté de mouvement des Casques bleus a été centrale lors des discussions sur le renouvellement du mandat de la Finul en 2023. Le Liban et le Hezbollah avaient alors réclamé que cette liberté de mouvement soit limitée. Le 28 août 2023, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, était allé jusqu'à mettre en garde que, si le mandat de la force de l'ONU était renouvelé en maintenant l'article 16, qui permet aux Casques bleus de se déplacer « sans autorisation préalable » et « indépendamment » de l'armée libanaise, était maintenu, cela risquait de mener à une exacerbation des tensions dans le sud du Liban.

Quelques jours plus tard, le mandat de la Finul avait été prolongé sans aucune modification du texte final et sans répondre donc aux revendications libanaises. Selon la résolution 2650 du Conseil de sécurité, la Finul peut continuer à « mener ses opérations de manière indépendante », mais le texte stipule qu'elle doit « se coordonner avec le gouvernement libanais ».  Il exige également que toutes les parties permettent aux Casques bleus de la Finul d'effectuer des patrouilles « annoncées autant qu'inopinées » sans « aucune restriction ou entrave au mouvement de son personnel » et que leur liberté de mouvement était « garantie ».

Le 14 décembre 2022, des habitants, identifiés comme des membres du Hezbollah, ont été accusés d'avoir tué un soldat irlandais de la Finul et blessé trois autres lorsque leur véhicule a été attaqué près du village de Aqibiyé. Dans un autre incident, le 27 décembre 2023, un Casque bleu a été blessé à Taybé (caza de Marjeyoun) lorsqu'un groupe de jeunes gens a attaqué une patrouille et tenté de l'empêcher de se déplacer dans le village.

Des « individus locaux » du quartier de Hay el-Sellom ont intercepté et brièvement détenu des Casques bleus de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) jeudi soir dans la banlieue sud de Beyrouth, a confirmé vendredi une porte-parole de la Force, après un incident largement relayé dans des médias locaux et sur les réseaux sociaux. « La nuit dernière, un véhicule des...

commentaires (5)

"Aucun Casque bleu n'a été blessé'. Il peuvent se vanter d'avoir eu de la chance. On reste confondu devant la magnanimité du Hezbollah qui s'est abstenu d'en exécuter un ou deux, puisque, de toutes façons, il n'y aura aucune sanction. Dans le pire des cas, l'assassin sera arrêté puis remis en liberté comme dans le cas de ;assassinat du malheureux soldat iralandais.

Yves Prevost

11 h 54, le 04 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "Aucun Casque bleu n'a été blessé'. Il peuvent se vanter d'avoir eu de la chance. On reste confondu devant la magnanimité du Hezbollah qui s'est abstenu d'en exécuter un ou deux, puisque, de toutes façons, il n'y aura aucune sanction. Dans le pire des cas, l'assassin sera arrêté puis remis en liberté comme dans le cas de ;assassinat du malheureux soldat iralandais.

    Yves Prevost

    11 h 54, le 04 mars 2024

  • Le HB veut avoir le monopole du contrôle de notre souveraineté. Il demande à ce que les organisations internationales présentes dans notre pays demandent l’autorisation des autorités libanaises en place alors que tout le monde sait que le pays est gouverné actuellement par des vendus à ses ordres. Cherchez l’erreur. N’est ce pas le ministre des AE démissionnaire qui vient de déclarer que notre pays est pour la guerre sans donner de motif ni de justifications à ses propos qui n’engagent que lui, lui le collabo qui veut risquer la vie des citoyens libanais pour se faire bien voir par les vendus?

    Sissi zayyat

    12 h 21, le 02 mars 2024

  • La finul doit quitter et Israël nous débarrasse du Liban sud

    Eleni Caridopoulou

    18 h 17, le 01 mars 2024

  • Mission impossible peut être, mais le hizb devrait "profiter" de la présence importante de la Finul en la transformant en un "allié " potentiel au lieu de la confronter. La présence de la Finul, actuellement, semble être le "containment " du hizb et collecter des infos militaires sensibles. D'où la tension. Question: pourquoi les casques bleus n'interviennent pas lors des incursions Israéliennes, et pourquoi sont ils présents juste sur le territoire Libanais (?).. Tsahal fait ce qu'il veut tandis que le Liban a "les mains liées "..Welcome to Lebanon (!)

    Raed Habib

    16 h 23, le 01 mars 2024

  • Encore une fois les pros Iraniens ont le culot de détenir les soldats de la FINUL!Dites-moi Encore qu'une partie du Liban n'est pas sous occupation Iranienne !Comme pour les télécommunications, qui a déclencher la traîtrise du 7 mai 2008!Les Aounistes, répétez nous Encore que nous sommes un pays indépendant !!!

    Marwan Takchi

    16 h 01, le 01 mars 2024

Retour en haut