Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Sud

Salves de roquettes vers Israël après une frappe contre un "commandant" du Hezbollah

Selon un responsable israélien, les tirs du Hezbollah n'ont fait « aucun blessé ». 

Une voiture détruite après une frappe israélienne à Nabatiyé, dans le sud du Liban, le 8 février 2024. Photo AFP / SOCIAL MEDIA

Une trentaine de roquettes ont été tirées dans la nuit de jeudi à vendredi depuis le Liban vers le nord d'Israël, peu après une frappe aérienne israélienne contre un « commandant » du Hezbollah, a indiqué l'armée israélienne.

« Nous pouvons confirmer qu'environ 30 tirs ont eu lieu depuis le Liban vers les secteurs d'Ein Zeitim et Dalton dans le nord d'Israël », a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'armée interrogé sur des tirs de roquettes dans la nuit depuis le Liban voisin. Selon des premières informations, ces tirs n'ont fait « aucun blessé », a précisé ce responsable militaire.

Le Hezbollah a de son côté revendiqué le tir de « dizaines de roquettes Katioucha en direction du « siège du commandement de la 3e brigade d'infanterie (israélienne), dans la base de Aïn Zeitim », précisant qu'il s'agissait d'une riposte après la frappe sur un véhicule à Nabatiyé ayant ciblé des « combattants de la résistance ». 

Plus tôt dans la soirée, une source de sécurité libanaise avait annoncé à l'AFP qu'un responsable militaire du Hezbollah avait été gravement blessé dans un bombardement aérien qui a visé jeudi sa voiture à Nabatiyé, dans le sud du Liban. Le responsable de la formation islamiste, qui soutient le mouvement palestinien Hamas dans sa guerre contre Israël, « a été gravement blessé et une personne qui l'accompagnait a été également blessée », a précisé cette source qui a requis l'anonymat. La cible du bombardement est un commandant du Hezbollah qui était impliqué dans plusieurs tirs sur le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, a indiqué un porte-parole de l'armée israélienne, sans plus de précisions.

Nabatiyé, où la voiture a été bombardée, est relativement éloignée de la frontière et épargnée par les violences quotidiennes entre le Hezbollah et l'armée israélienne.

Selon l'Agence nationale d'information libanaise (ANI, officielle), « un drone israélien a lancé un missile vers 16h15 (14h15 GMT) à l'entrée est de Nabatiyé sur une voiture tout-terrain qui a pris feu ».

Le Hezbollah a affirmé avoir « visé la base de contrôle aérien de Méron avec des missiles Falaq », en représailles à « l'attaque sur la ville de Nabatiyé ». 

Depuis le lendemain de l'attaque sans précédent du Hamas en Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre à Gaza, le Hezbollah bombarde des positions de l'armée israélienne à la frontière, en soutien au mouvement islamiste palestinien. Israël réplique en bombardant des cibles dans le sud du Liban et ses drones visent régulièrement des combattants du mouvement libanais.

« Attaques massives » 
Jeudi, la formation chiite libanaise a revendiqué plusieurs attaques contre des positions de l'armée israélienne de l'autre côté de la frontière, l'une d'elles visant notamment une caserne à Kyriat Chmona.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué séparé qu'elle avait « intercepté avec succès une cible aérienne suspecte qui avait traversé la frontière dans le nord d'Israël ». L'armée a ajouté avoir mené des frappes aériennes sur des cibles du Hezbollah, « dont des armes à bord d'un camion, une infrastructure terroriste et un centre militaire dans les zones de Khiam et Kfar Hammam ».

Le chef de l'armée de l'air israélienne, Tomer Bar, a également mis en garde contre « des attaques massives » si une guerre éclatait à la frontière du Liban. « Des centaines de cibles seront attaquées de façon simultanée à l'intérieur (du Liban), mais aussi Tyr, Sidon, Beyrouth et la (vallée de la) Bekaa », a-t-il affirmé.

En quatre mois, 227 personnes, en majorité des combattants du Hezbollah, mais également 27 civils dont trois journalistes, ont été tuées dans le sud du Liban, selon un décompte de l'AFP. Côté israélien, 15 personnes ont été tuées, selon l'armée.

Et des dizaines de milliers d'habitants des deux côtés de la frontière ont dû abandonner leurs foyers depuis le début des violences.

Une trentaine de roquettes ont été tirées dans la nuit de jeudi à vendredi depuis le Liban vers le nord d'Israël, peu après une frappe aérienne israélienne contre un « commandant » du Hezbollah, a indiqué l'armée israélienne.« Nous pouvons confirmer qu'environ 30 tirs ont eu lieu depuis le Liban vers les secteurs d'Ein Zeitim et Dalton dans le nord d'Israël », a indiqué à l'AFP...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut