Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Etats-Unis

Le projet de loi américain sur l'immigration et l'Ukraine se heurte à l'opposition des Républicains

Le président américain Joe Biden prononce un discours à l'église St. John Baptist à Columbia, en Caroline du Sud, le 28 janvier 2024. Photo AFP/KENT NISHIMURA

Les sénateurs américain sont parvenus dimanche à un accord sur l'immigration et l'aide à l'Ukraine, après des mois d'âpres débats, mais le président républicain de la Chambre des Représentants a aussitôt promis de l'enterrer, malgré l'appel de Joe Biden à l'"adopter rapidement".

Cet accord, qui porte sur un financement total de 118,3 milliards de dollars, comprend une aide de 60 milliards de dollars pour l'effort de guerre de Kiev face à l'invasion de la Russie et de 14,1 milliards de dollars pour Israël.

Il prévoit également une enveloppe de 20,2 milliards de dollars pour les réformes de la politique migratoire, mais surtout des restrictions plus sévères dans le système de traitement des demandes d'asile avec un coup de frein lorsque les passages dépassent les 5.000 personnes par semaine.

Le texte a été rapidement approuvé par le locataire de la Maison Blanche, qui a mis en avant les efforts déployés depuis des décennies pour réformer le système d'immigration "défaillant" du pays, tout en prônant une attitude plus humaniste que son prédécesseur Donald Trump dont les mesures controversées avaient conduit à la séparation des familles à la frontière américano-mexicaine.

"Nous sommes parvenus à un accord bipartisan sur la sécurité nationale qui inclut les réformes migratoires les plus strictes et les plus équitables depuis des décennies. Je le soutiens fermement", a réagi M. Biden, dans un communiqué. Il faut l'"amener sur mon bureau afin que je puisse le promulguer immédiatement", a-t-il ajouté.

"Ne rien faire n'est pas une option"

Pour être adoptée, cette enveloppe doit être approuvée au Sénat, où elle devrait en théorie obtenir le soutien d'élus des deux partis, puis à la Chambre des représentants. C'est là que les choses se compliquent. 

Son président, le "speaker" Mike Johnson, un fidèle de Donald Trump, a douché les espoirs de M. Biden. "Cette loi est encore pire que ce que nous attendions et est très loin de mettre fin à la catastrophe à la frontière créée par le président", a-t-il réagi sur X,  promettant que le texte serait "mort à son arrivée" s'il devait passer à la Chambre.

Joe Biden avait exhorté les républicains, qui contrôlent la Chambre des Représentants, à soutenir cet accord bipartisan, malgré l'appel de M. Trump, son probable futur adversaire lors de la présidentielle de novembre. "Si vous pensez, comme moi, que nous devons sécuriser la frontière maintenant, ne rien faire n'est pas une option", a-t-il déclaré.

Les Etats-Unis, de loin le premier soutien militaire à l'Ukraine, butent depuis plusieurs mois sur la validation de cette enveloppe.  Deux ans après le début d'une guerre qui s'enlise -- et plus de 110 milliards de dollars déjà débloqués par le Congrès -- les républicains, en particulier, ont commencé à trouver la note trop salée. 

Conscient que le sentiment d'urgence s'est bien émoussé à Washington depuis le début de la guerre en 2022, le président Biden avait demandé au Congrès en octobre de coupler sa demande d'aide pour l'Ukraine à une autre d'environ pour Israël, allié des Etats-Unis en guerre contre le Hamas.

Il a aussi souhaité y joindre une réforme drastique de la politique migratoire des Etats-Unis, un sujet politiquement brûlant, qui l'est d'autant plus en pleine année électorale. 

Pour être adoptée, cette enveloppe doit être approuvée au Sénat, où elle devrait en théorie obtenir le soutien d'élus des deux partis, puis à la Chambre des représentants. C'est là que les choses se compliquent. 

"Une occasion unique"

Depuis le début du conflit, le Kremlin mise sur l'essoufflement de l'aide occidentale, et toute hésitation des alliés de Kiev conforte la Russie dans l'idée que son pari sera gagnant. Fin décembre, les Etats-Unis avaient débloqué leur dernière tranche d'aide militaire disponible pour l'Ukraine

"Il s'agit d'une occasion unique de fermer notre frontière ouverte et de donner aux futures administrations les outils efficaces dont elles ont besoin pour mettre fin au chaos frontalier et protéger notre pays", a reconnu le sénateur de l'Oklahoma, James Lankford, principal négociateur républicain, dans un communiqué.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a qualifié le projet de loi de "pas monumental vers le renforcement de la sécurité nationale des États-Unis à l'étranger et le long de nos frontières".


Les sénateurs américain sont parvenus dimanche à un accord sur l'immigration et l'aide à l'Ukraine, après des mois d'âpres débats, mais le président républicain de la Chambre des Représentants a aussitôt promis de l'enterrer, malgré l'appel de Joe Biden à l'"adopter rapidement".

Cet accord, qui porte sur un financement total de 118,3...