Critiques littéraires Critique littéraire

Beyrouth, carrefour postal

Beyrouth, carrefour postal

D.R.

Dans un beau-livre illustré, Semaan Bassil nous raconte l’histoire de la poste au Levant à travers Beyrouth qui fut, de 1835 à 1914, au cœur des échanges postaux, confirmant ainsi le rôle historique prépondérant de notre capitale, alors considérée comme la ville portuaire la plus importante de l’est de la Méditerranée, avec Smyrne et Alexandrie…

Les deux premiers ouvrages de l’auteur concernaient la poste française à Beyrouth et la poste française à Tripoli. Ce troisième ouvrage, intitulé Mail in the Levant : Beirut. A Case Study in the Early Age of Steamship & Globalization (1835-1914) couvre l’activité postale des six bureaux de postes étrangers qui fonctionnaient à Beyrouth.

Tout commence dans les années 1830, à l’époque où cette ville, sous domination ottomane, s’impose comme point focal pour les services postaux étrangers et pour les lignes de transport maritime. Les correspondances de la région et du monde transitent alors par son port, comme l’attestent les 300 documents, souvent inédits, présentés dans ce livre récemment paru chez Cedarstamps. Peu à peu, Beyrouth prend son essor et devient un centre à la fois commercial, diplomatique et religieux – puisque toutes les missions religieuses y font escale. La quarantaine est également inévitable et permet de contrôler les navires sur le plan sanitaire pour prévenir les épidémies.

Le livre de Semaan Bassil, on l’aura compris, n’est pas seulement destiné aux philatélistes – bien qu’il comporte des reproductions de timbres rares et des détails qui les combleront –, il revêt aussi une triple dimension historique, géographique et sociologique.

Il nous explique comment le courrier international transitait ou partait de Beyrouth via les postes étrangères qui y étaient établies, en étayant sa démonstration avec des lettres, cartes géographiques, cartes postales, documents historiques et statistiques. Il nous montre notamment les liens qui se tissaient entre Beyrouth et des destinations lointaines (comme la Colombie, la Guinée, le Brésil, Haïti…) où se trouvaient les premiers émigrés libanais, pionniers de notre fameuse diaspora.

À travers quinze thèmes, l’auteur nous présente les différents aspects de son sujet, évoque la poste égyptienne, le courrier consulaire, la poste militaire étrangère, les timbres provisoires, les timbres remis à bord des navires (« seapost »), et le secteur bancaire à une époque où Beyrouth était encore « une excellente destination pour obtenir des lettres de crédit ».

Certes, la population de la ville ne dépassait pas les 6 000 habitants en 1830, mais elle finit par atteindre les 190 000 habitants à la veille de la Première guerre mondiale, ce qui prouve bien le développement économique de notre capitale.

En vérité, la passion de Semaan Bassil est contagieuse : le lecteur est envoûté par ces reliques qui lui parlent de son passé. La minutie avec laquelle il nous expose cette collection très riche nous laisse admiratifs. Et l’on ne peut, en refermant l’album, que regretter amèrement que notre port qui connut son heure de gloire, ne soit plus que l’ombre de lui-même, toujours meurtri par la terrible explosion qui l’a dévasté.

Mail in the Levant : Beirut. A Case Study in the Early Age of Steamship & Globalization (1835-1914) de Semaan Bassil, Cedarstamps, 2023, 240 p.

L’ouvrage peut être commandé en ligne :

info@cedarstamps.com (Beyrouth, Liban)

board@posthornmagazine.com  (Milan, Italie)

Il est disponible à la Librairie Antoine et à la Librairie Stéphan.

Dans un beau-livre illustré, Semaan Bassil nous raconte l’histoire de la poste au Levant à travers Beyrouth qui fut, de 1835 à 1914, au cœur des échanges postaux, confirmant ainsi le rôle historique prépondérant de notre capitale, alors considérée comme la ville portuaire la plus importante de l’est de la Méditerranée, avec Smyrne et Alexandrie…Les deux premiers ouvrages de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut