Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

Des Palestiniens de Cisjordanie et Jérusalem-Est en grève en solidarité avec Gaza


Des soldats de l'armée israélienne prenant position sur une colline surplombant le nord de la bande de Gaza, le 11 décembre 2023. Photo Menahem KAHANA / AFP

Magasins, écoles et bâtiments gouvernementaux étaient fermés lundi en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, le secteur palestinien de la ville occupé et annexé par Israël, pour protester contre les raids meurtriers de l'armée israélienne dans la bande de Gaza.

Selon le ministère de la Santé du Hamas, plus de 18.200 personnes sont mortes dans le petit territoire palestinien, en grande majorité des femmes et des jeunes moins de 18 ans, tués dans les bombardements israéliens déclenchés après l'attaque sanglante du mouvement islamiste contre Israël, le 7 octobre. Cette attaque a fait 1.200 morts côté israélien, en majorité des civils, selon les autorités.

A l'appel de syndicats, de nombreux Palestiniens se sont mis en grève et ont participé à des rassemblements dans plusieurs villes de Cisjordanie. « La grève d'aujourd'hui n'est pas seulement en solidarité avec Gaza, mais aussi contre les Etats-Unis qui ont utilisé leur veto au Conseil de sécurité contre une trêve », a déclaré Issam Abou Baker, membre du Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas, au pouvoir au sein de l'Autorité palestinienne.

A Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, des manifestants ont déployé une imposante banderole avec une liste de noms de victimes à Gaza. De nombreuses familles participaient à l'événement. « Tout ce que nous pouvons faire, c'est participer (à la manifestation). Nous ne pouvons rien faire d'autre », a confié un manifestant à l'AFP.

Des grèves ont également été observées à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, et à Hébron (sud), ont constaté des photographes de l'AFP.

A Jérusalem-Est où vivent quelque 300.000 Palestiniens, de nombreux magasins sont restés portes closes, selon un journaliste de l'AFP. « Nous voulons que la guerre cesse », a expliqué Nasser, 65 ans, propriétaire d'un café, qui n'a pas eu de nouvelles de ses amis à Gaza.

Un jeune coiffeur palestinien s'est résolu à ouvrir son salon dans la Vieille Ville de Jérusalem. « Je n'ai pas le choix. J'ai un enfant d'un an à charge et je n'ai pas travaillé depuis le début de la guerre », a-t-il dit.

Au Liban, administrations, banques et écoles ont aussi fermé leurs portes en solidarité avec Gaza et le sud du pays frontalier avec Israël, théâtre d'échanges de tirs de plus en plus nourris, principalement entre l'armée israélienne et le puissant mouvement libanais Hezbollah, allié du Hamas.

L'appel à la grève a aussi été suivi dans le quartier d'Esenyurt, dans l'ouest d'Istanbul, où de nombreuses entreprises appartiennent à des Palestiniens. Des images de rues désertes et des drapeaux palestiniens accrochés sur les devantures des boutiques aux rideaux fermées ont été partagées sur les réseaux sociaux.


Magasins, écoles et bâtiments gouvernementaux étaient fermés lundi en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, le secteur palestinien de la ville occupé et annexé par Israël, pour protester contre les raids meurtriers de l'armée israélienne dans la bande de Gaza.Selon le ministère de la Santé du Hamas, plus de 18.200 personnes sont mortes dans le petit...