Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Etats-Unis

Une juge du très restrictif Texas autorise une femme à la grossesse risquée à avorter


Une juge du très restrictif Texas autorise une femme à la grossesse risquée à avorter

Le Travis County 459th District Cour avant une audience dans l'affaire Cox v Texas, à Austin, le 7 décembre 2023. Photo SUZANNE CORDEIRO / AFP

Une juge de l'Etat américain du Texas, où les IVG sont interdites sauf très rares exceptions, a décidé jeudi d'autoriser à avorter une femme dont la grossesse pourrait selon son médecin menacer la vie et la fertilité.

Kate Cox, 31 ans, a eu la confirmation la semaine dernière que son foetus était atteint de trisomie 18 et réclame de pouvoir avorter. Lors d'une audience d'urgence de moins d'une heure, la juge d'un tribunal d'Austin, Maya Guerra Gamble, a accédé à sa requête, estimant que l'idée que Mme Cox puisse perdre la possibilité de devenir de nouveau mère était « choquante ».

« Ce serait une véritable erreur judiciaire », a-t-elle insisté.

Mme Cox, qui assistait à l'audience à distance avec son mari, a pleuré à l'annonce de la décision.

L'Etat du Texas peut faire appel.

L'avocate du Center for Reproductive Rights (Centre pour les droits reproductifs), qui a déposé plainte au nom de Mme Cox et de sa gynécologue-obstétricienne, a expliqué que la jeune femme avait dû se rendre une nouvelle fois aux urgences cette semaine en raison de fortes douleurs.

« La vie et la fertilité future de Kate Cox sont en danger », a dit Molly Duane. Elle doit obtenir « l'avortement dont elle a besoin maintenant pour mettre fin à sa souffrance et protéger sa fertilité ».

A l'été 2022, la Cour suprême des Etats-Unis a cassé l'arrêt « Roe v. Wade », qui garantissait depuis un demi-siècle le droit fédéral des Américaines à interrompre leur grossesse.

Le Texas a interdit toutes les IVG, y compris en cas d'inceste ou de viol. Seule exception: en cas de danger de mort ou de risque de grave handicap pour la mère. Mais les défenseurs du droit à l'avortement affirment que les exceptions sont trop floues et que les médecins sont terrifiés à l'idée d'être poursuivis en justice.

« Sur le point de mourir » 

Le fait que le foetus de Mme Cox, qui est enceinte de 20 semaines, soit atteint de trisomie 18 signifie qu'il risque de mourir in utero. Même si la grossesse va à son terme, la probabilité que le bébé soit mort-né ou meure quelques jours plus tard est élevée.

Des échographies ont révélé qu'il présentait notamment des anomalies à la colonne vertébrale et à l'abdomen et que le développement de son crâne et de son coeur était anormal.

Mais en raison de la loi au Texas, Mme Cox ne peut avorter, ses médecins lui disant avoir « les mains liées » et qu'elle doit attendre que le bébé meure dans son ventre, selon sa plainte.

En raison de césariennes antérieures, le déclenchement du travail comporte en outre un risque élevé de rupture de l'utérus, ce qui pourrait la tuer ou l'empêcher de tomber enceinte à l'avenir si une hystérectomie est nécessaire, d'après la même source.

Au nom du Texas, Johnathan Stone, du bureau du procureur général, a affirmé que « la seule partie prenante qui va subir un préjudice immédiat et irréparable dans cette affaire » si la cour accède à la requête d'urgence de Mme Cox « est l'Etat ».

« L'avortement, une fois pratiqué, est permanent, il ne peut être défait », a-t-il argué.

« Nous croyons fermement que la situation (de Kate Cox) relève de l'exception médicale prévue par les lois texanes sur l'avortement », a martelé Molly Duane.

Or, « l'Etat tente de remettre en question les médecins de Mme Cox et de dire qu'elle n'est toujours pas assez malade (...). Désormais, une patiente doit être sur le point de mourir avant qu'un médecin ne puisse invoquer l'exception », a-t-elle dénoncé.

Une juge de l'Etat américain du Texas, où les IVG sont interdites sauf très rares exceptions, a décidé jeudi d'autoriser à avorter une femme dont la grossesse pourrait selon son médecin menacer la vie et la fertilité.Kate Cox, 31 ans, a eu la confirmation la semaine dernière que son foetus était atteint de trisomie 18 et réclame de pouvoir avorter. Lors d'une audience d'urgence de...