Rechercher
Rechercher

Technologies - Astuce techno

Le câble USB-C est désormais la norme, mais prudence

Plus besoin de songer à se munir d’un câble spécial et d’un chargeur approprié pour recharger son iPhone ou transférer des données… quoi que… Car l’USB-C est un peu une norme fourre-tout.

Le câble USB-C est désormais la norme, mais prudence

La quasi-totalité des appareils tech d’aujourd’hui ont adopté l’USB-C. Photo d’illustration

Jamais on n’a autant parlé de l’USB-C qu’en cette fin d’année. Le responsable ? Apple, une fois de plus. Pour se plier aux obligations imposées par la Commission européenne, les iPhone adoptent désormais un port USB type C – appelé plus communément USB-C – en lieu et place du fameux connecteur propriétaire Lightning. Apple adopte donc cette norme et rend du même coup service à tous ceux qui disposent de nombreux accessoires et autres appareils USB-C. Plus besoin de songer à se munir d’un câble spécial et d’un chargeur approprié pour recharger son iPhone ou transférer des données… quoi que… Car l’USB-C est un peu une norme fourre-tout.

Derrière ce design universel et bien pratique puisque réversible (plus besoin de savoir dans quel sens brancher la prise) se cache une belle palette d’usages. L’USB-C peut ainsi servir à recharger un appareil et à transférer des données, mais aussi à transporter du son ou de la vidéo. Et bien sûr, plusieurs de ces fonctions exploitent des normes différentes ayant chacune leurs spécificités. Si bien que deux câbles qui se ressemblent peuvent ne pas rendre les mêmes services et parfois aussi représenter un risque pour les appareils lorsqu’ils sont mal utilisés.

Le transfert de données

On a tendance à croire que puisque l’appareil est doté d’une prise USB-C, les transferts de données – avec un ordinateur par exemple – sont forcément plus rapides qu’auparavant. C’est faux ! Cela dépend surtout de la norme retenue pour chaque appareil, l’USB-C ne servant que d’interface plus pratique pour la connexion. Ainsi, l’USB-C peut en réalité s’appuyer sur cinq normes USB offrant chacune des débits théoriques différents : l’USB 2.0 avec 480 Mbit/s (environ 60 Mo/s), l’USB 3.2 Gen 1 avec 5 Gbit/s (environ 640 Mo/s), l’USB 3.2 Gen 2 avec 10 Gbit/s (environ 1,25 Go/s), l’USB 3.2 Gen 2x2 avec 20 Gbit/s (environ 2,5 Go/s) et l’USB 4 avec 40 Gbit/s (environ 5 Go/s). Ainsi, si l’on souhaite transférer rapidement des données entre un iPhone 15 Pro ou 15 Pro Max et un ordinateur compatible USB 3.2 Gen 2, il faut opter pour un câble USB-C compatible avec cette norme pour laquelle le mobile d’Apple est conçu. S’il s’agit d’un iPhone 15 ou 15 Plus, par exemple, inutile de se tourner vers un tel câble. Ces modèles ne proposent que la norme USB 2.0.

La vidéo

Petite subtilité de l’USB-C : il peut aussi s’acclimater de la norme Thunderbolt 3 ou Thunderbolt 4. Celles-ci offrent les mêmes débits pour le transfert de données que l’USB 4 soit 40 Gbit/s, mais permet aussi l’alimentation électrique et, surtout, le transport du signal audio-vidéo. Elles s’appuient pour cela sur les normes HDMI 2.0 et DisplayPort 1.2 pour relier l’appareil à un moniteur, par exemple, et profiter d’un affichage ultrahaute définition en 4K ou en 8K. Pour savoir si le port USB-C de votre matériel propose le Thunderbolt, vérifiez la présence d’un pictogramme en forme d’éclair au-dessus de la prise USB-C.

De la même façon, ce pictogramme peut être présent sur le câble lui-même, au niveau de la prise, flanqué du chiffre 3 (pour Thunderbolt 3) ou 4 (pour Thunderbolt 4). Mais attention là encore. Il peut s’agir d’un câble Thunderbolt passif permettant des débits de 20 Gbit/s ou actif, généralement au prix plus élevé, permettant lui des débits de 40 Gbit/s.

La recharge

Comme indiqué plus haut, l’USB-C permet également l’alimentation électrique. Mais là encore, plusieurs variantes cohabitent. Certains câbles permettant ainsi la recharge jusqu’à une puissance de 5 W, 10 W, 18 W, 36 W quand d’autres autorisent une puissance de 240 W. Évidemment, les usages ne sont pas les mêmes. S’il s’agit de recharger un smartphone, selon sa marque et la batterie embarquée, un câble permettant une puissance jusqu’à 120 W suffit (la puissance de charge admise par l’appareil est généralement indiquée sur l’emballage ou sa fiche technique). Les câbles qui permettent de grimper jusqu’à 240 W sont plus généralement destinés à des ordinateurs, portables ou non, ou encore des stations d’accueil devant alimenter plusieurs appareils simultanément. Les câbles qui autorisent un haut niveau de puissance de charge présentent sur leur emballage le pictogramme PD pour Power Delivery suivi du niveau de puissance maximale accepté.

Il faut cependant être vigilant. Veillez, si possible, à utiliser le câble fourni avec votre appareil. Sinon, évitez les câbles très bon marché. Pour être fiable, un bon câble doit embarquer un composant électrique permettant d’adapter la puissance délivrée par le chargeur à celle de l’appareil à recharger. Les câbles bas de gamme qui ne sont pas taillés pour une forte puissance présentent donc des risques de surchauffe ou d’incendie et ils peuvent également endommager l’appareil en charge. Il convient donc de préférer un câble de marque (comme Belkin, Anker ou uGree) qui profite d’une certification délivrée par l’USB-IF (USB Implementer Forum).

Sources : rédaction et web

Jamais on n’a autant parlé de l’USB-C qu’en cette fin d’année. Le responsable ? Apple, une fois de plus. Pour se plier aux obligations imposées par la Commission européenne, les iPhone adoptent désormais un port USB type C – appelé plus communément USB-C – en lieu et place du fameux connecteur propriétaire Lightning. Apple adopte donc cette norme et rend du même coup service...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut