Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Guerre Israël - Hamas

Le Hamas dit « rejeter les mensonges » sur des viols lors de son attaque du 7 octobre en Israël


Le Hamas dit « rejeter les mensonges » sur des viols lors de son attaque du 7 octobre en Israël

Rassemblement à Londres le 3 décembre 2023 pour protester contre des viols présumés et autres crimes sexuels commis par des militants du Hamas lors des attaques du 7 octobre. Photo HENRY NICHOLLS / AFP

Le Hamas a dit lundi « rejeter » les accusations selon lesquelles le mouvement islamiste palestinien aurait commis des « viols » et des violences sexuelles lors de son attaque meurtrière du 7 octobre en Israël, les qualifiant de « mensonges ».

Le 7 octobre, des commandos du Hamas ont tué en Israël 1.200 personnes, en majorité des civils, selon les autorités israéliennes. En plus, 240 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza, dont 137 sont toujours retenus en otage, selon l'armée israélienne.

En représailles, l'armée israélienne a aussitôt lancé des bombardements sur la bande de Gaza --interrompus durant une semaine de trêve-- qui ont fait jusqu'ici, selon le ministère de la Santé du Hamas à Gaza, 15.899 morts, à 70% des femmes et des Palestiniens de moins de 18 ans.

La police israélienne assure en outre enquêter sur de possibles violences sexuelles commises le 7 octobre, dont des viols en réunion ou des mutilations de cadavres.

Les enquêteurs ont jusqu'ici recueilli « plus de 1.500 témoignages choquants et pénibles », a déclaré une policière la semaine dernière au Parlement israélien, évoquant « des filles déshabillées au-dessus et au-dessous de la taille » et rapportant le témoignage du viol collectif, de la mutilation et du meurtre d'une jeune femme.

Elle a cité un autre témoin faisant état de blessures par balles aux « organes génitaux, dans l'abdomen, les jambes et les fesses (...), de seins coupés ou porteurs de blessures par balles », tandis que des secouristes ont fait état du corps d'une femme saignant des zones génitales ».

Mais, précisait en novembre Cochav Elkayam Levy, présidente de la commission parlementaire sur les crimes commis contre les femmes le 7 octobre, « la grande majorité des victimes des viols et autres agressions sexuelles du 7 octobre ont été assassinées et ne pourront jamais témoigner ».

Dans son communiqué, le Hamas fustige des « campagnes sionistes qui promeuvent des mensonges et des allégations sans fondement pour diaboliser la résistance palestinienne ».

Ces « mensonges », poursuit-il, sont les derniers en date d' »une série », citant notamment « le mensonge selon lequel l'hôpital al-Chifa était utilisé à des fins militaires », ce que l'armée israélienne assure mais que le Hamas dément.

ONU Femmes a affirmé à l'AFP être « consciente des inquiétudes » en Israël et avoir rencontré des organisations de femmes israéliennes pour « écouter leurs récits horribles de ce qui s'est passé le 7 octobre » et les « aider autant que possible à exposer les atrocités sexistes, dont les violences sexuelles ».

Le Hamas a dit lundi « rejeter » les accusations selon lesquelles le mouvement islamiste palestinien aurait commis des « viols » et des violences sexuelles lors de son attaque meurtrière du 7 octobre en Israël, les qualifiant de « mensonges ».Le 7 octobre, des commandos du Hamas ont tué en Israël 1.200 personnes, en majorité des civils, selon les autorités israéliennes. En plus, 240...