Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Guerre

Israël et le Hamas s'accusent d'avoir fait échouer la trêve sur la question des otages


Israël et le Hamas s'accusent d'avoir fait échouer la trêve sur la question des otages

Les Palestiniens vérifient les dégâts d'une maison détruite par une frappe israélienne à Khan Younes dans le sud de la bande de Gaza le 1er décembre 2023. Photo MAHMUD HAMS / AFP

Israël et le Hamas s'accusent mutuellement vendredi d'avoir fait échouer les négociations pour une prolongation de la trêve, s'opposant sur la question des otages devant encore être libérés et la remise de corps d'otages présumés morts dans les frappes israéliennes.

Depuis l'accord du 24 novembre sur une trêve qui s'est finalement fracassée vendredi matin, Israël et le mouvement islamiste palestinien échangeaient quotidiennement des otages enlevés lors de l'attaque sanglante du Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, contre des prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Sur les quelque 240 personnes enlevées lors de l'attaque et emmenées dans la bande de Gaza, 137 y sont toujours retenus, selon le gouvernement israélien.

Et 110 Israéliens et étrangers ont été libérés, parmi lesquels 80 femmes et jeunes israéliens ou binationaux l'ont été dans le cadre de l'accord de trêve. En échange de ces derniers, Israël a relâché 240 détenus palestiniens.

Jusque tard dans la nuit de jeudi à vendredi, les belligérants ont continué à négocier une nouvelle prolongation de la trêve, sans succès: le Hamas et Israël se rejettent mutuellement la responsabilité de cet échec, en reconnaissant notamment ne pas s'être entendus sur la liste des otages.

« Malheureusement, le Hamas a décidé de mettre fin à la trêve en ne relâchant pas toutes les femmes kidnappées », a affirmé le porte-parole du gouvernement israélien, Eylon Levy.

Une vingtaine de femmes adultes sont toujours retenues, dont cinq soldates qui n'étaient pas concernées par l'accord de libération d'otages, selon Israël.

De son côté, le Hamas a indiqué dans un communiqué avoir « proposé un échange de prisonniers et de personnes âgées » parmi les otages, ainsi que la remise à Israël de corps d'otages « ayant perdu la vie dans les bombardements » israéliens sur Gaza.

Le Hamas affirme avoir en particulier proposé dans la nuit de jeudi à vendredi de remettre à Israël les corps d'une Israélienne, Shiri Bibas, et de ses deux enfants, Ariel, quatre ans, et Kfir, 10 mois, dont le mouvement islamiste affirme qu'ils ont péri dans les frappes israéliennes.

La mort de ces trois membres de la famille Bibas, dont l'enlèvement a ému la société israélienne, n'a pas été confirmée par les autorités en Israël qui ont fait savoir qu'elles examinaient ces allégations.

Le Hamas ajoute avoir également proposé de libérer l'époux de Shiri Bibas, enlevé en même temps le 7 octobre. Mais Israël, affirme le Hamas, « qui avait déjà pris la décision de reprendre son agression, n'a pas répondu ».

Sollicités par l'AFP à ce sujet, les services du Premier ministre israélien ont répondu « ne pas vouloir commenter des informations basées sur la propagande du Hamas ».

Le Hamas va recevoir « la pire des raclées », a promis vendredi le porte-parole du gouvernement israélien, accusant par ailleurs le Hamas d'avoir tiré une roquette sur le territoire israélien avant la fin de la trêve.

Israël et le Hamas s'accusent mutuellement vendredi d'avoir fait échouer les négociations pour une prolongation de la trêve, s'opposant sur la question des otages devant encore être libérés et la remise de corps d'otages présumés morts dans les frappes israéliennes.Depuis l'accord du 24 novembre sur une trêve qui s'est finalement fracassée vendredi matin, Israël et le mouvement...