Rechercher
Rechercher

Santé - OMS

Surconsommer des antibiotiques nuit à leur efficacité

Surconsommer des antibiotiques nuit à leur efficacité

Selon une étude de 2022, dans certains pays, plus de 40 % des antibiotiques ont été obtenus sans avis médical. Photo d’illustration Bigstock

Surconsommer des antibiotiques nuit dangereusement à leur efficacité et accroît la résistance aux antimicrobiens qui pourrait être responsable de 10 millions de décès dans le monde d’ici à 2050, a prévenu la semaine dernière la branche Europe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« Si la RAM, résistance aux antimicrobiens (dont les antibiotiques font partie), est un phénomène naturel, le développement et la propagation des superbactéries sont accélérés par l’utilisation abusive des antimicrobiens, ce qui rend les infections plus difficiles à traiter efficacement », a déploré dans un communiqué l’OMS Europe, qui compte 53 pays et s’étend jusqu’à l’Asie centrale.

« Tous les pays de notre région ont mis en place des réglementations visant à protéger les précieux antibiotiques d’un usage abusif (...). L’application de ces réglementations permettrait de résoudre la plupart des problèmes d’utilisation abusive des antibiotiques », a souligné Robb Butler, responsable de la division maladies transmissibles.

L’organisation onusienne estime que, sans intervention immédiate, la RAM pourrait entraîner jusqu’à 10 millions de décès par an d’ici à 2050.

Mauvaise prescription et automédication

Principale source d’inquiétude pour les autorités sanitaires : la mauvaise prescription. Une étude réalisée dans 14 pays de la région, situés en Europe orientale et en Asie centrale, montre que les raisons invoquées pour justifier la prise d’antibiotiques sont dans 24 % des cas le rhume, suivis des symptômes grippaux (16 %), du mal de gorge (21 %) et de la toux (18 %).

« Cette situation est préoccupante, car ces symptômes sont souvent causés par des virus contre lesquels les antibiotiques ne sont pas efficaces », a souligné le communiqué.

En outre, d’après l’étude qui concerne l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie, le

Kazakhstan, le Kirghizstan, le Monténégro, la Macédoine du Nord, la Moldavie, le Tadjikistan, la Turquie et l’Ouzbékistan, un tiers des quelque 8 200 personnes interrogées consomment des antibiotiques sans prescription médicale.

Dans certains pays, plus de 40 % des antibiotiques ont été obtenus sans avis médical, un chiffre cinq fois supérieur à celui mesuré dans l’Union européenne d’après une étude de 2022.

Pour l’OMS, un autre danger de l’antibiorésistance est d’exacerber les inégalités, car les personnes les moins éduquées et ayant les plus bas revenus sont celles qui ont les plus mauvaises pratiques, selon l’étude. Cette dernière « montre clairement la nécessité de l’éducation et de la sensibilisation », a insisté M. Butler.

L’antibiorésistance peut trouver son « origine dans les normes sociales et culturelles apprises », telles que « le fait de ne pas terminer un traitement antibiotique afin d’en garder pour la prochaine fois que l’on tombe malade » ou « de partager un médicament avec un parent ou un voisin malade », a-t-il relevé.

Source : AFP

Surconsommer des antibiotiques nuit dangereusement à leur efficacité et accroît la résistance aux antimicrobiens qui pourrait être responsable de 10 millions de décès dans le monde d’ici à 2050, a prévenu la semaine dernière la branche Europe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).« Si la RAM, résistance aux antimicrobiens (dont les antibiotiques font partie), est un...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut