Rechercher
Rechercher

Économie - Consommation

L’inflation libanaise remonte (très) légèrement en septembre

Les prix des activités de culture et de loisirs sont ceux qui ont le plus augmenté (5,4 %) entre août et septembre.

L’inflation libanaise remonte (très) légèrement en septembre

Une grande surface au Liban. Photo M.A.

Alors qu’il avait inscrit en août sa plus faible progression en rythme mensuel depuis le début de l’année (0,9 %), l’indice des prix à la consommation (IPC) a refait un pas en avant en septembre, passant à 1,9 % en glissement mensuel, selon les données publiées cette semaine par l’Administration centrale de la statistique (ACS). En rythme annuel, l’IPC a augmenté de 208,5 % en septembre.

Ces faibles progressions du taux d’inflation au Liban sont entre autres relatives à la stabilité courante du taux de change entre le dollar et la livre libanaise, qui stagne depuis le début de l’été sous la barre des 90 000 livres pour un dollar, ainsi qu’à une certaine stabilisation des prix en dollars. Néanmoins, la situation économique et financière du pays, en crise depuis 2019, demeure instable et les projets de budget de 2023 et de 2024, qui pourraient être votés au Parlement d’ici à la fin de l’année, prévoient d’augmenter considérablement certains impôts et taxes.

Dans le détail des résultats de septembre, en glissement mensuel, l’ACS note que ce sont les prix des activités de culture et de loisirs qui ont le plus augmenté (5,4 %). Ils sont suivis par ceux de l’ameublement (3,5 %), des restaurants et des hôtels (2,4 %) et de l’alimentation et des boissons non alcoolisées (2,3 %). À l’inverse, aucune hausse n’est indiquée pour les prix liés au secteur des télécommunications, tandis que celui de la santé marque une très légère déflation (-0,1 %).

En rythme annuel en revanche, les prix relatifs à la santé ont augmenté de 215,8 %, ceux des restaurants et des hôtels de 235,1 % et ceux de l’alimentation et des boissons non alcoolisées de 239 %. Parmi les hausses les plus fortes, l’on retrouve également les boissons alcoolisées et le tabac (280,2 %), tandis que les plus basses regroupent entre autres les activités de culture et de loisirs (162,3 %), l’eau, l’électricité, le gaz et autres carburants (147,9 %) et les tarifs télécoms (120,9 %).

Enfin, au niveau régional, c’est à Nabatiyé que les prix à la consommation ont le plus fortement augmenté en septembre en rythme mensuel (2,2 %). Cette région est suivie de la Békaa (1,8 %), de Beyrouth (1,7 %), du Mont-Liban (1,4 %), du Liban-Nord (1,1 %) et du Liban-Sud (0,7 %).

Alors qu’il avait inscrit en août sa plus faible progression en rythme mensuel depuis le début de l’année (0,9 %), l’indice des prix à la consommation (IPC) a refait un pas en avant en septembre, passant à 1,9 % en glissement mensuel, selon les données publiées cette semaine par l’Administration centrale de la statistique (ACS). En rythme annuel, l’IPC a augmenté de 208,5 % en...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut