Rechercher
Rechercher

Santé - Recherche

Sans sperme ni ovule : des simili-embryons humains créés en laboratoire

 Le groupe de chercheurs, mené par le Palestinien Jacob Hanna de l’Institut de sciences Weizmann en Israël, a produit des simili-embryons humains âgés de 14 jours, la limite légale pour ce genre de recherches dans beaucoup de pays.

Sans sperme ni ovule : des simili-embryons humains créés en laboratoire

Le Dr Jacob Hanna à l’Institut Weizmann des sciences dans un laboratoire de la ville de Rehovot, dans le centre d’Israël, en août 2022. Ahmad Gharabli/AFP

Des scientifiques ont développé des structures similaires à l’embryon humain sans sperme ni ovule, un nouvel espoir pour la recherche sur les fausses couches et les malformations congénitales qui soulève néanmoins des questions éthiques.

Un groupe de chercheurs a publié la semaine dernière ses recherches dans le journal scientifique Nature, décrivant comment ils ont réussi à créer un simili-embryon à partir de cellules souches embryonnaires humaines. Des scientifiques ont salué ces travaux comme une avancée « impressionnante » qui pourrait permettre de percer les secrets des premiers jours de la grossesse, lorsque les échecs sont les plus fréquents.

Ces résultats continuent d’alimenter le débat sur des règles éthiques plus claires sur le développement en laboratoire de modèles embryonnaires humains. Le groupe de chercheurs, mené par le Palestinien Jacob Hanna de l’Institut de sciences Weizmann en Israël, a produit des simili-embryons humains âgés de 14 jours, la limite légale pour ce genre de recherches dans beaucoup de pays, jusqu’au moment où des organes comme le cerveau commencent à se développer.

Les chercheurs ont assuré que leurs travaux différaient des précédents sur le sujet, parce qu’ils utilisent des cellules modifiées chimiquement plutôt que génétiquement, et parce que leurs modèles, avec vésicule vitelline et cavité amniotique, ressemblent plus à des embryons humains. Ces similarités peuvent rendre ces modèles plus efficaces pour la recherche sur les fausses couches, les malformations génitales et la stérilité, a déclaré James Briscoe, de l’Institut Francis-Crick, à Londres.

La structure créée « semble produire tous les différents types de cellules qui forment les tissus à ce stade précoce du développement », a-t-il indiqué. Cette étude « est un pas pour comprendre une période du développement humain qui conduit à l’échec de beaucoup de grossesses, et qui a toujours été très difficile à étudier jusqu’à maintenant. »

Identiques à des embryons humains

Les chercheurs derrière l’étude et d’autres scientifiques ont insisté sur le fait que les structures créées ne devaient pas être considérées comme des embryons humains. Elles « ressemblent fortement, mais ne sont pas identiques » à des embryons humains, a indiqué l’étude.

Ces recherches et d’autres travaux récents montrent que « les modèles d’embryons humains deviennent plus sophistiqués et plus proches de ce qu’il peut arriver durant un développement normal », a déclaré Darius Widera, un expert en biologie cellulaire à l’université anglaise de Reading. Le texte souligne « qu’un cadre réglementaire robuste est plus nécessaire que jamais », a-t-il insisté.


Des scientifiques ont développé des structures similaires à l’embryon humain sans sperme ni ovule, un nouvel espoir pour la recherche sur les fausses couches et les malformations congénitales qui soulève néanmoins des questions éthiques.Un groupe de chercheurs a publié la semaine dernière ses recherches dans le journal scientifique Nature, décrivant comment ils ont réussi à créer...
commentaires (1)

Déjà 8 milliards. Nous avons détruit presque tous les écosystèmes. Et nous consommons quasiment deux planètes par an. A-t-on vraiment besoin de ces recherches pour générer encore plus d'humains ?

AWADA Azzam

00 h 04, le 13 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Déjà 8 milliards. Nous avons détruit presque tous les écosystèmes. Et nous consommons quasiment deux planètes par an. A-t-on vraiment besoin de ces recherches pour générer encore plus d'humains ?

    AWADA Azzam

    00 h 04, le 13 septembre 2023

Retour en haut